THIERRY EN 5 DATES LA COUPE DE FRANCE

PAR­COURS

Sports Auvergne - - Portrait -

Il fut un temps où le rug­by avait lui aus­si sa coupe de France. Il y a bien long­temps que cette dernière n’existe plus, mais Thierry Peuchlestrade a fait par­tie de la dernière four­née. « C’était en 1986 contre Bé­ziers, narre-t-il. C’est la dernière édi­tion de la coupe de France de rug­by et nous avions réus­si l’ex­ploit de nous his­ser en fi­nale contre le grand Bé­ziers. C’est eux qui l’ont ga­gné, mais dans l’his­toire du rug­by fran­çais, on se­ra à ja­mais les der­niers fi­na­listes. » Une dé­faite en fi­nale peut-être moins amère que d’autres puisque pour en ar­ri­ver là, le Stade Aurillacois avait réa­li­sé une bonne paire d’ex­ploits. Comme bien sou­vent au fi­nal... de France B. La pre­mière c’était contre les All Blacks à Clermont, je suis res­té sur le banc, puis en­suite une se­conde fois contre l’ar­gen­tine à Mar­mande et là par contre, j’ai été ti­tu­laire. Ce sont de ma­gni­fiques ex­pé­riences. » dans la tête de Thierry Peuchlestrade. Mais si au fi­nal les Can­ta­liens se sont in­cli­nés (30-14) l’am­biance et la fer­veur que ce match au­ra en­gen­drées res­te­ront à ja­mais gra­vées dans la tête du tech­ni­cien can­ta­lien. « Toutes les phases fi­nales sont en­thou­sias­mantes, ex­plique-t-il. Mais cette ren­contre en par­ti­cu­lier m’a tel­le­ment mar­qué, tout le Can­tal était der­rière nous. » C’est peut-être un peu aus­si parce que ce jour-là, il avait en face de lui sur le banc ad­verse son grand ami Di­dier Ca­sa­deï.

L’en­traî­neur aurillacois re­vient sur son par­cours et met en lu­mière des évé­ne­ments qui ont mar­qué sa car­rière et celle du club.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.