Le Ma­gni­fique DE PHI­LIPPE DE BROCCA ( 1973)

So Film - - Blind Test -

Est-ce que je suis plu­tôt De­lon ou plu­tôt Bel­mon­do ? Pour moi, il n'y a même pas une se­conde de di­lemme, ce n'est pas comme de de­man­der à des An­glais fans de rock : « Alors t'es plu­tôt Beatles ou Rol­ling Stones ? » De­lon, c'est le mec qui sert juste à faire mouiller les vieilles. Est-ce qu'il a été bon une fois dans sa vie ? Je ne sais même pas. Bon, oui, il y a La Pis­cine… En plus, je ne sais pas, le mec joue as­sez mal. Moi, je suis Bé­bel, mais à 3 000 %. Pour tout un tas de rai­sons. Bé­bel, c'est Le Ma­gni­fique, il in­carne une cer­taine idée bien fran­çaise de la joie de vivre, il flotte, il plane. Avant même de dé­cou­vrir le ci­né­ma des frères Zu­cker, la sé­rie des Y a-t-il un flic… avec Les­lie Niel­sen, tu te prends Le Ma­gni­fique en pleine gueule et tu réa­lises que même si les Amé­ri­cains car­tonnent, la France a su faire des grandes co­mé­dies bien dingues. Ce film, je le vois tout ga­min, à la té­lé sans doute. D'en­trée de jeu, il me rend fou. Grâce à Bel­mon­do qui est au som­met du cool. Mais grâce aus­si à Jac­que­line Bis­set pour la­quelle mon coeur fon­dait, lit­té­ra­le­ment. (Il lève les yeux au ciel) Ah, Ta­tia­na… Crush to­tal ! L'autre truc qui m'em­balle, c'est la li­ber­té avec la­quelle ce film uti­lise le gore. Tu as quand même des scènes où l'on voit des têtes plan­tées sur des pi­quets, une autre où il tire sur la gueule d'un mec et ça de­vient un steak dans l'as­siette… Comme le film passe à la té­lé à 20 h 30, c'est le mo­ment où tes pa­rents te laissent re­gar­der du sang qui coule. Pour un ga­min qui est fas­ci­né par le ci­né­ma et la li­ber­té qu'il peut conte­nir, je t'as­sure que ce n'est pas rien.

«En dé­cou­vrant Blier, je me rends compte que la langue fran­çaise, ça tue.»

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.