RICHARD ROUNDTREE

So Film - - ~ Happy End~ -

Blax­ploi­gra­phie : Shaft ; Shaft’s Big Score ! ; Shaft in Afri­ca. « Le mé­de­cin m’a dit, “Vous avez un can­cer du sein.” Je n’ai en­ten­du que la pre­mière par­tie d’abord, le mot can­cer. Ce n’est qu’après que j’ai réa­li­sé qu’il était lo­ca­li­sé au ni­veau de la poi­trine. Je n’ai pu en par­ler que cinq ans après avoir gué­ri. » Fou d’ima­gi­ner que Richard Roundtree, l’in­ter­prète du my­thique Shaft, l’homme consi­dé­ré comme le pre­mier black ac­tion he­ro, la fi­gure du mâle in­faillible, le « sex ma­chine pour toutes les meufs » chan­té par Isaac Hayes, ait pu souf­frir d’un can­cer du sein et su­bir une double mas­tec­to­mie au dé­but des an­nées 1990. De­puis les an­nées blax­ploi­ta­tion, Roundtree vit heu­reux, mais dans l’ombre : rôles pé­pères dans des films à pe­tits bud­gets, ap­pa­ri­tion dans le re­boot de Shaft, dans Des­pe­rate Hou­se­wives et Mentalist.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.