JIM BROWN

So Film - - ~ Happy End~ -

De 1957 à 1965, il do­mine avec son équipe de Cle­ve­land le cham­pion­nat de foot­ball amé­ri­cain. Avec sa car­rure et à seule­ment 30 ans, il trouve fa­ci­le­ment des op­por­tu­ni­tés dans le ci­né­ma et fait, si­mul­ta­né­ment, dans le so­cial, en fon­dant des as­so­cia­tions d’aide à la com­mu­nau­té noire et à la lutte contre les gangs. La ma­jeure par­tie de sa car­rière ci­né­ma­to­gra­phique est anec­do­tique, à l’image de son se­cond rôle en 1996 dans Mars At­tacks!, dans le­quel il in­ter­prète un an­cien boxeur ago­ni­sant du mar­tien à coup de man­dales. Brown est éga­le­ment cé­lèbre pour ses nom­breuses vi­sites (dès 1966) au tri­bu­nal : af­faires de vio­lences vo­lon­taires et de me­naces. En 2002, Spike Lee réa­lise un do­cu­men­taire sur cette fi­gure du pay­sage cultu­rel et ju­di­ciaire des États- Unis. Son titre : Jim Brown : All- Ame­ri­can. Une cer­taine vi­sion de l’Amé­rique, en ef­fet. Blax­ploi­gra­phie : Black Gunn ; Slaugh­ter’s Big RipOff; Th­ree the Hard Way.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.