DE LA GUERRE AUS­TRO-PRUS­SIENNE à L’HYMNE YOU’LLNEVERWALKALONE

So Foot - - SO FOOT_ AVANT-MATCH -

Com­ment la fin d’une guerre en Eu­rope de l’Est a don­né nais­sance à l’hymne pa­ci­fiste

le plus connu de la pla­nète foot.

1866 Le 23 août, après deux mois de guerre, l’em­pire d’Au­triche et le royaume de Prusse ra­ti­fient un trai­té de paix. Si l’uni­té al­le­mande prend ra­cine dans cette si­gna­ture, l’Au­triche fi­nit co­cue, lâ­chée d’un cô­té par plu­sieurs pro­vinces ger­ma­niques et obli­gée, de l’autre, de cé­der un bout de pou­voir à l’élite de Bu­da­pest. Un an plus tard, l’Em­pire aus­tro-hon­grois voit le jour.

1909 À l’in­sta­bi­li­té po­li­tique de l’Em­pire s’op­pose un rayon­ne­ment cultu­rel, ap­puyé par la com­mu­nau­té juive. À Vienne, avec Klimt, Mah­ler et Zweig. À Bu­da­pest, avec le dra­ma­turge et ro­man­cier Fe­renc Mol­nar no­tam­ment. Sur­nom­mé plus tard le “Bal­zac hon­grois”, ses dé­buts ne sont pas simples, à l’image de l’échec de sa pièce de théâtre Li­liom à sa sor­tie en 1909.

1940 Pen­dant que Hit­ler écrase l’Eu­rope, l’in­tel­li­gent­sia et la com­mu­nau­té juive fuient les pays oc­cu­pés pour l’el­do­ra­do amé­ri­cain. Né Neu­mann en 1878, Mol­nar est dou­ble­ment éli­gible et prend le pre­mier fer­ry di­rec­tion El­lis Is­land à New York.

1945 Li­liom connaît une se­conde vie sous le nom de Ca­rou­sel, une co­mé­die mu­si­cale pré­sen­tée à Broad­way. Une chan­son du spec­tacle se dis­tingue des autres: You’ll Ne­ver Walk Alone. La ri­tour­nelle de­vient tel­le­ment cé­lèbre outre-At­lan­tique qu’elle se­ra chan­tée par Frank Si­na­tra puis Ju­dy Gar­land.

1963 Dans l’ombre des Beatles, Ger­ry and the Pa­ce­ma­kers ac­crochent la pre­mière place des charts an­glais de no­vembre avec ce You’ll Ne­ver Walk Alone ve­nu des États-Unis. Quelques mois avant, le lea­der du groupe, Ger­ry Mars­den, avait pré­sen­té sa chan­son à Bill Shank­ly, alors coach de Li­ver­pool. Bin­go: le titre re­ten­ti­ra dé­sor­mais à chaque mi-temps des Reds.

2014 You’ll Ne­ver Walk Alone est élue meilleur titre du Top of the Kop de BBC Sport. De­ve­nue une ré­fé­rence, la chan­son est fre­don­née par les sup­por­ters du Cel­tic, du Bo­rus­sia, du Feye­noord et de Mu­nich 1860. Mieux, elle réus­sit à faire chan­ter les fans de Li­ver­pool et d’Ever­ton à l’unis­son lors de la fi­nale de Cup 1989, quelques mois après la tra­gé­die de Hills­bo­rough.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.