SOPLEIX FILM ÉTIRABLE 30M

Note: 9,5/20

Society (France) - - SOCIAL NETWORK -

Élas­ti­ci­té: ★★★✩✩ Fa­ci­li­té de dé­cou­page: ★★★✩✩ Adhé­rence: ★★✩✩✩

Ain­si, les Hol­lan­dais aiment tra­duire “film étirable” par ver­shoud fo­lie. Ces gens ont vi­si­ble­ment be­soin de s’en­thou­sias­mer à peu de frais. C’est hu­main, sur­tout en l’ab­sence de Coupe du monde. Mais ex­cu­sez-nous, on sait s’em­bal­ler pour un film trans­pa­rent qui le mé­rite (cf. Albal 2 en 1) et ce­lui- ci nous donne sur­tout en­vie de faire nos im­pôts. Évi­dem­ment, on au­rait beau­coup ai­mé sou­te­nir le pe­tit pou­cet tri­co­lore Sopleix dans son re­fus de tout com­pro­mis, mais en­fin il faut nous ai­der un peu, aus­si! À quoi bon, par exemple, s’en­tê­ter dans ce de­si­gn à la vue du­quel le plus in­dul­gent des fans d’hu­go Dé­lire fe­rait des pous­sées d’ec­zé­ma? De même, on au­rait pu être sen­sibles à cette so­lu­tion ré­so­lu­ment ca­te­nac­cio pour le dé­cou­page (double ri­deau de scies!) si –et seule­ment si– elle s’était ac­com­pa­gnée d’un em­bryon de tra­vail sur l’adhé­rence. Sans rire! À croire que nos dé­li­cieuses sa­lades com­po­sées le dé­goûtent! La mo­rale de tout ce­la, c’est qu’à trop re­fu­ser de se vendre, on fi­nit par y par­ve­nir. À ne pas se vendre.

Quel film ali­men­taire pour ce film ali­men­taire?

La Ven­geance d’une blonde (Jean­not Sz­warc, 1994).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.