Sé­quence Star : Les Deux Ca­va­liers de John Ford, vu par Lu­cas Bel­vaux

So Film - - SOMMAIRE -

Ce n'est pas le meilleur John Ford, en­core que, mais la sé­quence de lyn­chage du jeune In­dien a été fon­da­trice pour moi. Elle m'a énor­mé­ment im­pres­sion­né quand j'ai dé­cou­vert le film dans ma jeu­nesse. C'est un peu le même su­jet que La Pri­son­nière du dé­sert. Des co­lons tra­versent la prai­rie et ils sont ac­com­pa­gnés de deux hommes qui sont char­gés de ré­cu­pé­rer des en­fants qui ont été kid­nap­pés par des tri­bus in­diennes au cours d'un voyage des an­nées au­pa­ra­vant. Ils vont en ré­cu­pé­rer deux, dont un ado­les­cent qui a été éle­vé par eux, c'est de­ve­nu un In­dien, cultu­rel­le­ment. Donc il est po­ten­tiel­le­ment dan­ge­reux. Sa fa­mille ne le re­con­naît pas vrai­ment parce qu'il a gran­di, il a chan­gé. Mais une vieille dame as­sure que c'est son fils et elle veut ab­so­lu­ment le ré­cu­pé­rer. Donc les co­lons lui confient le jeune homme et lui disent qu'il ne faut sur­tout pas le dé­ta­cher parce que pour le mo­ment, c'est en­core un In­dien, un sau­vage. Mais dans la nuit, la dame en­tend les sup­pli­ca­tions du gar­çon et va le dé­ta­cher. Le jeune homme im­mé­dia­te­ment la poi­gnarde. Les co­lons s'em­parent alors de lui pour le lyn­cher, le tuer parce qu'ils pensent qu'il est ir­ré­cu­pé­rable. Pen­dant que le jeune homme se dé­bat, il va ren­ver­ser les ba­gages d'un autre cha­riot, ce­lui d'une jeune femme dont le frère avait été aus­si kid­nap­pé. Une boîte à mu­sique tombe, se met en route et tout d'un coup le ga­min se met à crier en boucle « Mu­sique ! Mu­sique ! Mu­sique ! » . La jeune fille com­prend qu'il s'agit en fait de son frère mais elle ne peut rien faire et le ga­min est pen­du. C'est donc une sé­quence d'une grande vio­lence, parce qu'il s'agit quand même d'adultes qui pendent un en­fant et qu'ils vont le faire sous les yeux de sa soeur qui va perdre son frère au mo­ment où elle au­rait pu es­pé­rer le re­trou­ver. Quand j'étais en­fant, cette sé­quence m'a han­té pour plein de rai­sons. J'étais tou­ché émo­tion­nel­le­ment par ce pré­ado­les­cent en si­tua­tion de grande fai­blesse par rap­port aux autres et puis parce que tout à coup ça ren­ver­sait toutes les va­leurs : ceux qui étaient pré­sen­tés comme les bons – ces co­lons à la re­cherche de leurs en­fants kid­nap­pés – se ré­vèlent être une bande de bar­bares, d'abru­tis, de sau­vages. Donc pour moi, c'était dé­jà du ci­né­ma po­li­tique. Je n'ai ja­mais re­vu le film mais cette sé­quence me reste, elle est ins­crite en moi. Ça m'a beau­coup in­fluen­cé dans mon rap­port au ci­né­ma, à la re­pré­sen­ta­tion de la vio­lence, etc. Et même si le film a mau­vaise ré­pu­ta­tion (je crois que John Ford en di­sait beau­coup de mal), ça dit aus­si qu'une sé­quence seule peut sau­ver un film. Ce qu'il me reste de la mise en scène, c'est le hors-champ. On ne voit pas l'en­fant être pen­du dans mes sou­ve­nirs. On voit juste le ga­min se faire em­por­ter et se dé­battre. Ça re­lève de l'im­mon­trable je pense, de ce qui n'est pas re­pré­sen­table. Et pour­tant c'est bou­le­ver­sant parce qu'il y a le son et le re­gard de sa soeur sur ce qui est en train de se pas­ser. C'est un Ford tar­dif, cré­pus­cu­laire, mélancolique, qu'il a tour­né juste avant L'homme qui tua Li­ber­ty Va­lance, qui re­vient sur ce qu'il a dé­jà ra­con­té avant, c'est-à-dire : ce qu'est la ci­vi­li­sa­tion, comment elle est mise en place, les rap­ports entre les In­diens et les Eu­ro­péens, comment un peuple a pris le pas sur un autre en l'écra­sant. C'est aus­si un film sur la co­lo­ni­sa­tion, sur la mi­sère, parce que les Eu­ro­péens par­tis en Amé­rique, c'est aus­si des mi­grants qui ont per­du leur pays, ce qui ne les em­pêche pas de se com­por­ter comme des brutes à leur tour... Ce sont des choses sur les­quelles il faut conti­nuer de ré­flé­chir tout le temps. • PRO­POS RECUEILLIS PAR RA­PHAËL CLAIREFOND CHEZ NOUS, UN FILM DE LU­CAS BEL­VAUX, AVEC EMILIE DEQUENNE, AN­DRÉ DUSSOLLIER, GUILLAUME GOUIX. EN DVD & BLU- RAY LE 12 JUILLET.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.