LA CIRCADIENNE

24 HEURES NA­THA­LIE DERAULT

Sports Auvergne - - Dossier - Texte Sté­pha­nie Mer­zet Pho­tos Florent Gif­fard

Cet ex­ploit, elle l’a réus­si fin oc­tobre à Al­bi et elle re­vient sur sa per­for­mance sans bou­der son plai­sir : « Je ne m’at­ten­dais pas à ce que cette épreuve se passe aus­si bien puisque je vais au-de­là de mon re­cord per­son­nel en ayant par­cou­ru 217,787 km. Avant cette com­pé­ti­tion, je m’étais fixé comme ob­jec­tif de réus­sir en in­di­vi­duel, mais pour le col­lec­tif. Ça a mar­ché. J’ai pas­sé un week-end ex­tra­or­di­naire avec ce groupe France. Que ce soient les ath­lètes, le staff spor­tif et mé­di­cal, ils m’ont tous été d’un grand sou­tien pour ma pre­mière avec le maillot tri­co­lore. Quelle ma­gni­fique am­biance ! » Quand Na­tha­lie a com­men­cé la course à pied il y a une di­zaine d’an­nées, elle était bien loin d’ima­gi­ner qu’un jour elle dé­fen­drait les cou­leurs de la France. Elle a d’abord dé­bu­té cette ac­ti­vi­té pour avoir un équi­libre de vie entre les exi­gences fa­mi­liales et pro­fes­sion­nelles. « Ce sport était le plus simple à pra­ti­quer pour moi puisque je pou­vais gé­rer mes en­traî­ne­ments en fonc­tion de mes dis­po­ni­bi­li­tés », ex­plique-t-elle. Puis très vite, elle prend goût à la com­pé­ti­tion et s’ins­crit à son premier ma­ra­thon. « C’était ce­lui de Lyon, se sou­vient-elle, je l’ai réa­li­sé en 3 h 56 et j’étais su­per contente. Ce­la m’a vrai­ment mo­ti­vé pour conti­nuer. » Elle en­chaîne alors les ma­ra­thons, les se­mis, elle s’es­saye même au trail en par­ti­ci­pant, entre autres, aux Tem­pliers ou au grand Trail du San­cy : « J’ai vou­lu cou­rir dans la na­ture plu­tôt que sur route mais très vite, j’ai com­pris que ce­la ne me cor­res­pon­dait pas », dé­clare-t-elle. Eh oui, Na­tha­lie n’aime pas quand ce­la va trop vite et elle s’in­té­resse aus­si de plus en plus au for­mat aty­pique comme les 100 ki­lo­mètres ou les 24 heures. « J’aime ce cô­té “chal­len­ger”, quand l’ef­fort se fait sur la du­rée, quand il faut al­ler cher­cher la per­for­mance au men­tal… ». Alors en 2013, elle s’ins­crit aux 100 ki­lo­mètres de Millau. Une ré­vé­la­tion. Na­tha­lie a trou­vé son cré­do. Elle n’a dé­sor­mais foi qu’en cou­rant sur les très longues dis­tances. En 2014, elle dé­croche même la 5e place aux cham­pion­nats de France de cette dis­ci­pline et se lance un nou­veau dé­fi : le 24 heures. En­core une fois, Na­tha­lie étonne et dé­tonne en de­ve­nant vice-cham­pionne de France dans sa ca­té­go­rie de ce très long for­mat en 2015. L’an­née qui suit, Jean-fran­çois Pon­tier, ma­na­ger hors stade de la Fé­dé­ra­tion Fran­çaise d’ath­lé­tisme, la prend sous son aile. « Na­tha­lie est ve­nue me voir pour pré­pa­rer les cham­pion­nats de France 2016 de 24 heures il y a un an. Je connais bien cette dis­ci­pline et je peux vous as­su­rer qu’elle a le pro­fil idéal. Elle est très vo­lon­taire, dé­tient des qua­li­tés phy­siques non né­gli­geables et j’ai tout de suite vu qu’elle avait le po­ten­tiel pour por­ter le maillot de l’équipe de France. Main­te­nant, elle doit en­core ac­qué­rir de l’ex­pé­rience afin d’en­core mieux gé­rer sa course. Il ne faut pas par­tir trop vite afin de re­pous­ser l’ar­ri­vée de la fa­tigue. C’est une épreuve de pa­tience. Il y a aus­si un tra­vail à faire sur l’ali­men­ta­tion pen­dant la course. Sa­voir ce qu’il faut prendre et à quel mo­ment. Ce sont des no­tions très per­son­nelles et seul le temps pour­ra don­ner des ré­ponses. Une chose est sûre, Na­tha­lie est une ath­lète avec un es­prit po­si­tif et elle ne peut que pro­gres­ser. » Une ana­lyse de bon au­gure pour la Cler­mon­toise qui peut es­pé­rer une sé­lec­tion pour les cham­pion­nats du monde dé­but juillet 2017 à Bel­fast (ré­ponse dé­but 2017). Mais pour l’ins­tant, Na­tha­lie n’a pas en­core en tête l’ir­lande. Elle sa­voure en­core ce premier po­dium in­ter­na­tio­nal…

Elle sa­voure. Et elle peut. Na­tha­lie Derault a fait ses pre­miers pas sur les courses de 24 heures il y a à peine deux ans et au­jourd’hui elle pos­sède une belle mé­daille de bronze par équipe aux cham­pion­nats d’eu­rope de la dis­ci­pline.

Na­tha­lie a trou­vé son bon­heur sur la route et sur les très longues dis­tances...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.