ROMERO BRITTO

POP ARTIST

So Foot - - REPÈRES -

“Je lui ai of­fert un ta­bleau ins­pi­ré par L’Al­chi­miste de Pau­lo Coel­ho, parce que c’est un jeune homme qui a ins­pi­ré tant de gens. Son at­ti­tude dé­gage une gen­tillesse, et contrai­re­ment à d’autres joueurs de foot, il est très ac­ces­sible. Cette cha­leur, ce bon­heur fait par­tie de l’image du Bré­sil. Il y a plu­sieurs Bré­sil, un très riche et un autre très pauvre, mais les deux aiment Ro­nal­din­ho! Ce n’est pas comme Louis Vuit­ton par exemple, sur le­quel vont se pré­ci­pi­ter les gens de la classe moyenne pour mon­trer qu’ils ont de l’ar­gent. Ro­nal­din­ho, on l’aime au­tant au McDo­nald’s que dans un res­tau­rant étoi­lé! C’est une icône, un peu comme le pape: tout le monde aime le pape, les riches ca­tho­liques comme les pauvres ca­tho­liques, les faibles comme les puis­sants. Par­tout où il va, Ro­nal­din­ho re­pré­sente la grande tri­bu du Bré­sil. Si vous ren­con­trez un Fran­çais n’im­porte où dans le monde, vous al­lez pen­ser à Pa­ris. Un Amé­ri­cain? Vous al­lez pen­ser à Hol­ly­wood, aux buil­dings gi­gan­tesques. C’est la même chose pour Ro­nal­din­ho: en le voyant, vous pen­sez à Rio de Ja­nei­ro, au car­na­val, aux corps ma­gni­fiques sur la plage, c’est très sexy, et vous vous dites:

Le mec change même les am­poules du Camp Nou.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.