Shane Char­le­bois

Snow Surf - - Derrière L'objectif -

De nos jours, on di­rait que tout le monde peut s'im­pro­vi­ser ca­me­ra­man ou réa­li­sa­teur de vi­déo de snow. Mal­gré ce large choix, il pa­raît dif­fi­cile à croire que les top pro-ri­deurs ne font confiance qu'à une poi­gnée d'entre eux. Savoir lire le ter­rain, re­pé­rer les meilleurs spots, savoir ce qui est co­ol ou pas, savoir pous­ser les li­mites d'un ri­deur sans tom­ber dans l'ex­cès. C'est ce qui fait la dif­fé­rence entre un ca­me­ra­man et un mec qui

ne fait que se ba­la­der avec une ca­mé­ra à 10 000 €. Shane Char­le­bois est l'un des meilleurs.

J'ai de­man­dé à son col­lègue d'Ab­sinthe Films, Da­vid Vla­dy­ka, de nous par­ler de la bête : " J'ai ren­con­tré Shane pen­dant l’été 2004 à Kauai, pen­dant le mon­tage du film Pop. " Char­lie­boy", comme cer­tains l'ap­pellent à Ha­waï, est un per­son­nage hors du com­mun. Après une longue car­rière de pro- snow­boar­deur chez Bur­ton et un ge­nou en mau­vais état, il s’est tour­né vers la réa­li­sa­tion de film en 1999. Du­rant huit ans, il fut le prin­ci­pal ca­mé­ra­man de Whi­tey, plus connu sous le nom de King­pin Pro­duc­tion. Cer­tains de leurs films sont de­ve­nus des clas­siques comme Back in black, BrainS­torm, ou Hap­py Hour. Ce­ci n'est pas uni­que­ment dû au ni­veau de ride mais aus­si à leur in­tro de ri­deurs com­plè­te­ment dé­ca­lée et d'une réa­li­sa­tion par­faite. Beau­coup de ces idées ont été pen­sées et dé­ve­lop­pées par Shane, d'où un autre de ses pseu­dos " Cap­tain". Après la fin de King­pin pro­duc­tion, Shane s’est tour­né vers Ab­sinthe Films. Son pre­mier film pour eux s'est avé­ré être un des plus gros suc­cès d’Ab­sinthe : Pop. Cette vi­déo my­thique a pro­ba­ble­ment chan­gé la donne sur ce qui était pos­sible dans le snow­board. La fa­meuse ses­sion de De Mar­chi et Tra­vis Rice sur le Chad's Gap res­te­ra comme un mo­ment clé dans la pro­gres­sion de notre sport. Ba­sé à Salt Lake Ci­ty, Shane a tout mis en place pour que cette ses­sion se fasse, avec le dé­noue­ment qu'on lui connaît. Mais son in­fluence sur le snow­board ne s'ar­rête pas là, il est aus­si un des découvreurs de ta­lents les plus pro­duc­tifs dans le mi­lieu. Un exemple, Bode Mer­ril. Per­sonne n'a plus pous­sé Bode que Shane et c'est ce qui le rend in­con­tour­nable sur la scène de Salt Lake Ci­ty. Il a aus­si dé­ve­lop­pé le cô­té jib chez Ab­sinthe Films en ame­nant des ri­deurs tels que Cale Zi­ma, Mi­key Leblanc, MFM, Dan Brisse, etc… Il a les clés de la ville, comme di­rait Jules Rey­mond. Ori­gi­naire de Buf­fa­lo, il a gar­dé l'at­ti­tude East Coast pour de­ve­nir un mé­lange de To­ny So­pra­no et Pe­ter Fon­da dans Ea­sy Ri­der. Très créa­tif mais les pieds bien at­ta­chés au sol quand il s'agit de " get­ting shit done"( faire le job). De­puis 2010, chaque an­née Shane vient pas­ser du temps en Suisse. En fé­vrier 2013, pen­dant le tour­nage de Do­pa­mine ( la nou­velle pro­duc­tion Ab­sinthe Films, NDLR), nous sommes par­tis en­semble en trip dans les Do­lo­mites ita­liennes. Avec un crew de sept ri­deurs, la tâche s'avé­rait dif­fi­cile. Mais c'était sans comp­ter sur son flegme lé­gen­daire. Le trip a été l’un des plus pro­duc­tifs dont je puisse me rap­pe­ler et ce­ci est en grande par­tie dû à son ap­proche du fil­ming : hu­mour dé­ca­lé, dy­na­mique de groupe po­si­tive et sur­tout… “What the fuck !”, son ex­pres­sion fa­vo­rite. Vous l'au­rez com­pris Shane est aus­si à l'aise à shoo­ter du ba­ck­coun­try que du street, à fil­mer en nu­mé­rique qu'en ar­gen­tique et il peut uti­li­ser un winch au­tant que conduire une mo­to­neige. Et si vous êtes un fan de vi­déo, il ne fait au­cun doute que d'une ma­nière ou d'une autre, Shane vous a in­fluen­cé au cour de ces quinze der­nières an­nées.

"C'EST LE MEC LE PLUS ÉCOEURANT AVEC QUI FAIRE LA FÊTE. JE L'AI DÉ­JÀ VU PAR­TIR AVEC UNE BOMBE APRÈS DEUX MI­NUTES (2 FOIS 60 SE­CONDES, OUI MON­SIEUR !) PAS­SÉ DANS LE BAR. TRUE STO­RY !"

Syl­vain Bour­bous­son

À DROITE Shane se gave en slash après une jour­née de

tra­vail au bu­reau !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.