“Mon temps de tra­vail ef­fec­tif par jour, c’est une heure ou deux, pas plus”

Society (France) - - COUVERTURE - JU­LIEN, 26 ANS RES­PON­SABLE DI­GI­TAL POUR UNE MARQUE DE COS­MÉ­TIQUES

“J’ai été re­cru­té pour di­gi­ta­li­ser une marque un peu vieillis­sante dans un grand groupe de prêt-à-por­ter. La pre­mière se­maine, on m’a don­né un truc à faire, je l’ai fait en une heure. Je l’ai en­voyé à ma boss, elle m’a dit: ‘Ju­lien, je te sens un peu trop im­pa­tient donc calme-toi. Là tu as un mois pour ob­ser­ver et prendre tes marques.’ Au­jourd’hui, je di­rais que mon temps de tra­vail ef­fec­tif par jour, c’est une heure ou deux, pas plus. Je suis un peu éner­vé car ce sont eux qui sont ve­nus me cher­cher en me pro­met­tant que j’al­lais chan­ger le monde. Mon poste a été de­man­dé par le PDG du groupe. On me l’a ven­du comme ça: ‘C’est le PDG du groupe qui de­mande ton re­cru­te­ment, tu au­ras une su­per vi­si­bi­li­té.’ Mes boss sont hy­per­con­tents de m’avoir, je suis une sorte de tro­phée, alors que dans les faits, il n’y a rien qui suit. Ils m’ont re­cru­té pour le lustre, et pour dire: ‘On fait quelque chose sur cette marque, on a fait une em­bauche.’ Je me dis que le sa­laire qu’ils me donnent pour ça, fran­che­ment, c’est scan­da­leux. Quand je com­pare ça à l’uti­li­té qu’a un prof dans la so­cié­té par rap­port à moi, c’est un non-sens to­tal.”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.