MES AN­NÉES DE GROUPE PAR…

So Film - - ~ L’ouvreuse~ -

Jim Stur­gess, co­mé­dien bri­tan­nique ( Un Jour, Cloud At­las) « Londres, au dé­but des an­nées 2000, c’était ex­ci­tant. Les Li­ber­tines en­fam­maient le pu­blic par­tout où ils pas­saient, DJ Sha­dow aus­si, tout le monde al­lait voir tout le monde. Mon groupe Di­la­ted Spies a ex­plo­sé, et on s’est bien mar­rés sauf qu’on a n’a ja­mais vrai­ment rien fi­ni en fait. Le plus in­croyable, c’est quand les mecs du la­bel Def Jam sont ve­nus de Los An­geles pour me voir ré­pé­ter avec mon groupe, c’était dingue. On n’échan­geait rien sur in­ter­net à l’époque, c’était tout neuf. Je suis fier de ce qu’on a fait, mais je suis sou­la­gé que la mu­sique ne soit pas de­ve­nue ma vie. C’était trop tu­mul­tueux pour moi, vo­la­tile… C’est de la fo­lie, la vie de groupe. Le plus bi­zarre, c’est que j’ai vé­cu à Man­ches­ter pen­dant plu­sieurs an­nées, j’ai bou­gé là-bas pour la mu­sique mais je suis de­ve­nu ac­teur, c’est juste n’im­porte quoi. Faire l’ac­teur, c’est de la mu­sique, c’est très mu­si­cal. Quand je lis un script, c’est un rythme, un mot en plus ou en moins, ce­la change tout. » Pro­pos re­cueillis par BF

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.