On a tes­té pour vous le ski connec­té. C’est pas en­core la Plays­ta­tion, mais on s’y di­rige !

LE CAP­TEUR PIQ ESPIONNE VOS FAITS ET GESTES SUR LES SKIS, DE QUOI DÉ­CRYP­TER VOS USAGES MAIS AUS­SI VOTRE TECH­NIQUE SUR LA NEIGE, DU MOINS SE­LON LA PRO­MESSE DE LA MARQUE... AR­RI­VÉ À LA RÉDACTION EN NO­VEMBRE DER­NIER, NOUS AVONS EU UN PEU DE TEMPS POUR NOUS A

Skieur Magazine - - Sommaire -

PIQ, c’est l’his­toire d’une start-up fran­çaise fon­dée en 2015 par Cé­dric Man­gaud, un en­tre­pre­neur dans le do­maine du mo­bile et du nu­mé­rique, pas­sion­né de sports. Avec le dé­ve­lop­pe­ment en masse des ob­jets connec­tés et l’éter­nel en­goue­ment des spor­tifs pour les sta­tis­tiques, il a eu l’idée de lan­cer un pe­tit ap­pa­reil ca­pable d’en­re­gis­trer et de quan­ti­fier vos gestes, que vous soyez ten­nis­man, boxeur et même gol­feur, pour faire le ma­lin au­près de vos amis mais sur­tout pour amé­lio­rer vos per­for­mances. Le PIQ Ro­bot, pe­tit dis­po­si­tif plas­tique et étanche d’à peine 10 grammes, se porte à la jambe ou au poi­gnet. Il contient tout un tas de cap­teurs (ac­cé­lé­ro­mètre, gy­ro­scope…) mais aus­si un mi­cro­pro­ces­seur hy­per puis­sant qui cal­cule toutes vos stats et les trans­met à l’ap­pli­ca­tion qui in­tègre de­puis quelques mois un sys­tème d’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle bap­ti­sé Gaia. Ce der­nier, ali­men­té par des mil­lions de don­nées re­cueillies sur des spor­tifs de haut ni­veau en ski, ten­nis, golf, boxe et ki­te­surf (les cinq dis­ci­plines ac­tuel­le­ment in­té­grées à l’ap­pli­ca­tion, mais PIQ en an­nonce plus d’une ving­taine dans les mois à ve­nir), per­met de com­pa­rer vos propres sta­tis­tiques et si­tuer votre ni­veau avec le PIQs­core, qui dans le ski peut être un PIQs­core vi­rage ou PIQs­core saut. Les deux se com­posent de trois don­nées : ro­ta­tion, du­rée du saut et force en­cais­sée en ré­cep­tion pour le « saut », tran­si­tion entre les courbes, force en­cais­sée dans le vi­rage et angle de car­ving pour le « vi­rage ». Pour vous faire une idée, à zé­ro, vous êtes une brèle (ras­su­rez-vous, même un dé­bu­tant n’a pas ce score) et à 10 000, vous êtes un pro dont les per­for­mances ont ser­vi à l’éta­lon­nage de l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle, en l’oc­cur­rence, Ben Va­len­tin et Brice Ro­ger en ski. Vous pou­vez, via l’ap­pli­ca­tion, en­re­gis­trer vos ses­sions en les nom­mant, les géo­lo­ca­li­sant, en pré­ci­sant le type de neige ou en­core la mé­téo, mais vous pou­vez éga­le­ment créer des chal­lenges pour vous mo­ti­ver à pro­gres­ser et com­pa­rer vos scores à ceux de la com­mu­nau­té qui se fait de plus en plus grande. Sans for­cé­ment vous lan­cer dans la course au score, l’ap­pli­ca­tion vous pro­pose aus­si vos « win­ning fac­tors » en temps réel, lit­té­ra­le­ment vos points forts sur la ses­sion en cours, his­toire de rap­pe­ler à votre moi­tié sur le té­lé­siège la chance qu’elle a d’avoir un(e) ath­lète à la mai­son qui vient d’en­cais­ser 2,7 G dans la der­nière courbe, avec un angle de 65° pour une vi­tesse maxi­mum de 84,8 km/h !

Dans la pra­tique, le sys­tème PIQ est clai­re­ment bien con­çu, avec dans le cas du ski, un scratch so­lide dans le­quel on glisse le cap­teur (préa­la­ble­ment al­lu­mé) qui se po­si­tionne au ni­veau de la chaus­sure de ski. La bat­te­rie pos­sède une au­to­no­mie plu­tôt bonne (6 heures se­lon le fa­bri­cant, 5 heures et quelques dans notre cas) et peut se re­char­ger fa­ci­le­ment, en no­made, avec le PIQ Fuel. Ce pe­tit pé­ri­phé­rique au look de clé USB vous per­met de char­ger le PIQ en 2 heures sur un port USB, mais sert par la suite de bat­te­rie no­made, qui peut re­char­ger votre PIQ jus­qu’à trois fois. Cô­té smart­phone, l’ap­pli­ca­tion PIQ est dis­po­nible gra­tui­te­ment sur IOS ou An­droid et se connecte en Blue­tooth à votre PIQ. Une fois votre compte connec­té, l’ap­pai­rage est on ne peut plus simple (l’ap­pli­ca­tion vous guide pas à pas) et se ter­mine par l’ac­ti­va­tion de votre PIQ en ap­po­sant la carte four­nie dans le pa­ckage sur le cap­teur. Ne faites donc pas comme nous, par­tis se­reins sur les pistes après l’ap­pai­rage Blue­tooth, sans avoir ac­ti­vé notre jouet qui, du coup, n’en­re­gis­trait rien... À ce pro­pos, il n’est pas né­ces­saire d’avoir constam­ment votre té­lé­phone sur vous pour que le PIQ fonc­tionne. Com­plè­te­ment au­to­nome, il suf­fit de l’al­lu­mer, le lais­ser tra­vailler puis de syn­chro­ni­ser vos don­nées une fois la jour­née ter­mi­née.

On ne va pas se men­tir, avec PIQ, la tech­no­lo­gie au ser­vice du sport a en­core fait un sa­cré bon en avant, bien plus loin que les simples ap­pli­ca­tions spor­tives qu’on trouve dé­jà en pa­gaille sur nos smart­phones, et il y a fort à pa­rier que même le moins com­pé­ti­teur des skieurs risque de se prendre au jeu. Dans notre cas, nous avons pu en­re­gis­trer quelques ses­sions sur plu­sieurs ma­ti­nées de ski, prin­ci­pa­le­ment sur la piste puis­qu’il s’agis­sait des es­sais des nou­veau­tés de 2018 et que les condi­tions du mo­ment... pas be­soin de vous faire un des­sin ! Si l’on ou­blie la pré­sence du PIQ dès les pre­miers vi­rages, on sait qu’il tra­vaille à plein ré­gime et que la pro­chaine re­mon­tée se­ra consa­crée à l’ob­ser­va­tion des sta­tis­tiques. Une fois la syn­chro­ni­sa­tion opé­rée, le bilan tombe : pas as­sez ra­pide en tran­si­tion, pas suf­fi­sam­ment d’angle mais une vi­tesse de pointe re­la­ti­ve­ment éle­vée, sur­tout vu le peu de pente de la der­nière piste dé­va­lée ! L’ar­ri­vée du té­lé­siège ap­pro­chant, ni une ni deux, c’est re­par­ti, le por­table re­tourne au chaud, on re­ferme les cro­chets fré­né­ti­que­ment et on se re-ba­lance dans la pente avec en tête les don­nées tout juste ana­ly­sées et sur­tout, ce qu’il faut faire pour les amé­lio­rer ! Évi­dem­ment, il ne faut pas que l’en­jeu prenne le pas sur la sé­cu­ri­té et il se­rait dom­mage de s’en col­ler une sim­ple­ment parce qu’on a fait un in­té­rieur à force de vou­loir prendre de l’angle, ou de mas­sa­crer des skieurs qui eux, rident tran­quille­ment et non pour le PIQs­core ! C’est là tout le prin­cipe de PIQ, dé­fier ses propres li­mites de fa­çon lu­dique, pas pour pous­ser trop loin le bou­chon.

Bien en­ten­du, le jouet a un prix, à 198 eu­ros le pa­ckage PIQ + scratch, mais sa­chez que si vous êtes bon, en vous connec­tant à la pla­te­forme « Skiing He­roes » de Ros­si­gnol, vous pour­rez faire va­loir vos PIQs­core en les conver­tis­sant en points pour dé­go­ter des ré­duc­tions, des bons d’achat ou en­core des for­faits !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.