SAM’S

RAPPEUR NÉPHROLOGUE ET EX-VOI­SIN DE KODJO AFANOU

So Foot - - REPÈRES - DAC

“Je n’ai pas vu les ten­ta­tives de rap ou de chan­son de Ro­nal­din­ho: ça doit pas être fa­meux, mais je lui par­donne… Je lui par­donne tout. Même les buts contre Bor­deaux, mon équipe, en de­mi-fi­nale de coupe de France 2003. J’ai même une anec­dote: Kodjo Afanou, qui jouait aux Gi­ron­dins à l’époque, c’est un grand de chez nous. Quand on sait qu’ils vont jouer contre le PSG, on va le voir et on lui dit: ‘Il va te cas­ser les

reins, at­ten­tion!’ Kodjo: ‘T’in­quiète, t’in­quiète.’ Pen­dant le match, Ro­nal­din­ho part en contre-at­taque et se re­trouve de­vant Kodjo, qui re­cule parce qu’il ne veut pas se faire cas­ser les reins… Il re­cule tel­le­ment que Ro­nal­din­ho voit l’ou­ver­ture, frappe, et ça fait 1-0. Plus tard dans le match, re­be­lote ou presque: Kodjo ne se jette pas, l’autre voit le gar­dien avan­cé, et hop, lob, 2-0. Quand on voit Kodjo au quar­tier après ça, il nous a dit: ‘Tu peux rien faire contre lui, mais au moins je ne me suis pas fait cas­ser les reins.’ On lui a ré­pon­du: ‘Mais c’est pa­reil… Tu re­cu­lais tel­le­ment que t’al­lais fi­nir par te prendre le po­teau!’

Fran­che­ment, j’au­rais ai­mé me faire cas­ser les reins par Ro­nal­din­ho, ça au­rait été un hon­neur!”–

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.