SCW

So Foot Club - - ÉDITO -

“Je ne veux pas par­ler de pres­sion me concer­nant. La pres­sion, c’est ce que res­sentent les gens qui se lèvent chaque jour à 6h du ma­tin pour al­ler bos­ser.

Moi, ce n’est que de l’adré­na­line.” Ain­si par­lait Di­dier Des­champs, quand on lui de­man­dait s'il res­sen­tait de la pres­sion à l'idée de pré­pa­rer les matchs de ses Bleus. De la pres­sion, il faut avouer qu'il y en avait tout de même un pa­quet, avant cet Eu­ro sur le sol fran­çais. Sur DD, sur les Bleus, sur les ques­tions de sé­cu­ri­té. Au fi­nal, et comme sou­vent, Di­dier a rai­son. Au fi­nal, il s'agis­sait sur­tout d'adré­na­line.

Ces ma­tins de match, ces boules au ventre, ces soirs de vic­toire, ces sou­la­ge­ments. Les Bleus nous ont d'abord in­quié­tés, puis fait vi­brer comme ra­re­ment. Un Eu­ro com­plet, avec comme abou­tis­se­ment l'un des plus grands ex­ploits de l'histoire du foot­ball fran­çais: cette vic­toire contre l'Al­le­magne, tout en cou­rage, men­tal et dé­ter­mi­na­tion.

Bien sûr, la dé­cep­tion fi­nale fut en­suite au moins aus­si grande. Cruelle, vio­lente,

frus­trante. Perdre ain­si, en pro­lon­ga­tion, contre le Por­tu­gal, sur un but d'Éder, c'est vrai que ça fait mal. Mais ça sert aus­si de le­çon. Les Bleus n'étaient vrai­ment pas loin, c'est ce qui ac­cen­tue le cha­grin. Sauf que les Bleus ont ap­pris à perdre, et c'est peut- être ce qu'il leur man­quait pour fi­nir leur pro­gres­sion.

Il ne faut pas l'ou­blier, Griez­mann et Pog­ba sont en­core tel­le­ment jeunes. L'ave­nir semble s'of­frir à eux, et ce, en­core pour de belles an­nées. Le temps d'em­me­ner dans leur sillage N'Go­lo Kan­té, King­sley Co­man, Sa­muel Um­ti­ti, Anthony Martial, Ra­phael Va­rane, et bien­tôt Ous­mane Dem­bé­lé.

Ain­si, cet Eu­ro 2016 n'est pas une fin, mais une conti­nui­té dans ce cycle des an­nées Des­champs. Il y a eu une amorce avec 2014. En 2016 s'est écrit quelque chose de ma­gni­fique qui a mal fi­ni, certes, mais qui se se­rait avé­ré trop beau, li­mite pré­ci­pi­té, si les Bleus avaient ga­gné. L'apo­gée se­ra pour 2018. 20 ans après 1998.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.