« CETTE AN­NÉE, NOUS N’AVONS PAS LE DROIT À L’ER­REUR EN CHAMPIONS CUP »

Sports Auvergne - - Interview -

Tu as si­gné un nou­veau con­trat de 4 ans avec Clermont à la fin de l’an­née dernière, est-ce que ce­la te rend plus se­rein de­puis ?

Oui, bien sûr. Je pense avoir pris la bonne dé­ci­sion. Je suis heu­reux à Clermont, il y a un bon groupe. Fran­che­ment, il y a tout pour bien tra­vailler et pro­gres­ser. Mal­gré ce que cer­tains pensent, nous avons l’ef­fec­tif pour pou­voir ga­gner des titres. Je suis per­sua­dé que si l’on conti­nue comme ce­la, on va fi­nir par y ar­ri­ver.

Tu as pris le temps avant de pro­lon­ger ton con­trat, étais-tu sol­li­ci­té par d’autres clubs ?

Oui, j’ai eu ef­fec­ti­ve­ment d’autres pro­po­si­tions. C’est pour ce­la que j’ai pris le temps de ré­flé­chir. Mais je le ré­pète, j’ai fait le bon choix en res­tant ici.

Qu’est-ce qui a fait fi­na­le­ment que tu as dé­ci­dé de pro­lon­ger, as-tu re­çu des as­su­rances de la part du staff ?

Le club m’a té­moi­gné sa confiance. En plus, je me sens très bien. On sait tou­jours ce que l’on quitte mais l’on ne sait pas ce que l’on va trou­ver ailleurs. Pour moi, il est évident que tout est ras­sem­blé à Clermont pour réus­sir.

Fi­na­le­ment, vas-tu faire comme Au­ré­lien Rou­ge­rie, pour­suivre jus­qu’à la fin de ta car­rière avec L’ASM ?

(Il sou­rit…) Pour l’ins­tant je ne sais pas. J’au­rais 31 ans à la fin de mon con­trat et près de douze an­nées pas­sées en tant que pro­fes­sion­nel. J’ai la chance d’avoir quatre ans de­vant moi. C‘est suf­fi­sam­ment long. Ce­la offre de la sta­bi­li­té mais je ne compte pas vivre sur mes ac­quis non plus. Je prends ce­la comme un nou­veau chal­lenge.

À 27 ans, tu fais par­tie des tau­liers de la 3e ligne à L’ASM, ce­la im­pose de nou­velles res­pon­sa­bi­li­tés pour toi, n’est-ce pas ?

Il fau­drait de­man­der au coach… Pour le reste,

On te com­pare sou­vent à Ju­lien Bon­naire, l’an­cien 3e ligne em­blé­ma­tique, au­jourd’hui au LOU Rug­by, no­tam­ment pour tes qua­li­tés de joueur mais aus­si hu­maines, qu’en penses-tu ?

C’est flat­teur pour moi mais je n’es­time pas être Ju­lien (il souffle…). C’est quel­qu’un pour qui j’ai beau­coup d’es­time, un grand co­pain. Si je peux ap­por­ter au club au­tant qu’il a pu le faire, je pren­drai énor­mé­ment de plai­sir. Mais il y a en­core du che­min à faire…

Es-tu tou­jours en contact avec lui ?

Oui, bien sûr. On s’ap­pelle sou­vent au té­lé­phone. Mal­gré la dis­tance, l’ami­tié que nous par­ta­geons est sin­cère et du­rable. C’est une per­sonne que j’ap­pré­cie vrai­ment.

On connaît tes qua­li­tés de sau­teur, de pla­queur, dans quels do­maines dois-tu en­core pro­gres­ser ?

Je dois conti­nuer à prendre de la den­si­té. J’ai pris du bon poids et je suis sa­tis­fait de ça. Si je peux en­core ga­gner en puis­sance phy­sique, ce se­rait bien. Et puis j’es­père ap­por­ter da­van­tage au ni­veau du sec­teur offensif. Je crois avoir en­core une marge de pro­gres­sion. En tout cas, je suis loin d’être ar­ri­vé. Il faut se re­mettre conti­nuel­le­ment en ques­tion et tra­vailler en­core plus.

Re­trou­ver l’équipe de France, où tu comptes dix sé­lec­tions, doit faire aus­si par­tie de tes am­bi­tions je sup­pose ?

Évi­dem­ment, je ne le cache pas. J’ai eu la chance de connaître plu­sieurs sé­lec­tions et de vivre de beaux mo­ments avec le XV de France, no­tam­ment un grand che­lem en 2010. Tout ce­la reste dans un coin de ma tête. Mais ce n’est pas quelque chose que j’ex­pose. Si ce­la doit ar­ri­ver à nou­veau, c’est que j’au­rais fait de très bonnes pres­ta­tions avec L’ASM Clermont Au­vergne. Après, je ne me prends pas la tête non plus avec ça. Je ne fais pas de fixa­tion. J’es­saye juste de don­ner le meilleur de moi-même. C’est tout.

Cham­pion de France en 2010, vain­queur du tour­noi des VI Na­tions en 2010, tu comptes 10 sé­lec­tions chez les Bleus… Le chiffre 10 est semble-t-il ton porte-bon­heur non ?

(Éton­né…) Tiens, c’est drôle, je n’avais pas pen­sé à ça… Après, j’es­père ne pas at­tendre un siècle de plus pour dé­cro­cher autre chose (il rit…). Plus sé­rieu­se­ment, j’ai­me­rais bien re­vivre ces ins­tants. Ce­la fait dé­jà plus de six ans main­te­nant. Le temps passe et nous avons for­cé­ment en­vie de re­vivre tous en­semble des mo­ments comme ça.

Tu ne vou­drais pas pos­tu­ler au poste de n°10 par ha­sard, le club est un peu juste… ?

(Un peu hi­lare…) Ah non, quand même pas !

La­dé­fai­te­fa­ceau­ra­cing aé­té­plus­du­reà­di­gé­rer que­le­sautres, mai­sel­le­fait main­te­nant­par­tie­du­pas­sé.

Le­nu­mé­ro7ap­pré­cie­la­na­ture mai­saus­si­la­ville. Àcler­mont, ila­trou­vé­les­deux. Alexan­dre­la­pan­dryestl’un­des­plu­san­ciensde la­troi­siè­me­li­gne­cler­mon­toi­seet­fait­par­tiedes lea­ders­del’équipe“jau­neet­bleu”. Ici, au­sou­tien­de­clé­men­tri­clors­dus­pec­ta­cu­laire mat­ch­fa­ceaus­ta­de­fra

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.