Re­gard cri­tique.

L’at­ta­quant in­ter­na­tio­nal sé­né­ga­lais est aus­si à l’aise pour mar­quer des buts avec ses pieds qu’à la fa­bri­ca­tion d’ob­jets en bois avec ses mains.

So Foot - - SOMMAIRE - PHO­TO: ICON­SPORT

Dia­fra Sa­kho est fan de me­nui­se­rie. In­ter­view langue de bois.

D'où vient ton in­té­rêt pour le tra­vail du bois? De 12 à 16 ans, je tra­vaillais dans un ate­lier de me­nui­se­rie en Ca­sa­mance (une ré­gion du sud

du Sé­né­gal, ndlr). Tous les après-mi­di, après les cours, je par­tais bos­ser. Je suis d'ailleurs tou­jours en contact avec mon an­cien pa­tron, Ab­dou­laye. Quand je re­viens en va­cances au Sé­né­gal, j'es­saye de pas­ser les voir à l'ate­lier.

C'est ton père qui t'a trans­mis la fibre? Non, mon père était chauf­feur rou­tier. C'est une de mes tantes qui m'a ins­crit à l'ate­lier pour m'évi­ter de traî­ner dans les rues. Les trois pre­miers mois, ça ne me plai­sait pas trop, mais quand j'ai ap­pris les tech­niques de base, j'ai com­men­cé à prendre du plai­sir. Je fa­bri­quais des pe­tits bancs. Per­sonne n'y croyait dans ma fa­mille, alors ça m'a don­né en­core plus en­vie de leur prou­ver que j'en étais ca­pable. Mon pre­mier banc, je l'ai ra­me­né à la mai­son.

Ça prend com­bien de temps de

fa­bri­quer un banc en bois? Des pe­tits bancs, ça ne prend pas plus de deux jours. Mais on avait aus­si des com­mandes de lits, des ar­moires… Les grosses fa­bri­ca­tions peuvent prendre plu­sieurs se­maines. Ce que je pré­fère, ce sont les lits, il y a plu­sieurs fa­çons de les des­si­ner. Quand j'étais jeune, mon rêve, c'était de fa­bri­quer le lit de ma grand-mère, c'est elle qui m'a éle­vé. Elle est tou­jours en vie, donc quand je se­rai au Sé­né­gal en va­cances, je vais es­sayer de lui faire ce ca­deau.

“Quand je jouais à West Ham, j'al­lais dans un ate­lier de me­nui­se­rie de Londres juste pour don­ner un coup de main”

Tu as un pe­tit ate­lier chez toi, à Rennes? Pas en­core, je viens à peine d'ar­ri­ver. Mais quand je jouais à West Ham, j'al­lais dans un ate­lier de Londres juste pour don­ner un coup de main Qu'est-ce que ça t'ap­porte de tra­vailler le bois? C'est un plai­sir de construire ton lit, ou même ton ca­na­pé! Ça ne s'ex­plique pas, ça se res­sent. Chez moi, au Sé­né­gal, il y a tou­jours mes fa­bri­ca­tions de l'époque. Mes grands-pa­rents ou mes oncles se moquent de moi: “Si tu n’étais pas foot­bal­leur, tu nous en au­rais fa­bri­qué beau­coup plus!” Je ne peux pas dire à 100 % que je vais me re­con­ver­tir dans la me­nui­se­rie à la fin de ma car­rière, mais c'est dans un coin de ma tête. rPROPOS RE­CUEILLIS PAR FLORIAN LE­FÈVRE /

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.