Si vous de­viez... Fil­mer les 40 ans de Ma­cron à l’Ely­sée, par Ma­nu Payet

Puisque Ma­nu Payet re­monte sur scène pour la pre­mière fois en dix ans avec un spec­tacle so­bre­ment ti­tré : Em­ma­nuel (« Ma­nu, ça fait clo­peur » ), c’était le mo­ment de prendre un peu d’avance et d’ima­gi­ner au ci­né­ma la pe­tite sau­te­rie du pré­sident Ma­cron po

So Film - - SOMMAIRE - PRO­POS RE­CUEILLIS PAR RA­PHAËL CLAIREFOND ILLUS­TRA­TION : FREAK CI­TY

Le film sui­vrait la ges­tion en temps réel d’une si­tua­tion de crise lors de la soi­rée d’an­ni­ver­saire de notre pré­sident. Ce sont ses 40 ans, il a en­vie de s’amu­ser. Le film ra­conte les 90 mi­nutes qui ont failli faire bas­cu­ler le monde dans le chaos. Il se­rait à la fois une ana­lyse des rouages po­li­tiques et de notre so­cié­té ac­tuelle mais aus­si et sur­tout une grosse co­mé­die sur l’his­toire d’un mec qui veut fê­ter ses 40 ans tran­quille. Sauf que ce mec, c’est Em­ma­nuel Ma­cron. Tout com­mence avec une ba­nale sto­ry Instagram. Il est en train de brie­fer son com­mu­ni­ty ma­na­ger pen­dant la fête : « Agran­dis­sez le dra­peau fran­çais, voi­là, comme ça... Avec les co­tillons de fête... » Puis, Ma­nu est sol­li­ci­té par un conseiller qui lui parle à l’oreille. Tan­dis que le com­mu­ni­ty ma­na­ger filme les in­vi­tés à cô­té. Pro­blème : sur la vi­déo, on en­tend le pré­sident en ar­rière-plan dire à son conseiller : « Non, non, non, at­ten­dez les gars, c’est mes 40 piges, vous me par­lez pas de Kim Jung-un, je veux pas en­tendre par­ler de ce gars-là, OK ? » Là, il y au­rait un jeune gars dans sa chambre de bonne, à deux pas de l’Ely­sée, in­ter­pré­té par Fin­ne­gan Old­field, qui voit la sto­ry en temps réel et qui se dit : « Wooow, ok... » De re­tour à la fête, c’est Mer­kel qui s’ap­proche : « Heu, Ma­nu...Je crois qu’il y a un pe­tit mer­dage... » Alors il sort son por­table sé­cu­ri­sé, il up­date la sto­ry et manque de s’étran­gler. Evi­dem­ment, c’est là que le gâ­teau ar­rive, il est obli­gé de souf­fler ses bou­gies, sou­rire aux lèvres, pen­dant qu’ils vont cher­cher Pascal, le com­mu­ni­ty ma­na­ger. Fi­na­le­ment, il dé­cide d’im­pro­vi­ser une con­fé­rence de presse : « Mes chers com­pa­triotes, vous sa­vez ce que c’est, on a 40 piges, on fait un peu la fête et puis les mots dé­passent les pen­sées... Je vou­lais sa­luer le Ki­mou, parce que bon... Il nous manque ce soir. Il me sem­blait que le e-car­ton était par­ti... Moi, je vou­drais juste lui dire qu’il re­garde dans ses spams... » Pen­dant ce temps, en cou­lisses, ils ap­pellent le pe­tit Fin­ne­gan qui est un ha­cker hy­per-fort. Il doit re­mettre l’in­vi­ta­tion dans les spams de Kim en l’an­ti­da­tant : « Heu, d’ac­cord, mais là j’ai re­çu un Gif, il me faut le Pdf... » Kim ré­pon­drait par sto­ry in­ter­po­sée comme un clash de rap­peurs un peu nazes : « Bah fi­gure-toi mon pote que t’es mal tom­bé parce que je suis un che­ckeur de spams ! » Sur ce, Ma­nu se rap­pelle qu’il a quand même en­core les sa­lons rem­plis d’in­vi­tés de marque. Or, c’est un « kif­feur », donc il dit : « Met­tez en route le brouilleur de por­tables et tout. On ar­rête les sto­ry Instagram, par contre vous mon­tez le son, vous faites pé­ter The Wee­kend, je veux que les gens ils dansent, et de toute fa­çon y’a les Daft Punk qui sont pré­vus, y’a pas de ga­lère. »

Le co­lo­nel a pris une bière

En­suite, il des­cend dans la salle de crise où se sont re­grou­pés le vieux chef des ar­mées et son Etat-ma­jorl. Ma­nu dé­barque, faus­se­ment guille­ret : « Une pe­tite bière, mon co­lo­nel ? Il en reste... » Il ra­mène le com­mu­ni­ty ma­na­ger qui ex­plique au co­lo­nel : « En fait, voi­là... On a fait une sto­ry sur Ins­ta... – Mais qu’est-ce qu’il ra­conte lui ? Il se fout de moi ? – Pas du tout, on parle des ré­seaux so­ciaux... – Hein ? – Bon, on a mer­dé quoi... – Bah voi­là c’est plus clair. » Dans le jar­din, ils ont gon­flé un énorme bal­lon à l’hé­lium. Ma­nu le contemple avec sa­tis­fac­tion, tan­dis qu’il prend l’air sur le bal­con. Un conseiller vient lui dire d’un air mys­té­rieux : « Dans dix mi­nutes, c’est ré­glé. » Ma­nu es­quisse un sou­rire. En ren­trant, il jette sa clope qui tombe sur le bal­lon : « BOOM ». C’est la pa­nique to­tale, ça court dans tous les sens... On pour­rait fi­nir à la Die Hard avec Ma­cron dans les conduits d’aé­ra­tion de l’Ely­sée... Le titre ? « 40 ans pré­sident : mode d’em­ploi ».

EM­MA­NUEL, NOU­VEAU SPEC­TACLE DE MA­NU PAYET, DU 4 OC­TOBRE AU 31 DÉ­CEMBRE AU THÉÂTRE DE L' OEUVRE, À PA­RIS.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.