LES STA­TIONS DE SKI FRAN­ÇAISES FONT MOINS BIEN QUE LES AUTRICHIENNES ET LES AMÉ­RI­CAINES.

Skieur Magazine - - News -

Avec -1,5% de jour­née-skieur, les do­maines skiables fran­çais ne par­viennent pas à re­dres­ser la barre. C'est hé­las de­ve­nu une ha­bi­tude : la France n'est plus cham­pionne du monde du nombre de for­faits ven­dus sur une sai­son, net­te­ment dé­pas­sée par les Etats-Unis (qui ont connu une vraie sai­son d'hi­ver) mais aus­si par l'Au­triche, mal­me­née éga­le­ment par la mé­téo mais qui a quand même su gé­né­rer une aug­men­ta­tion de son tra­fic de 4% avec 52,2 mil­lions de jour­néess­kieurs contre 51,1 pour la France (54,7 M pour les USA).

Ce­la fait donc six sai­sons suc­ces­sives que le tra­fic baisse en France, c'est-à-dire de­puis l'ex­cellent hi­ver 2012-2013 et si le ca­len­drier sco­laire peut fa­ci­le­ment in­ter­fé­rer à la marge, la ten­dance de­meure im­pla­cable. Se­lon les chiffres de l'ex­cellent Laurent Va­nat, et contrai­re­ment aux idées re­çues, les étran­gers ne re­pré­sentent que 31% des skieurs dans nos sta­tions, avec d'énormes dis­pa­ri­tés entre les grandes sta­tions phares de Sa­voie et les plus dis­crètes. Au­tant dire qu'il se­rait pas in­utile, si l'on es­père "in­ver­ser la courbe" pour re­prendre une phrase dé­sor­mais cé­lèbre par son ca­rac­tère in­can­ta­toire et an­ti­prag­ma­tique, de s'in­té­res­ser à ces bons Fran­çais, qu'ils soient Pa­ri­siens (le pre­mier vi­vier de skieurs dans l'Hexa­gone) ou ba­sés au pied des sta­tions, chose que l'on ne fait pas suf­fi­sam­ment à notre goût. Aux Etats-Unis, en Au­triche mais aus­si en Suisse, ce der­nier pays étant lui aus­si par­ti­cu­liè­re­ment mar­qué par la désaf­fec­tion du pu­blic en­vers le ski, cer­taines sta­tions se sont re­grou­pées pour of­frir des for­faits par­ti­cu­liè­re­ment attractifs en termes de ta­rif et d'éten­due géo­gra­phique, afin de pré­ser­ver leur fonds de com­merce mais aus­si d'ini­tier une po­li­tique de long terme. Rem­plir sa sta­tion pour sau­ver la sai­son est une chose, faire que les gens skie en est une autre. Lors­qu'une fa­mille se dés­in­té­resse du ski pour des rai­sons pé­cu­niaires, je pense prin­ci­pa­le­ment à ceux vi­vant proches des sta­tions mais qui ont la par­ti­cu­la­ri­té de tout payer plein pot, ce n'est pas seule­ment quelques for­faits qui dis­pa­raissent, c'est aus­si un bout de la culture du ski, de la trans­mis­sion in­ter­gé­né­ra­tion­nelle de cette pas­sion. Rien n'est plus dif­fi­cile que de mettre des adultes au ski : bri­ser cette chaîne ver­tueuse sous pré­texte que les An­glais au­raient un meilleur pou­voir d'achat et ne re­chi­gne­raient pas, eux, à payer trop cher un équi­pe­ment ou une mau­vaise tar­ti­flette, n'est pas une er­reur mais une faute. Les ca­prices de la mé­téo masquent en­core cette réa­li­té. Un hi­ver ex­cep­tion­nel et la courbe at­tein­dra à nou­veau des som­mets. Un hi­ver pour­ri est la re­cu­lade se pour­sui­vra. Mais le constat de­meure, im­pla­cable : les jeunes sont de moins en moins sen­si­bi­li­sés au ski mais c'est cette gé­né­ra­tion, qui a entre 5 et 15 ans aujourd'hui, qui est dé­jà la clien­tèle de demain. Ou plu­tôt celle qui man­que­ra pour sou­te­nir la crois­sance de cette fa­meuse courbe.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.