NA­THA­NAËL BER­THON PI­LOTE DE FORMULA E

En­ga­gé dans le cham­pion­nat du monde d’endurance, Na­tha­naël Ber­thon à par­ti­ci­per l’an pas­sé à trois étapes du cham­pion­nat de Formula E.

Sports Auvergne - - Actualité -

Tu as pi­lo­té lors de la dernière sai­son en Formula E…

Oui, et je pense que mes dé­buts ont été re­mar­qués dès les es­sais avant le cham­pion­nat. Par la suite, j’ai mar­qué les pre­miers points de l’équipe Agu­ri en Chine à Pékin. Tout le monde a pu consta­ter que j’étais as­sez ra­pide… Mal­heu­reu­se­ment, j’ai dû quit­ter le team en cours de sai­son, mais j’es­père vi­ve­ment, qu’avec cette ex­pé­rience, pou­voir trou­ver un vo­lant en Formula E dès l’an­née pro­chaine.

Comment ex­pli­quer que ce cham­pion­nat at­tire au­tant de pi­lotes ?

Le for­mat est très plai­sant. Il offre la pos­si­bi­li­té de rou­ler dans le centre des plus belles villes du monde. C’est ex­tra­or­di­naire, par exemple, d’avoir un cir­cuit en plein coeur de Pa­ris. Il existe un en­goue­ment pour ce cham­pion­nat qui at­tire un nou­veau pu­blic de ci­ta­dins. Et puis, il est lo­gi­que­ment pro­mis à un bel ave­nir puis­qu’il y a un gros tra­vail en termes de re­cherches et de dé­ve­lop­pe­ment qui est ef­fec­tué sur les voi­tures. Il y a des in­no­va­tions no­tables comme le pneu unique de Mi­che­lin qui est aus­si per­for­mant sur sol sec que mouillé. Ce­la in­té­resse in­con­tes­ta­ble­ment les construc­teurs.

Quelles sont les dif­fé­rences par rap­port à des com­pé­ti­tions avec des voi­tures ther­miques ?

Ce­la n’a rien à voir. C’est évident qu’en cham­pion­nat de Formula E, c’est beau­coup moins ra­pide. Tou­te­fois, rou­ler à 200 km/h dans les pe­tites rues des villes, c’est lar­ge­ment suf­fi­sant. En­suite, la fa­çon de pi­lo­ter n’est pas la même. Tu es obli­gé d’uti­li­ser le moins d’éner­gie pos­sible. Tu dois donc t’as­treindre à une cer- taine stra­té­gie et une cer­taine ges­tion pen­dant la course. Par exemple, tu ne peux pas te per­mettre de perdre trop de vi­tesse sur les virages car quand tu ac­cé­lères, tu vas consom­mer de l’éner­gie par la suite. Il y a éga­le­ment des ma­ni­pu­la­tions tech­niques à réa­li­ser sur le vo­lant qui vont te per­mettre de contrô­ler ta consom­ma­tion.

Le pi­lote au­ver­gnat Na­tha­naël Ber­thon sou­haite vi­ve­ment re­trou­ver un vo­lant en Formula E.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.