L’af­faire “pa­py Voise”

Society (France) - - FLASH-BACK -

19 AVRIL 2002 |

Entre fé­vrier et mars, le trai­te­ment mé­dia­tique de l’in­sé­cu­ri­té aug­mente de 126%. Le thème est au coeur de la cam­pagne pré­si­den­tielle qui s’achève. Mais à deux jours du pre­mier tour, le JT de TF1 dé­cide de trai­ter un ul­time fait di­vers. L’his­toire de Paul Voise, un vieillard à la sil­houette frêle qui ap­pa­raît en pleurs sur son lit d’hô­pi­tal, le vi­sage tu­mé­fié. Bleui par les coups qu’il a re­çus avant que l’on brûle sa mai­son d’or­léans. Le su­jet est dif­fu­sé 19 fois sur LCI. Lors du “sa­me­di de ré­flexion”, les té­lés consacrent une par­tie de leurs jour­naux au vieil homme “trop gen­til au point d’être ra­cket­té”, se­lon le com­men­taire d’un re­por­tage dif­fu­sé sur France 2. “C’est le sym­bole d’une cam­pagne do­mi­née par le thème de l’in­sé­cu­ri­té, dit Non­na Mayer. C’est fon­da­men­tal parce qu’une par­tie de l’élec­to­rat de droite clas­sique va al­ler vo­ter FN pour en­voyer un si­gnal à Chi­rac.” Le 21 avril, Le Pen ac­cède au se­cond tour de la pré­si­den­tielle. En 2011, Ro­bert Na­mias, l’an­cien di­rec­teur de l’in­for­ma­tion de TF1, as­su­re­ra que l’af­faire Paul Voise était une “faute”.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.