Les onze types…

qui ont réus­si leur bap­tême en Ligue 1.

So Foot Club - - SOMMAIRE - PAR ERIC MAGGIORI. PHO­TOS: PANORAMIC / DR

Willy Sa­gnol (Saint-Étienne) Le 27 fé­vrier 1996, Willy Sa­gnol, 18 ans, fait sa pre­mière ap­pa­ri­tion en D1, lors d’un der­by face à Lyon. Rien que ça. Au mar­quage de Lu­do Giu­ly, il réa­lise un ex­cellent match, lais­sant en­tre­voir des qua­li­tés de guer­rier. Une pres­ta­tion qui lui per­met de ga­gner une place de ti­tu­laire pour le reste de la sai­son.

Franck Ri­bé­ry (FC Metz) Ar­ri­vé de Brest (National) pen­dant l’été, Franck Ri­bé­ry dis­pute son pre­mier match de Ligue 1 le 7 août 2004 contre Nantes. Il illu­mine im­mé­dia­te­ment la ren­contre et re­çoit d’em­blée les louanges de la presse na­tio­nale. Quelques se­maines plus tard, il est élu “joueur du mois d’août” en Ligue 1. Bien­ve­nue.

Steve Man­dan­da (Mar­seille) Re­cru­té au Havre, il fait ses dé­buts en Ligue 1 le 25 août 2007, pro­fi­tant de la bles­sure du gar­dien ti­tu­laire, Cé­dric Car­ras­so. À 22 ans, il sort un match XXL face au SM Caen, en dé­tour­nant no­tam­ment deux frappes de De­roin sur sa barre et en cap­tant une tête de Sam­son sur sa ligne. Car­ras­so ne re­ver­ra ja­mais sa place.

Ma­rio Yepes (FC Nantes) Quand il signe en jan­vier 2002, Nantes est à la dé­rive, no­tam­ment après le li­mo­geage de Ray­nald De­noueix. Du haut de ses 26 ans, il va alors s’im­po­ser comme un pa­tron, et ce, dès son pre­mier match, le 23 jan­vier, face à Se­dan (0-0). Nantes réus­si­ra même un énorme coup la se­maine sui­vante, en ter­ras­sant Lyon 3-0. L’ef­fet Yepes.

Jay-Jay Oko­cha (PSG) Vain­queur des JO avec le Ni­gé­ria, il fait des dé­buts fra­cas­sants en D1 avec le PSG le 8 août 1998. Sur la pe­louse de Bor­deaux, il entre en jeu à la 75e mi­nute. Deux mi­nutes plus tard, il dribble deux joueurs et en­voie un mis­sile de 25 mètres dans la lu­carne de Ra­mé. Bien­ve­nue.

An­dré-PierrPierre Gi­gnac (FC Lo­rient) For­mé à LorLo­rient, il in­tègre l’ef­fec­tif pro en 2004. Mais comme les Mer­lus sont en Ligue 2, il do­doit at­tendre 2006 avant de dé­dé­cou­vrir la Ligue 1. En­tré en co­cours de jeu lors des trois pre­mie­pre­miers tours, il est en­fin ti­tu­la­ri­sé lor­lors de la qua­trième jour­née, fac­face à Nantes. Ré­sul­tat: un tri­plé en 27 mi­nutes et une vic­toire 3-1. Pei­nard.

Jo­ce­lyn An­glo­ma (Rennes) Dé­bar­qué de Gua­de­loupe en 1985, il in­tègre un Stade ren­nais en grande dif­fi­cul­té. Il joue son pre­mier match de D1 le 8 mars 1985, à 19 ans, contre le PSG. Si les Bre­tons s’in­clinent 1-0 face au lea­der, ils dé­couvrent un An­glo­ma ca­pable de conte­nir Sušic, Ro­che­teau et Da Fon­se­ca. Et qui, de­ve­nu ti­tu­laire, va per­mettre à Rennes de ne pas en­cais­ser de but pen­dant 511 mi­nutes.

Ben­ja­min Gen­ghi­ni (FC So­chaux) Fils de Ber­nard Gen­ghi­ni, il flambe au centre de for­ma­tion du FC So­chaux. Le 26 no­vembre 2005, il est sur le banc pour la ré­cep­tion de Rennes. À la 87e mi­nute, alors que le score est de 0-0, le coach so­cha­lien lui offre ses pre­mières mi­nutes en L1. Coa­ching ga­gnant: dans les ar­rêts de jeu, et sous les yeux de son pa­pa, il offre la vic­toire à So­chaux d’un coup de tête.

Zla­tan Ibra­hi­mo­vi (PSG) À l’été 2012, le PSG frappe fort en re­cru­tant Ibra­hi­mo­vic, Thia­go Sil­va, Ver­rat­ti et La­vez­zi. Pour­tant, lors de la pre­mière jour­née de L1, les Pa­ri­siens sont me­nés 2-0 à la pause par Lo­rient. Zla­tan s’énerve alors. Pour son bap­tême fran­çais, il plante un dou­blé et per­met au PSG de re­ve­nir à 2-2. Les deux pre­miers d’une sé­rie de 113 buts.

Fré­dé­ric Ni­ma­ni (AS Mo­na­co) Lors­qu’il sort du centre de for­ma­tion de l’ASM, en 2006, il a 17 ans et est consi­dé­ré comme un fu­tur grand. Le 9 sep­tembre 2006, Bölö­ni le ti­tu­la­rise face à Auxerre. Bin­go: il marque d’em­blée et semble ré­pondre aux at­tentes. Sauf qu’il ne confir­me­ra ja­mais et se­ra prê­té dans la fou­lée à Lo­rient, puis Se­dan. Comme quoi.

Ya­cine Bam­mou (FC Nantes) De 2010 à 2014, Ya­cine Bam­mou joue en ama­teur, entre Bou­logne, Évry et Lu­çon. Alors, quand Nantes dé­cide de mi­ser sur lui, il rat­trape le temps per­du. Le 9 août 2014, il dé­couvre la Ligue 1 face au RC Lens, en en­trant en jeu à la 64e mi­nute. 31 se­condes plus tard, il marque le seul but du match. Vite, vite, écar­tez-vous.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.