DANS LA COL­LEC­TION DE DISQUES DE…

Paul Da­no

So Film - - ~ L’ouvreuse~ -

« À chaque époque de ma vie, il y a eu de la mu­sique. Là, for­cé­ment, je suis à fond dans les al­bums des Beach Boys, Pet Sounds et Smi­ley Smile, parce que je vais mettre long­temps à sor­tir de mon rôle de Brian Wil­son. La mu­sique, pour moi, d’abord, ça a été en pio­chant des choses dans la col­lec­tion de vi­nyles de mes pa­rents : les Beatles, quelques disques de rhythm & blues. En­suite, au de­but de l’ado­les­cence, au mo­ment des pre­miers choix dé­ter­mi­nants, je me prends de pas­sion pour les sin­gers song­wri­ters : Tom Waits, Neil Young et Ri­chie Ha­vens. Je me rends compte que ces mecs so­li­taires ont la classe, un pe­tit sup­plé­ment d’âme, jus­te­ment parce qu’ils im­posent un truc très sin­gu­lier. Et puis, pen­dant mes an­nées d’étu­diant, ça a l’air étrange, mais j’ai eu ma phase gang­sta rap ; Tu­pac Sha­kur, No­to­rious B.I.G, le Wu-Tang Clan, bien sûr. J’en écoute tou­jours, même si ce­la ne m’em­pêche pas de me poin­ter, avec mes potes, aux concerts de Suf­jan Ste­vens, comme ré­cem­ment à New York. Et quand Tom Waits se pro­duit, je suis tou­jours au pre­mier rang. Le seul pro­blème de la mu­sique, au­jourd’hui ? Elle manque de vraies stars. Ceux qui se trim­ballent un vrai cha­risme de star à notre époque, ce sont les spor­tifs. Le meilleur concert de rock que j’ai eu l’oc­ca­sion d’al­ler voir, c’est un match de NBA des LA La­kers avec Kobe Bryant. » Pro­pos re­cueillis par JVC Paul Da­no est à l’af­fiche de Love and Mercy, le bio­pic consa­cré au lea­der des Beach Boys.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.