« JE NE ME SUIS JA­MAIS AU­TO­RI­SÉE À AVOIR PEUR. ET SUR­TOUT PAS D’AL­FRED HIT­CH­COCK. »

So Film - - En Couverture - PRO­POS RE­CUEILLIS PAR AC

C'était comme dans un film hol­ly­woo­dien. Je n'avais fait que des pubs et là, l'un des réa­li­sa­teurs les plus puis­sants d'Hol­ly­wood vient vous cher­cher après vous avoir briè­ve­ment aper­çue à la té­lé. C'était très ex­ci­tant et, au dé­but, il était ado­rable, il m'a même ap­pris cer­taines tech­niques de jeu, chez lui, et m'a fait re­faire des scènes de Re­bec­ca, Les En­chaî­nés ou La Main au col­let. Je vi­vais un rêve éveillé. Je me de­mande s'il avait dé­jà des sen­ti­ments pour moi à cette pé­riode…

Vous avez vé­cu un en­fer sur les tour­nages des Oi­seaux et Pas de prin­temps pour Mar­nie. Har­cè­le­ment ver­bal et phy­sique, in­ti­mi­da­tions, chan­tage émo­tion­nel… En avez-vous par­lé, par la suite, aux autres « blondes » chères à Hit­chock ?

Non, je n'ai pas res­sen­ti le be­soin de par­ler avec Kim No­vak, Eva Ma­rie Saint ou Grace Kel­ly à pro­pos de tout ce qui s'est pas­sé. Je n'en ai ja­mais eu l'op­por­tu­ni­té, par ailleurs. Je ne suis même pas sûre qu'elles aient vé­cu la même chose que moi sur leurs tour­nages. Tout ce que j'ai fait, c'est in­di­quer à Hitch que je ne vou­lais plus tra­vailler avec lui. Puis j'en ai par­lé dans des in­ter­views, et ça s'est ar­rê­té là. Je me suis dit, très sim­ple­ment, qu'il al­lait peut-être dé­truire ma car­rière a pos­te­rio­ri, mais cer­tai­ne­ment pas ma vie. Et en­core, j'ai même conti­nué à tra­vailler, même s'il est par­ve­nu à m'éloi­gner de quelques projets, dont le Fah­ren­heit 451 de son ami Truf­faut. Tout ça est très triste. On au­rait pu faire de grands films tous les deux s'il n'avait pas agi de la sorte. Mais il était hors de ques­tion que je joue ce jeu-là. Je ne suis pas cette femme-là.

Vous n'avez donc pas connu l'ex­pé­rience des fa­meux « cas­ting couch » …

Ja­mais de la vie je ne me se­rais mise dans cette si­tua­tion. Je suis par­tie bien avant. Mes pa­rents m'ont ap­pris à res­ter sur mes gardes, à ana­ly­ser les si­tua­tions et à ne pas me mettre en dan­ger. Ça pou­vait ar­ri­ver à n'im­porte qui, je le sa­vais, donc je fai­sais at­ten­tion. L'es­sen­tiel, c'est de quit­ter les lieux avant même que la si­tua­tion ne dé­gé­nère, et de ne même pas avoir à dire non. Il y a cer­tains si­gnaux qui ne trompent pas. Toutes les femmes le savent. J'ai ap­pris à les re­con­naître très, très jeune. Et quand on les re­marque, il faut prendre la porte. J'ai cla­qué plus de portes que n'im­porte quel ac­teur ! Par la suite, j'ai évi­dem­ment pré­ve­nu ma fille (Me­la­nie Grif­fith) et ma pe­tite-fille (Da­ko­ta John­son) qu'il fal­lait faire at­ten­tion à cer­taines choses.

Pour­tant, vous avez été mise en dan­ger par Hit­ch­cock…

Ab­so­lu­ment pas. Il n'en a pas eu le temps, ni l'op­por­tu­ni­té. Il a es­sayé, mais je ne lui ai pas lais­sé cette pos­si­bi­li­té. Pas une seule se­conde. Quand j'ai vu que ça al­lait trop loin, je suis tout sim­ple­ment par­tie. J'ai tou­jours su me pro­té­ger et me dé­fendre, je n'ai ja­mais craint qui­conque. Je ne me suis ja­mais au­to­ri­sée à avoir peur. Et sur­tout pas d'Al­fred Hit­ch­cock.

C'est un mal qui a tou­jours exis­té à Hol­ly­wood, jus­qu'à au­jourd'hui ?

Oui, mais je ne pense pas que ce soit une par­ti­cu­la­ri­té d'Hol­ly­wood. C'était quelque chose de com­mun, par­tout, dans tous les cercles qui im­pliquent du pou­voir, des hommes et des femmes. Avant même que je ren­contre Hit­ch­cock, John Fitz­ge­rald Ken­ne­dy m'avait aus­si fait des avances, par exemple, et ça n'avait rien à voir avec le ci­né­ma. J'étais dé­gou­tée. C'est comme ça de­puis Adam et Eve et je pense que ça ne chan­ge­ra ja­mais. Après, cha­cun a sa mo­rale, ses va­leurs et dé­cide de les res­pec­ter ou non. Je ne vais pas com­men­cer à dire ce qui doit chan­ger à Hol­ly­wood ou ailleurs, ou ce que les gens de­vraient faire. Les femmes doivent avant tout ap­prendre à se pro­té­ger. Dans ces si­tua­tions, per­sonne d'autre n'est là pour vous dire que vous êtes en dan­ger.

Sur le tour­nage des Oi­seaux

Harper Col­lins a ré­cem­ment pu­blié Les mé­moires de Tip­pi He­dren - "TIP­PI" et sort en no­vembre une ver­sion poche ac­com­pa­gnée d'une pré­face de sa fille, Mé­la­nie Grif­fith.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.