EN­QUÊTE

QUOI DE NEUF AU COEUR DU SNOW­BOARD ?

Snow Surf - - Édito / Sommaire -

Quoi de neuf dans nos snow boards ? Les der­niers ma­té­riaux et leur uti­li­sa­tion, la planche cô­té tech­nique…

L’ÉVO­LU­TION DE LA FA­BRI­CA­TION DES SNOW­BOARDS NE SE LI­MITE PAS À CELLE DES PRO­CÉ­DÉS ET TECHNOLOGIES UTI­LI­SÉS POUR CONCE­VOIR NOS PLANCHES. ELLE CONCERNE AUS­SI LES MA­TÉ­RIAUX. DE NOU­VEAUX VE­NUS, COMME LE BAM­BOU OU LE BA­SALTE, SONT AIN­SI AP­PA­RUS AU COEUR DE NOS SNOW­BOARDS CES DER­NIERS HI­VERS. CE­CI AFIN DE RÉ­PONDRE À DES BE­SOINS MUL­TIPLES (LÉ­GÈ­RE­TÉ, RI­GI­DI­TÉ, AB­SORP­TION DES VI­BRA­TIONS…) TOUT EN TÂCHANT D’IN­TÉ­GRER DE NOU­VEAUX EN­JEUX TELS QUE LE DÉ­VE­LOP­PE­MENT DU­RABLE.

Si, en li­sant cet ar­ticle, vous es­pé­rez dé­cou­vrir le ma­té­riau mi­racle du fu­tur, qui ren­drait un snow­board plus souple, plus éco­lo­gique, plus ré­sis­tant ou plus tout ce que vous vou­lez, et ce­la sans avoir à faire le moindre com­pro­mis, pas­sez votre che­min. Il n’y a pas eu de grosse ré­vo­lu­tion ré­cente dans la fa­bri­ca­tion des snow­boards. Ja­cky Ch­ris­toud, res­pon­sable ma­té­riaux chez Rossignol, cite ain­si l’exemple d’une par­tie im­muable d’un snow­board, en l’oc­cur­rence ses

carres. « Elles sont en acier as­sez clas­sique, qui est trem­pé et re­ve­nu pour ob­te­nir une du­re­té en sur­face et ré­sis­ter dans le temps. On peut éven­tuel­le­ment adap­ter le pro­fil de la carre – par exemple la rendre plus large pour un snow­board de lo­ca­tion, afin d’aug­men­ter sa du­rée de vie – mais c’est à peu près tout. Par le pas­sé, on avait bien es­sayé de l’acier inoxy­dable. Mais il a une li­mite élas­tique as­sez faible, avec comme consé­quence que le snow­board ne re­prenne pas sa forme ini­tiale après dé­for­ma­tion, au­tre­ment dit qu’il se dé­forme de ma­nière per­ma­nente. » Une autre par­tie es­sen­tielle du snow­board n’est pas prête de chan­ger se­lon Ja­cky Ch­ris­toud : « Pour la se­melle, on n’a en­core rien trou­vé de mieux que le po­ly­éthy­lène. On a dé­jà tes­té des ma­té­riaux plus hy­dro­phobes, mais sans suc­cès. À l’heure ac­tuelle, la seule chose qu’on fait va­rier, c’est le poids mo­lé­cu­laire de ce po­ly­éthy­lène. Plus il est éle­vé, meilleure est la glisse. On joue aus­si sur les ad­di­tifs » . tou­te­fois qu’une marque comme Rossignol pro­cède chaque an­née à des « plans glisse » – avec de mul­tiples tests sur le terrain – afin d’amé­lio­rer ce fac­teur es­sen­tiel d’un snow­board. Pour trou­ver de nou­veaux ma­té­riaux, il convient de creu­ser un peu. Au sens fi­gu­ré comme au sens propre, puisque c’est no­tam­ment au coeur du snow­board, dans son noyau, qu’on voit au­jourd’hui ap­pa­raître de nou­veaux com­po­sants. Le bam­bou est ain­si un ma­té­riau qui a la cote de­puis quelques hi­vers (Sa­lo­mon l’uti­lise par exemple de­puis six ans). Pour­quoi ? Parce qu’il a les mêmes ca­rac­té­ris­tiques mé­ca­niques que le frêne, gé­né­ra­le­ment uti­li­sé pour les mo­dèles (très) haut de gamme et/ou de com­pé­ti­tion. Il est aus­si ri­gide et offre une meilleure ab­sorp­tion des chocs. Or, même si vous ne vous en ren­dez pas

tou­jours compte, la glisse est un en­chaî­ne­ment de chocs. D’où l’in­té­rêt d’uti­li­ser un ma­té­riau ca­pable de les amor­tir, afin d’amé­lio­rer le contact entre la planche

et la neige. « Il a une résilience – c’es­tà- dire la quan­ti­té d’éner­gie ab­sor­bée par un corps lors d’une dé­for­ma­tion – qui est su­pé­rieure à celle de l’acier. Son autre atout est d’ordre en­vi­ron­ne­men­tal. Il ne s’agit pas d’un bois, mais d’une plante. Il pousse ex­trê­me­ment vite – plus d’un mètre par jour pour cer­taines va­rié­tés de bambous – ce qui en fait un ma­té­riau hy­per re­nou­ve­lable » , s’en­thou­siasme Ben Hall, le créa­teur et ma­na­ger gé­né­ral de Borealis, une marque qui entre cet hiver dans sa deuxième an­née d’exis­tence, et com­mer­cia­lise huit mo­dèles, presque ex­clu­si­ve­ment pour une pra­tique free­ride. Pour au­tant, le bam­bou est loin d’avoir com­plè­te­ment rem­pla­cé les bois tra­di­tion­nel­le­ment uti­li­sés dans la fa­bri­ca­tion de nos boards, comme le peu­plier. « C’est un ma­té­riau as­sez dense et lourd, donc on ne pour­rait pas l’uti­li­ser seul. On conti­nue à mettre prin­ci­pa­le­ment du peu­plier dans nos mo­dèles, alors que le bam­bou re­pré­sente 10 à 15 % de la ma­tière pre­mière » , as­sure Ben Hall. Un autre fac­teur ex­plique que le bam­bou soit en­core peu ré­pan­du dans les snow­boards : son coût, en­vi­ron le double du frêne.

LE BAM­BOU A LES MÊMES CA­RAC­TÉ­RIS­TIQUES MÉ­CA­NIQUES QUE LE FRÊNE. IL EST AUS­SI RI­GIDE ET OFFRE UNE MEILLEURE AB­SORP­TION DES CHOCS.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.