“Trump ne com­prend rien à la Co­rée du Nord”

Spé­cia­liste des re­la­tions in­ter­na­tio­nales (et par ailleurs ro­man­cier), John Fef­fer est l’un des rares hommes à connaître aus­si bien Pyon­gyang que Wa­shing­ton. In­ter­view, à l’heure où Co­rée du Nord et États-unis n’ont ja­mais sem­blé aus­si proches de l’af­fron

Society (France) - - GUERRE FROIDE - PIERRE BOISSON ET THOMAS PITREL

Que pen­ser de la mul­ti­pli­ca­tion ré­cente des es­sais nu­cléaires nord-co­réens? Le risque est-il réel ou est-ce sur­tout pour le show? Il y a d’au­tant plus de risques que nous ne sa­vons stric­te­ment rien de leur pro­gramme, pas même s’ils ont vrai­ment as­sem­blé l’arme nu­cléaire. Je ne sous-es­ti­me­rais pas leurs ca­pa­ci­tés tech­niques, mais il faut com­prendre une chose: long­temps, les Nord-co­réens of­fraient des montres à leurs vi­si­teurs. Très belles. Deux mois plus tard, elles ne fonc­tion­naient plus. Bon. Leur bombe pour­rait bien ex­plo­ser à Pyon­gyang avant d’ar­ri­ver où que ce soit. Je ne m’in­quiète donc pas vrai­ment d’une at­taque nu­cléaire nord-co­réenne mais beau­coup plus de ce que les États-unis pour­raient faire en dé­clen­chant une at­taque pré­ven­tive sur leurs bases de lan­ce­ment.

Pen­sez-vous que Rex Tiller­son, le se­cré­taire d’état, était sé­rieux quand il dé­cla­rait ré­cem­ment que ‘toutes les op­tions’ étaient sur la table? Il y a des plans pour une at­taque pré­ven­tive dans les tuyaux de­puis l’ad­mi­nis­tra­tion Clin­ton. Les États-unis ont dé­ve­lop­pé des bombes pour dé­truire les bun­kers sou­ter­rains co­réens mais nouszf­fi­ca­ci­té. Ce se­rait com­plè­te­ment fou d’en­tre­prendre ce genre d’at­taque pré­ven­tive, qui se­rait vue comme une agres­sion par la Co­rée du Nord et en­traî­ne­rait une ri­poste im­mé­diate et non pro­por­tion­née contre le Sud et le Ja­pon. Mais nous avons dé­jà fait des choses folles par le pas­sé…

Quelque chose de po­si­tif peut-il sor­tir de la ten­sion entre Trump et la Co­rée du Nord? On est à la croi­sée des che­mins. Kim Jong-un a conso­li­dé son pou­voir au Nord. Au Sud, les li­bé­raux sont re­ve­nus au pou­voir et ré­ta­bli­ront sans doute les re­la­tions éco­no­miques. La grande ques­tion, c’est donc l’ad­mi­nis­tra­tion Trump. On sait que Do­nald Trump ne sait rien de la Co­rée du Nord. Il n’a pas étu­dié la ques­tion, il ne com­prend pas les en­jeux. Mais, plus que n’im­porte quoi d’autre, il veut et a be­soin d’une vic­toire. C’est la ma­nière dont il com­prend le monde: ‘Je dois ga­gner.’ Il a deux gros chal­lenges en po­li­tique étran­gère: le groupe État is­la­mique, qu’il va bom­bar­der en­core et en­core, et la Co­rée du Nord, avec qui il pour­rait né­go­cier. ‘Faire un deal’, comme il dit. Reste à sa­voir si ses conseillers le lais­se­ront faire, et ce qu’ils connaissent vrai­ment à la po­li­tique étran­gère.

Trump semble aus­si vou­loir mi­ser sur la Chine… Sauf que la Chine et la Co­rée ont une re­la­tion très com­pli­quée. En 1950, un mil­lion de vo­lon­taires chi­nois sont en­trés en guerre pour sau­ver la Co­rée du Nord. Sans eux, le pays n’exis­te­rait pas aujourd’hui. Mais si vous al­lez à Pyon­gyang, il n’y a rien dans la ville qui com­mé­more la contri­bu­tion chi­noise. Zé­ro. Parce que ad­mettre qu’un autre pays a sau­vé et conti­nue de sau­ver chaque jour –en nour­ri­ture, en éner­gie– la Co­rée du Nord est im­pos­sible. L’idée amé­ri­caine, par­ta­gée par toutes les ad­mi­nis­tra­tions, se­lon la­quelle la Chine pour­ra chan­ger l’état d’es­prit co­réen, est se­lon moi une ab­sur­di­té. Elle es­saye de le faire de­puis des dé­cen­nies, sans suc­cès!

Quelles sont alors, d’après vous, les pistes à ex­plo­rer? L’idéo­lo­gie est im­por­tante pour la Co­rée du Nord en ma­tière na­tio­na­liste, mais pas sur l’éco­no­mie. Ce n’est plus un pays com­mu­niste de­puis des an­nées. Elle par­ti­cipe à sa fa­çon à l’éco­no­mie mon­diale: elle est sur les mar­chés illé­gaux, elle pi­rate les banques. Il faut lui ou­vrir un che­min d’in­té­gra­tion dans l’éco­no­mie in­ter­na­tio­nale et la convaincre que le ré­gime sur­vi­vra.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.