LE REGARD DE WILLIAM PRUNIER

So Foot Club - - ARRÊTS DE JEU -

An­cien joueur de Naples

Je me sou­viens très bien de la pre­mière chose que fai­saient mes co­équi­pier­sers quand le ca­len­drier du cham­pion­nat ita­lien tom­bait: ils cher­chaient les matchs chs contre la Ju­ven­tus et no­taient les dates! Tout le monde ne connais­sait pas l’ori­gine de cette ri­va­li­té. Moi com­pris. Mais peu im­porte: la Juve était l’en­ne­mi emi nu­mé­ro un. Même lors­qu’on re­gar­dait les matchs de la Vieille Dame en coupe pe d’Eu­rope, les Na­po­li­tains sup­por­taient l’équipe étran­gère! Les confron­ta­tions ns contre la Juve étaient ex­cep­tion­nelles. C’était à la fois une grande ten­sion et un im­mense bon­heur. Le stade était en ébul­li­tion, les tri­bunes pleines à cra­quer, r, les sup­por­ters com­plè­te­ment fous… Les pom­piers étaient deux fois plus nom­breux pour s’oc­cu­per des fu­mi­gènes. Dingue, vrai­ment…”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.