Si vous de­viez... In­car­ner une prin­cesse ex­tra­ter­restre, par Es­ther Gar­rel

Il y a quelques mois, elle ir­ra­diait en amou­reuse éplo­rée dans L’Amant d’un jour. À la ren­trée, Es­ther Gar­rel n’a tou­jours pas re­non­cé à l’amour sans conces­sion et se ver­rait bien en prin­cesse ex­tra­ter­restre. Avec un prince roux et Houel­le­becq en slip.

So Film - - Sommaire - PROPOS RECUEILLIS PAR RA­PHAËL CLAIREFOND ILLUSTRATION : FREAK CI­TY

Je me ver­rais bien dans le rôle de la fille du roi Ze­phy­ros, grand maître de Mi­zi­trak, ca­pi­tale de l'unique pays de la pla­nète Plu­ton, où l'on oblige les filles à choi­sir plu­sieurs maris, car elles sont en mi­no­ri­té. Pour sta­bi­li­ser la so­cié­té et em­pê­cher les guerres entre les hommes, mon ar­rière-ar­rière-ar­rière-ar­riè­re­grand-père a ins­crit dans la consti­tu­tion que chaque fille se voit dans l'obli­ga­tion d'être in­fi­dèle à trois maris suc­ces­sifs. Il faut éga­le­ment réus­sir en der­nier lieu à construire un mé­nage à quatre sous le même toit ou, au choix, me­ner une qua­druple vie. Mais, cour­ti­sée très jeune par un cer­tain Ve­lo­cel dont je tombe amou­reuse, je cache dans un pre­mier temps cet amour à ma fa­mille pour le pro­té­ger de mon in­fi­dé­li­té obli­gée. Ve­lo­cel est un jeune homme roux aux yeux d'un bleu Klein à qui j'aban­donne mon coeur et mon corps. Du­rant une longue an­née, nous sommes très heu­reux. Mais un soir de se­maine, mon père me rend vi­site dans mes ap­par­te­ments et aper­çoit, po­sée non loin de mon porte-plume, une de ses lettres. À la lec­ture, mon père se rend compte que je lui men­tais et ne peut que consta­ter la force de notre amour. Fou de rage, il me convoque le soir même. Es­cor­tée par un garde, j'entre alors pour la pre­mière fois dans ce pa­lais somp­tueux, or­né de pierres et de joyaux. Je suis ame­née au pre­mier rang de la salle, com­po­sée de bancs re­cou­verts de ve­lours rouge. Mon père entre len­te­ment et s'ins­talle en haut de la tri­bune cen­trale. Il me dé­clare que je dois sans dé­lai faire connaître ma dé­ci­sion : trom­per mon unique amour ou quit­ter le pays sans dé­lai, c'est-à-dire, la pla­nète. Je rentre seule dans mes ap­par­te­ments, sans es­poir et com­mence une longue lettre à Ve­lo­cel. Je lui dis com­bien ce­la m'ar­rache le coeur de par­tir, ne pou­vant me ré­soudre à ap­pro­cher un autre homme que lui. Je lui fais le ser­ment qu'il res­te­ra à ja­mais l'unique amour qui au­ra eu le pri­vi­lège de par­ta­ger mon lit.

En­di­man­ché d’un slip de bain

Le len­de­main, on me fait sa­voir que je peux choi­sir la pla­nète qui m'ins­pire le plus. J'ap­prend que la pla­nète Terre a un ra­tio in­verse à Plu­ton : deux femmes pour un homme. Je m'as­sure ain­si de ne pas tom­ber dans un royaume ré­gi par la même règle d'in­fi­dé­li­té. Je fais mes va­lises et on m'en­voie sur Terre par tur­bu­la­to­bio­ma­chine. J'at­ter­ris dans les mon­tagnes, où je tombe sur un homme en­di­man­ché d'un slip de bain re­cou­vrant la to­ta­li­té de son corps. Il ac­tionne, à l'aide de ses pieds, de grands cy­lindres, pen­dant qu'un tas de bon­hommes le suivent cinq mètres der­rière avec d'autres ma­chines en­core plus étranges. Je re­garde cet homme et lors­qu'il tourne la tête, nos re­gards se croisent. Nous sa­vons im­mé­dia­te­ment que nous ne pour­rons plus ja­mais nous sé­pa­rer. Il m'ap­prend par la suite qu'il a un nom com­po­sé en deux par­tie : Mi­chel et Houel­le­becq. Il me ra­conte que les ma­chines qui le suivent sont des ins­tru­ments ser­vant à l'en­re­gis­tre­ment du son et des images des­ti­nées à être mon­trées au peuple ter­restre dans une salle noire ap­pe­lée « ci­né­ma ». Les res­pon­sables de cette grande en­tre­prise sont Gus­tave Ker­vern et Be­noît De­lé­pine. De qua­rante-trois ans mon aî­né, il me pa­rait pos­sible de nous mettre en ma­riage blanc, ce qui lui convient par­fai­te­ment. À la fin, on s'ins­talle en­semble dans les mon­tagnes pour vivre un amour fou et pla­to­nique. Je re­trouve chez lui à la fois un père, un ma­ri, et l'as­su­rance d'avoir aban­don­né mon corps à un seul homme... •

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.