Les pires scènes de dan­ce­floor

So Film - - ~ L’ouvreuse~ -

Parce qu’il ne suf­fit pas d’avoir le sens du rythme pour fil­mer des gens bour­rés. Dans le deuxième opus de la trilogie, Neo, Mor­pheus et Tri­ni­ty pour­suivent tran­quille­ment leur com­bat contre la ma­trice jus­qu’à cette in­croyable scène de rave par­ty dans les grottes de Zion, entre gue­nilles en toile de jute, danse las­cive et am­biance new age. Comme quand, adolescent, vous re­fai­siez le monde au Reggae Sun Ska Fes­ti­val, oui. 3. BA­SIC INS­TINCT ( Paul Ve­rhoe­ven, 1991) La qua­li­té des films de Paul Ve­rhoe­ven est sou­vent in­ver­se­ment pro­por­tion­nelle à celle de ses scènes de club. Ro­bo­Cop, Show­girls, Star­ship Troo­pers… Le Hol­lan­dais violent est pas­sé maître dans l’art de frac­tu­rer l’oeil la nuit tom­bée. Mi­chael Dou­glas, son t-shirt col en V, son torse qui perle et ses che­veux au pen­to sur fond de mu­sique trance en savent quelque chose.

2. MATRIX RE­LOA­DED ( An­dy et La­na Wa­chows­ki, 2003)

1. SCAR­FACE ( Brian De Pal­ma, 1983) Comme le dit So­sa en voyant To­ny Mon­ta­na s’avan­cer sur la piste, ce der­nier est un pé­que­naud. Cos­tard sa­ti­né, col pelle- à-tarte et ci­gare au bec, le dea­ler cu­bain a la classe dans les chaus­settes. Et pas en­core Mi­chelle Pfeif­fer dans la poche, même si la blonde ne semble pas beau­coup plus à l’aise sur la piste. Un grand mo­nu­ment de gêne. 4. LE CLUB DES MONSTRES ( Roy Ward Ba­ker, 1981) Dans ce film à sketchs de la Ham­mer, Vincent Price et John Car­ra­dine re­font l’arbre gé­néa­lo­gique du ci­né­ma d’hor­reur en si­ro­tant des verres d’hé­mo­glo­bine. Sur la piste, la ca­mé­ra fu­rète entre les monstres. Ou plu­tôt entre les fi­gu­rants mon­tés sur res­sorts, un masque d’Hal­lo­ween pre­mier prix vis­sé sur la tête. 5. THE COL­LEC­TION ( Mar­cus Duns­tan, 2012) Vous avez vu le do­cu­men­taire Un sa­me­di soir en province ? Mar­cus Duns­tan (scé­na­riste des quatre der­niers opus de la sa­ga Saw) aus­si. Sans doute pour ce­la qu’il a pen­sé à dé­ca­pi­ter un par­terre de jeunes gens dé­pra­vés – ouh, quelle ori­gi­na­li­té ! – à coups de mois­son­neuse bat­teuse. En re­vanche, Mar­cus n’a pas as­sez re­gar­dé Ni­co­las le jar­di­nier : la mau­vaise herbe, ça se traite au désher­bant.

6. ( Alexandre Ar­ca­dy, 1982) Il ne s’agit pas à pro­pre­ment par­ler d’une scène de dis­co­thèque, mais cette danse en­dia­blée dans un bar gi­tan de Bel­le­ville, of­ferte par le « Sa­cris­tain », in­ter­pré­té par Richard Boh­rin­ger, vaut le dé­tour. Tout en col rou­lé, mous­tache fi­ne­ment taillée et « Olé ! » de cir­cons­tance. Im­par­don­nable. Pa­roles de Ray­mond Bet­toun.

7. SPI­DER­MAN 3 ( Sam Rai­mi, 2007) Pour rendre ja­louse Kirs­ten Dunst, To­bey Ma­guire est prêt à tout. No­tam­ment trim­ba­ler Bryce Dal­las Ho­ward dans un club de jazz et lui sor­tir le grand jeu. Quelques notes de pia­no, des mou­li­nets de jambe et une danse avec une chaise. Rien que ce­la. Bi­zar­re­ment, Ron Bur­gun­dy et son nu­mé­ro de flûte tra­ver­sière sont beau­coup plus cré­dibles. 8. FRANTIC ( Ro­man Po­lans­ki, 1988) De­vant la pres­ta­tion toute en dé­han­chés d’Em­ma­nuelle Sei­gner dans cette mi­nus­cule boîte pa­ri­sienne des an­nées 1980, et mal­gré le su­blime mor­ceau I’ve Seen That Face Be­fore de Grace Jones et As­tor Piaz­zol­la, Har­ri­son Ford est comme le spec­ta­teur : aus­si mal à l’aise que cir­cons­pect. 9. FAST AND FU­RIOUS : TO­KYO DRIFT ( Jus­tin Lin, 2006) Sans doute la scène de club la plus cheap ja­mais vue au ci­né­ma, digne d’un clip de rap à 2 000 vues sur Youtube. La palme re­ve­nant bien évi­dem­ment à ce DJ to­kyoïte en ha­bits de lu­mière, qui frappe non­cha­lam­ment dans les mains de­vant ses pla­tines ar­rê­tées.

10. BAD BOYS II ( Mi­chael Bay, 2003) Se­lon Mi­chael Bay, une dis­co­thèque, c’est : 1) de la lu­mière noire par­tout, 2) des femmes très court vê­tues en masse et 3) quelques hommes qui y font prin­ci­pa­le­ment du break dance. C’est dé­sor­mais of­fi­ciel : le réa­li­sa­teur de Trans­for­mers n’a ja­mais fou­tu les pieds en boîte. C’était pour­tant pas com­pli­qué de de­man­der conseil à Will Smith. Par Mat­thieu Ros­tac

LE GRAND PAR­DON

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.