DIE­GO JAL­LET

So Foot - - SO FOOT_DÉCRASSAGE - STé­PHANE MO­ROT

Die­go da Sil­va Jal­let naît le 7 oc­tobre 1983 à Co­gnac, dans l’État du Ser­gipe, au Bré­sil. En réa­li­té, il de­vait se pré­nom­mer “Die­go da Sil­va Var­tan Jal­let Le­dire”, mais c’était un poil trop long. Bref. En classe, le pe­tit Jal­let adopte le com­por­te­ment d’un ser­ru­rier en manque de re­pères. Son jeu pré­fé­ré consiste à en­fon­cer la clé du ca­de­nas de son ca­sier dans l’un des ori­fices ex­té­rieurs du nez de ses pe­tits ca­ma­rades. “Tu sais, la mé­ca­nique pla­cée sur les confins mo­nar­chiques du sys­tème ner­veux est bien hui­lée, mais ce que je vou­drais, en­fin si tu veux bien, c’est t’em­me­ner vers le sen­ti­ment dé­mo­cra­tique”, avoue-t-il un ma­tin à son amou­reuse qui vient de lui en re­tour­ner une.

L’ap­ti­tude phy­sique de Die­go est tel­le­ment im­pres­sion­nante qu’il signe son pre­mier contrat pro­fes­sion­nel au Spor­ting de Bra­ga en 2006. “C’est clair, à l’époque, j’étais dix fois plus cos­taud que Die­go. Et, fi­na­le­ment, je me suis mis à l’haltérophilie… Je n’hé­si­tais pas à me trans­for­mer en Hulk pour faire peur aux en­fants, lors de fêtes d’an­ni­ver­saire, par exemple”, dé­clare un membre de son en­tou­rage sous cou­vert d’ano­ny­mat. Die­go en­chaîne alors les pé­riodes de prêt. Le FC Pe­na­fiel, le Cel­ta Vi­go, l’Al­ba­cete Ba­lom­pié et le Real Val­la­do­lid ont le bon­heur de voir un joueur vi­re­vol­ter mal­gré une si­tua­tion dont l’in­sta­bi­li­té évoque plus le sort de la bou­lan­ge­rie sans pain que ce­lui du chef d’or­chestre sans ba­guette. En 2009, il signe au Pa­ris Saint-Ger­main, comme tout le monde. C’est alors qu’il prend ren­dez-vous avec une pas­sion qui ne le quit­te­ra plus: es­suyer ses cram­pons. Cou­rant 2012, il est ren­voyé d’un cours de cui­sine pour “mau­vais zeste”. En jan­vier 2013, il prend le contre-pied du dé­part du rallye Da­kar et re­lie, non pas Li­ma au Pé­rou, mais Li­moux à Pai­ra. En 2014, après avoir étu­dié Alain et ses Pro­pos, il signe à l’Olym­pique de Chel­sea. Épui­sé, il contri­bue, fin avril 2015, au lan­ce­ment du pre­mier sa­tel­lite ar­ti­fi­ciel du Turk­mé­nis­tan.

En sep­tembre, il pu­blie un com­mu­ni­qué. Dans le­quel il ré­vèle qu’il a si­gné son pre­mier contrat pro au FC Lo­rient. L’in­for­ma­tion est confir­mée dans la mi­nute par le Spor­ting Clube de Bra­ga. Stu­pé­faite, la Fifa ouvre une en­quête. Une nuit, il rêve de sa ville na­tale. Le ma­tin, il se jette un pe­tit verre d’eau-de-vie der­rière la cra­vate. Le len­de­main, il se de­mande pour­quoi le cu­mu­lo­nim­bus. Dé­but no­vembre, le “di­vin chauve et che­ve­lu” en­fourche son vé­lo et fait la course avec un pe­tit cha­mois ori­gi­naire de Niort. De­puis, le bougre n’a plus qu’une idée en tête: ap­pa­raître dans un épi­sode de la sé­rie té­lé­vi­sée fran­çaise Léo Mat­teï, Bri­gade des mi­neurs.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.