WHAT WE WANT IN­CO­MING

Snow Surf - - Vidéos -

Ri­deurs : Ty­ler Chorl­ton, Gé­rome Ma­thieu, Ville Uo­ti­la, Ka­reem El Ra­fie, Valérian Du­cour­til, Fé­fé Pel­la­ca­ni, To­bi Strauss, Ben Tho­mas Ja­vid, Mar­tin Gal­lant, Jo­hann Bai­sa­my, Ju­lien Emch, An­to Brot­to, Kale Ste­phens.

GÉ­ROME MA­THIEU

Après " Le­vi­ty" la sai­son der­nière, Gé­rome et ses deux com­pères Ty­ler Chorl­ton et Marc Vau­droz de WhatWeWant Films, nous sortent cette sai­son leur se­cond bébé : " In­co­ming". Coin­coin ( de son sur­nom) est en tous points bu­té, tra­vailleur, et per­fec­tion­niste. C'est donc avec aplomb qu'il nous fait par­ta­ger la vie fas­ci­nante et ro­cam­bo­lesque de sa sai­son avec son crew WWW.

On va com­men­cer en sou­plesse. Fais-nous un pe­tit bi­lan comp­table de la se­conde sai­son de What We Want, et est-ce que vous avez res­sor­tie vos cos­tards de ma­fieux pour l'in­tro ? Ha­ha !!! Non mal­heu­reu­se­ment on a dû ran­ger les cos­tumes de gang­sters ( fi­na­le­ment on n’est pas si bons pour ça). Plus sé­rieu­se­ment, cette an­née on est plu­tôt sa­tis­faits du ré­sul­tat. Après, comme tout ri­deur, je suis per­fec­tion­niste donc for­cé­ment je pense qu'on peut tou­jours faire mieux. Les choses au­raient pu être dif­fé­rentes dans cer­tains trips, mais dans l'en­semble je suis très content de tous les ri­deurs, de leur pro­duc­ti­vi­té et de leur im­pli­ca­tion dans ce pro­jet. Comme son nom l'in­dique, " WhatWeWant" est une pro­duc­tion qui se pré­oc­cupe beau­coup de ce que veulent les ri­deurs, alors j'es­père sur­tout qu’ils sont contents de leur sai­son avec nous !

Quels ri­deurs sont ve­nus ren­for­cer tes troupes cette sai­son et quels sont les deux ri­deurs de la vi­déo qui vont avoir des parts de fous fu­rieux ? Après pas mal de dis­cus­sions avec les spon­sors, les ri­deurs qui ont re­joint la troupe sont : Ju­lien Emch, An­to Brot­to, Kale Ste­phens, Fé­fé Pel­la­ca­ni, To­bi Strauss, Ben Tho­mas Ja­vid et Ville Uo­ti­la. La sai­son a très bien com­men­cé pour tout le monde mais on a eu deux coups durs d’en­trée de jeu avec An­to et Ben qui se sont fait les croi­sés sur des spots plu­tôt tech­niques. Concer­nant les deux ri­deurs qui ont tout dé­fon­cé, je di­rais Ville Uo­ti­la qui nous a ven­du pas mal de rêve que ce soit par sa mo­ti­va­tion ou par son ride. Après je ne peux pas t’en dire plus parce que je n’ai pas vu la to­ta­li­té des images des autres ri­deurs. Je pense qu’on peut s’at­tendre à une part très va­riée de Va­lé qui a bossé comme un achar­né toute la sai­son.

Com­ment ex­pliques-tu que l'on soit pas­sé de quatre pro­duc­tions fran­çaises Ero One, Ha­ra Ki­ri, What We Want, et Al­mo (voire même cinq avec Ho­mies) la sai­son der­nière à seule­ment deux prods cette sai­son puis­qu'il ne reste plus que What We Want et Al­mo à pro­duire un full mo­vie de snow­board. Est-ce es­sen­tiel­le­ment lié à un manque de bud­get ac­cor­dé aux prods ? Alors là tu sou­lèves bien le point es­sen­tiel !!! L’in­dus­trie du snow­board n’est pas au mieux de sa forme et les marques ont de moins en moins de bud­get. For­cé­ment il faut faire des choix et à l'heure ac­tuelle, ils ne se portent pas for­cé­ment sur les pe­tites boîtes de pro­duc­tion qui es­sayent de faire leur place à cô­té des mas­to­dontes comme Ab­sinthe qui sont là de­puis le dé­but par exemple. Concer­nant le fait qu'on ne soit plus que deux en France, je ne pense pas

que ce soit uni­que­ment pour des rai­sons de bud­get. Faire une vi­déo de snow­board de­mande beau­coup d'éner­gie con­trai­re­ment à ce que l'on peut pen­ser. Il y a énor­mé­ment de stress qui s'ac­cu­mule du­rant la sai­son ( or­ga­ni­sa­tion, pro­duc­ti­vi­té, bles­sures, fa­tigue, etc.…) et même si ce­la fait par­tie du jeu, ça reste très usant et peut par­fois pous­ser à chan­ger d'air.

Es-tu op­ti­miste quant à l'ave­nir des pro­duc­tions fran­çaises et du snow­board fran­çais en gé­né­ral ? Où si­tue­rais-tu les vi­déos fran­çaises au beau mi­lieu de toutes les autres pro­duc­tions in­ter­na­tio­nales ?

Les pro­duc­tions fran­çaises ont leur place en Eu­rope comme à l’in­ter­na­tio­nal. La dif­fu­sion des images sur le net les rend ac­ces­sibles à tous ceux qui s’in­té­ressent au snow. En­core faut- il avoir les moyens de pro­mou­voir ces images… Le ni­veau grimpe pe­tit à pe­tit et de nou­velles gé­né­ra­tions pren­dront la re­lève ( à condi­tion qu’ils veuillent bien écou­ter les conseils de leurs aînés). Le mi­lieu du snow­board reste une grande com­pa­gnie où il faut gra­vir les éche­lons pour ar­ri­ver en- haut. Le che­min peut- être long et dif­fi­cile mais c'est aus­si ça qui est mo­ti­vant. Je connais très bien Mor­gan, c'est une per­sonne mo­ti­vée qui aime faire les choses bien alors je ne vois pas pour­quoi ça ne mar­che­rait pas pour eux ! Concer­nant WWW nous met­tons tout en oeuvre ( pro­duc­teur, fil­meur et ri­deurs) pour pous­ser notre prod’ au mi­lieu des grands mais ce­la prend du temps et de­mande de la pa­tience. Pour conclure, je trouve que la ques­tion de l’ave­nir des boîtes de prod’ avec nos Fran­çais est im­por­tante !!! J'ai en­vie de dire que nous exis­tons et conti­nue­rons d'exis­ter grâce aux spon­sors mais aus­si et sur­tout grâce à tous les pas­sion­nés de snow­board. Quand je parle de pas­sion­nés, je parle des ma­ga­zines, des sites spé­cia­li­sés, des lec­teurs qui re­laient les vi­déos sur les ré­seaux so­ciaux. On tra­vaille dur pour don­ner de belles images et la re­con­nais­sance de ce tra­vail est la meilleure mo­ti­va­tion qui soit pour al­ler de l’avant… Et ob­te­nir du cré­dit ( et des cré­dits ?) aux yeux des spon­sors qui sou­tiennent la boîte de prod’. Je suis donc plu­tôt op­ti­miste, mais bon pour que ça marche, il faut un peu de sou­tien !

Sors-nous un dos­sier sur l'anec­dote la plus crous­tillante de la sai­son, un truc bien épi­cé, s'il te plaît ?

Sans hé­si­ta­tion c'est Ka­reem qui a la palme de la plus grosse frayeur de cette sai­son. C'était au Ca­na­da à Whist­ler, nous étions en pleine re­con­nais­sance de spot avec nos mo­tos neige, là on aper­çoit une énorme cor­niche de plus de 15 mètres de haut avec trois étages de bloc de glace en- des­sous. Ka­reem nous dit qu'il va au- des­sus en mo­to neige voir si c'est pos­sible d'y ac­cé­der. Nous étions en train de dis­cu­ter avec Serge et là, on voit la mo­to neige de Ka­reem sus­pen­due au bout de la cor­niche avec Ka­reem ac­cro­ché der­rière pour qu'elle ne tombe pas dans le vide, au risque de par­tir avec elle. Nous lui avons hur­lé de la lâ­cher ( ce qu'il a fait aus­si­tôt, par chance), à ce mo­ment- là j'ai re­gar­dé Serge et je pense que pour la pre­mière fois de notre vie nous avons cru que nous al­lions as­sis­ter à un énorme drame qui au­rait pu coû­ter la vie de Ka­reem. Il nous au­ra fal­lu huit per­sonnes pour sor­tir la mo­to neige de là.

Est-ce que tu as dé­jà pré­vu une troi­sième vi­déo pour la sai­son pro­chaine ?

Pour l’ins­tant nous al­lons nous oc­cu­per de la pro­mo­tion de notre film “In­co­ming” et nous ver­rons ce qu'il en res­sor­ti­ra ! Mais oui, nous sommes très mo­ti­vés pour un troi­sième opus !

An­to "le poulpe" Brot­to en board slide pen­dant le tour­nage de la vi­déo In­co­ming.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.