Pri­son mo­dèle

En Nor­vège, à Hal­den, “la pri­son la plus hu­maine du monde” ouvre ses portes. Et offre une com­pa­rai­son ter­ri­fiante avec le mo­dèle fran­çais.

Society (France) - - SOMMAIRE - PHO­TOS: KNUT EGIL WANG/MO­MENT/INS­TI­TUTE

Le grand bâ­ti­ment, fait de briques et de bois, trône au mi­lieu de 30 hec­tares de fo­rêt. S’il n’était pas en­tou­ré d’un épais mur d’acier de sept mètres de haut, il se­rait im­pos­sible de de­vi­ner ce qu’il abrite. Inau­gu­rée en avril 2010, la pri­son de Hal­den, dans le sud‑est de la Nor­vège, est la plus ré­cente du pays et l’une des plus sé­cu­ri­sées. L’éta­blis­se­ment ac­cueille 250 dé­te­nus condam­nés pour meurtre, viol, tra­fic de drogue ou pe­tits dé­lits. Mais à Hal­den, tout est fait pour que les pri­son­niers vivent une vie presque or­di­naire. De larges fe­nêtres sans bar­reaux donnent sur un ex­té­rieur ar­bo­ré. Et les cel­lules n’ont rien à en­vier aux chambres uni­ver­si­taires. Elles contiennent un lit, un bu­reau, un mi­ni fri­go, une salle de bains pri­va­tive, et même une té­lé­vi­sion. Et pour­tant, les dé­te­nus n’y font qua­si­ment que dor­mir. Ils passent le plus clair de leur temps à l’ex­té­rieur, pour suivre des cours, tra­vailler, cui­si­ner, pra­ti­quer un sport ou un ins­tru­ment de mu­sique. Ils sont en­ca­drés par des gar­diens, des pro­fes­seurs, des mé­de­cins ou en­core des coachs spor­tifs. Au­cun d’entre eux n’est ar­mé. En Nor­vège, ces mo­da­li­tés de dé­ten­tion, très souples, font sou­vent l’ob­jet de cri­tiques, éma­nant no­tam­ment des conser­va­teurs, qui dé­noncent le “luxe” de l’éta­blis­se­ment. Ce à quoi les di­ri­geants de la pri­son ré­pondent que les res­tric­tions y sont, sur cer­tains su­jets, sem­blables à celles des éta­blis­se­ments à sé­cu­ri­té maxi­male. Ain­si, l’uti­li­sa­tion d’in­ter­net est li­mi­tée, le cour­rier est ou­vert avant d’être re­mis aux des­ti­na­taires, la du­rée des ap­pels té­lé­pho­niques ne dé­passe pas 20 mi­nutes par se­maine, une seule vi­site heb­do­ma­daire est au­to­ri­sée et tous les soirs, à 20h30, on an­nonce l’ex­tinc­tion des feux. Mais sur­tout, les di­ri­geants de la pri­son de Hal­den ont les chiffres avec eux. Là‑bas, le taux de ré­ci­dive est de 20% seule­ment, l’un des plus faibles du monde. En France, il est de 61%.

En Nor­vège, chaque bâ­ti­ment re­çoit de l’argent pu­blic pour pou­voir com­man­der une oeuvre d’art. La pri­son de Hal­den a de­man­dé au street-ar­tiste Dolk, sorte de Bank­sy lo­cal, de dé­co­rer ses murs.

Dans la cui­sine de “la mai­son des vi­si­teurs”, où cer­tains dé­te­nus peuvent ac­cueillir leur fa­mille pour la nuit. La mai­son des vi­si­teurs est construite en bois, et com­porte un jar­din.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.