Lon­don Cal­ling au ci­né­ma

So Film - - ~ L’ouvreuse~ -

1. BILLY EL­LIOT ( Ste­phen Dal­dry, 2000) Le Clash uti­li­sé à bon es­cient : l’An­gle­terre de Mar­ga­ret That­cher, la grève des mi­neurs et des te­nues en jean dans les fa­ra­way towns. Les flics dé­barquent à Du­rham ha­billés comme Dark Va­dor et ta­bassent le grand frère To­ny alors que Strum­mer chante « Now war is de­cla­red » . LA scène où Billy la bal­le­rine au­rait pu tour­ner hoo­li­gan.

2. MEURS UN AUTRE JOUR ( Lee Ta­ma­ho­ri, 2002) Rien de plus bri­tish au monde que cette scène mê­lant un James Bond époque Pierce Bros­nan en cos­tume im­pec­cable, si­ro­tant sa vod­ka-martini dans un avion, alors que le mé­chant mil­lion­naire à l’ac­cent an­glais à cou­per au cou­teau saute d’un autre en­gin, pour ar­ri­ver en pa­ra­chute à l’ef­fi­gie de l’Union Jack sur les marches de Bu­ckin­gham. Vi­sitB­ri­tain.com likes this.

3. MA FEMME EST UNE AC­TRICE ( Yvan At­tal, 2001) Le pre­mier film d’Yvan At­tal, qui sau­tille entre Paris et Londres au rythme de son ac­trice de femme, évite les plans sur les pa­vés plu­vieux de Big Ben et les en­gueu­lades par ca­bines té­lé­pho­niques in­ter­po­sées. C’est dé­jà bien. En re­vanche, le film ne Parce que quand le té­lé­phone sonne, on ré­pond. nous épargne pas l’in­dis­pen­sable plan aé­rien de l’Eu­ros­tar qui va et vient de chaque cô­té de la Manche. At­tal a le mé­rite d’y al­ler à fond : Lon­don Cal­ling à chaque al­ler-retour.

4. FRIENDS ( Sai­son 4, épi­sode 23, 1998) Fin de la sai­son 4, c’est enfin le ma­riage de Ross avec sa fian­cée Emi­ly. Le ma­riage se dé­roule à Londres, ce qui en­traine une longue scène de ba­lade dans la ca­pi­tale an­glaise, tous dra­peaux sor­tis. Lon­don Cal­ling fait le job, jus­qu’à ce que Ross ap­pelle sa fian­cée Ra­chel. Ma­riage rem­bo­bi­né.

5. MES­RINE : L’EN­NE­MI PU­BLIC N° 1 ( Jean- Fran­çois Ri­chet, 2008) Jacques Mes­rine était un fu­gi­tif de goût. Après s’être ca­ché aux Ca­na­ries, en Si­cile et au Vé­né­zue­la, le bra­queur se ré­fu­gie à Londres, où il au­ra moins de chance, puisque la po­lice l’y re­trou­ve­ra. Un épi­sode qui se de­vait d’être ac­com­pa­gné d’une BO an­ti­mo­nar­chique. Et comme les Sex Pis­tols coûtent trop cher…

6. IN­TI­MI­TÉ ( Pa­trice Ché­reau, 2001) Ce n’est pas le Londres de To­wer Bridge que filme Ché­reau mais ce­lui d’Hanif Kureishi. Au­tre­ment dit, ce sont sur­tout deux in­con­nus qui couchent en­semble dans un sous-sol un peu crade, don­nant sur les rues ani­mées de So­ho. Après tout, une bonne play­list n’a ja­mais fait de mal à un per­son­nage ban­cal.

7. LES PI­RATES ! BONS À RIEN, MAU­VAIS EN TOUT ( Peter Lord, Jeff Ne­witt, 2012) Quand un pi­rate en pâte à mo­de­ler qui a la voix de Hugh Grant kid­nappe Dar­win pour échap­per à une Queen Vic­to­ria à frou­frous, So­ny Pic­tures a en­core un doute sur la com­pré­hen­sion de la lo­ca­li­sa­tion géo­gra­phique de son his­toire ma­ri­time. Heu­reu­se­ment que Lon­don Cal­ling parle des Beatles, si­non on se­rait per­dus. 9. LA NUIT AU MU­SÉE 3 ( Shawn Le­vy, 2014) Après l’Ame­ri­can Mu­seum of Na­tu­ral His­to­ry de New York, Ben Stiller dé­barque au Bri­tish Mu­seum pour la fin d’un trip­tyque au suc­cès mi­ti­gé. Sum­mum de l’hor­reur, les cartes pos­tales de la ca­pi­tale dé­filent en une mi­nute et de­mie. Les Clash ont le temps de chan­ter tout un re­frain avant que Shawn Le­vy ne s’aper­çoive qu’on ne voit plus Ben Stiller. Co­mé­die ro­man­tique amé­ri­caine + Aman­da Bynes dans le rôle de la fille secrète d’un Lord an­glais joué par Co­lin Firth = Lon­don Cal­ling à tout va. Joe Strum­mer se re­tourne dans sa tombe… Nu­clear er­ror. Par Hé­lène Cou­tard

8. AME­RI­CAN TRIP ( Ni­cho­las Stol­ler, 2010) At­ten­tion, un film amé­ri­cain est en train d’es­sayer de vous faire com­prendre que l’his­toire s’est dé­pla­cée à Londres. Au cas où la vue aé­rienne du Lon­don Eye, le bus rouge et la pluie ne suf­fi­saient plus, Stol­ler et Apa­tow re­lancent d’un ac­teur bri­tan­nique mal coif­fé et d’un Lon­don Cal­ling, donc. Ce se­ra tout ?

10. CE DONT RÊVENT LES FILLES ( Den­nie Gor­don, 2003)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.