FI­SCHER

Skieur Magazine - - TEST -

LA GAMME

DANS

CAN­DIDE, POUR

SUR LA NEIGE

2.0 (AM­BIT KEN­NE­DY

FS Pas de chan­ge­ment de­puis la nou­velle mou­ture du 1.0 la sai­son pas­sée et c’est tant mieux ! Avec son noyau peu­plier ren­for­cé en car­bone, le twin tip double ro­cker à 90 mm au pa­tin pro­pose une belle dose de per­for­mance pour presque tout le monde, avec une en­trée en courbe ai­sée et un ski qui tient la ca­dence sur carre sans se blo­quer dans un rayon. Il sait aus­si se conduire en mode crui­sing pour les jour­nées où vos cuisses sont res­tées à la mai­son. Pur twin­tip et li­vré cen­tré, il se conduit tout aus­si sim­ple­ment en marche ar­rière, tou­jours hy­per confor­table et ras­su­rant, ca­pable de s’adap­ter au type de ride que vous lui de­man­dez, à la co­ol ou maxi perf ! Lé­ger et ma­niable, le nou­veau Can­dide 1.0 sauce double ro­cker gagne en lu­disme, met la ba­nane en jib et donne en­vie de se la jouer Adam De­lorme à grands coups de but­ters dans tous les sens, même si un mi­ni­mum de tech­nique est re­quis ! À l’aise en jib, le Can­dide 1.0 l’est aus­si sur tables, ex­cellent même pour­rai­ton dire. Son gros pop, pro­cu­ré par le ren­fort car­bone, vous pro­pulse en sor­tie de ki­cker, que vous soyez sur pe­tite ou grosse table. Lé­ger sous le pied, il sait se faire so­lide en ré­cep­tion, de quoi ras­su­rer même en ré­cep­tion dé­li­cate. Avec 90 mm sous le pied et un double ro­cker, le 1.0 peut dé­sor­mais al­ler cher­cher un peu plus loin que les bords de piste même s’il s’avère for­cé­ment moins bon qu’un 2.0 les jours de fraîche. Une va­leur sûre qui mé­rite lar­ge­ment son award !

LA GAMME

SI

GU­RU (

SUR LA NEIGE

PRO­DI­GY ( Si le Nights­tick reste in­chan­gé de­puis la sai­son pas­sée, il s’est en re­vanche pa­ré d’une belle robe cou­leur or en signe de la mé­daille ré­col­tée aux J.O. par son fi­dèle ca­va­lier Joss Christensen. Du coup, Fi­scher ne change pas une re­cette qui marche et livre une fois de plus une bête de per­for­mance à ne pas mettre entre toutes les mains. Ner­veux, in­ci­sif et plus que stable en courbe, même à Mach 12, le Nights­tick pro­cure de grosses sen­sa­tions et en re­de­mande, sans for­cé­ment être hy­per phy­sique, mais il faut sa­voir le ré­ga­ler sous peine de se faire dé­pas­ser. En switch, on re­trouve ce tem­pé­ra­ment à la fois ner­veux et ras­su­rant, as­sez fa­cile à pi­lo­ter si tant est que vous ayez le coeur, et les cuisses, bien ac­cro­chés ! En re­vanche, en ma­tière de jib et de lu­disme plus gé­né­ra­le­ment, ce n’est pas la fête du slip, le Nights­tick res­tant sa­cré­ment ri­gide sur toute sa lon­gueur et de­man­dant la puis­sance d’un gol­goth pour trou­ver de quoi s’amu­ser, même s’il reste tou­te­fois lé­ger et ma­niable. Par contre, lors­qu’il s’agit d’at­ta­quer les ki­ckers, ne vous faites pas de sou­ci, le co­co sait où il met les pieds et vous don­ne­ra le meilleur de lui-même : du gros pop en sor­tie, bonne ma­nia­bi­li­té et tou­jours ce cô­té hy­per ras­su­rant en ré­cep­tion, même si vous êtes sa­le­ment à l’ar­rache après un gros tir à cul. Pur FS per­for­mance, ca­pable de tailler à Mach 12 sur piste, le Nigths­tick s’avère as­sez li­mi­té en de­hors de ce pro­gramme mais au moins, on sait à quoi s’at­tendre lors­qu’on le com­mande au père Noël…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.