BRU­NO PIEL COACH D’EX­PÉ­RIENCE

Sports Auvergne - - Club -

Au cô­té de Ca­rine Mar­liac et Gaë­tan Roy, il est le 3e en­traî­neur du club. Ar­ri­vé cet été, en pro­ve­nance de Roanne, ce pa­ri­sien de nais­sance coache des pa­ti­neurs de­puis 1990. Il oc­cupe éga­le­ment des fonc­tions au­près de la ligue Au­vergne Rhône-alpes.

Comment s’est fait votre ve­nue à Clermont ?

Je connais Fran­cisque et Ca­rine Mar­liac de­puis plus de 15 ans. J’étais dé­jà ve­nu à Clermont-fer­rand lors de stages, pour des rem­pla­ce­ments mais aus­si dans le cadre de mes fonc­tions de ré­fé­rent au­près de la Ligue Au­vergne Rhône Alpes de patinage.

Quelles sont vos fonc­tions au sein du club ?

Je suis là comme en­traî­neur au cô­té de Ca­rine et Gaë­tan (Roy). Nous for­mons un staff et l’on tra­vaille en col­la­bo­ra­tion. Outre la pré­pa­ra­tion phy­sique, je vais m’oc­cu­per éga­le­ment de la par­tie ad­mi­nis­tra­tive pour les ins­crip­tions aux com­pé­ti­tions.

En quoi consiste votre mis­sion de ré­fé­rent au­près de la Ligue AU­RA ?

J’ai dé­bu­té au­près de la Ligue Rhô­neAlpes avant de m’oc­cu­per aus­si de l’au­vergne suite à la fu­sion des ré­gions. De­puis près de dix ans, je suis membre de L’ETR (Equipe tech­nique ré­gio­nale). Nous sommes deux à oc­cu­per cette fonc­tion. Notre mis­sion consiste à être les ré­fé­rents tech­niques pour tout ce qui est or­ga­ni­sa­tion, pré­pa­ra­tion et dé­rou­le­ment des stages de ligue. Ceux-ci ont pour but de ras­sem­bler les ath­lètes qui ont un ni­veau na­tio­nal D1 et D2. Gé­né­ra­le­ment, nous or­ga­ni­sons trois stages dans la sai­son. Un premier en sep­tembre, que l’on ap­pelle ras­sem­ble­ment “Pit­choune”, avec des enfants de moins de 9 ans dont on pressent un po­ten­tiel. Le se­cond a lieu en oc­tobre avec les enfants “no­vices” de D1 et cer­tains mi­nimes de D2. En­fin, le 3e stage se dé­roule au terme de la sai­son avec tous les ath­lètes de ligue sé­lec­tion­nés sur les cham­pion­nats de France in­di­vi­duels.

Vous in­ter­ve­nez éga­le­ment au ni­veau des com­pé­ti­tions, est- ce exact ?

Tout à fait. Je suis spé­cia­liste tech­nique en tant qu’of­fi­ciel d’ar­bi­trage dans les com­pé­ti­tions na­tio­nales “Elite”. Une fonc­tion que j’exerce à titre bé­né­vole. De­puis 2006, il y a dé­sor­mais deux ju­rys en patinage, un ju­ry for­mé d’un pa­nel dit “tech­nique” (2 en­traî­neurs + 1 contrô­leur tech­nique) et de l’autre cô­té, les juges. Le pa­nel tech­nique a pour but d’iden­ti­fier et de va­li­der les élé­ments réa­li­sés dans un pro­gramme. En­suite, le rôle des juges consiste sim­ple­ment à éva­luer la qua­li­té d’exé­cu­tion. Ce sys­tème a per­mis d’as­sai­nir les choses car au­pa­ra­vant, le juge de­vait tout faire.

Sui­vez-vous les com­pé­ti­tions de vos élèves du­rant l’an­née ?

Quand je tra­vaillais tout seul, je sui­vais bien sûr mes ath­lètes sur toutes les épreuves, qu’elles soient ré­gio­nales ou na­tio­nales. Ici, nous al­lons nous ré­par­tir les com­pé­ti­tions avec les deux autres en­traî­neurs.

Comment se passent vos dé­buts au sein du club cler­mon­tois ?

Je connais­sais dé­jà les gens. Au ni­veau hu­main, ce­la se passe très bien. La seule chose dif­fé­rente pour moi, c’est que le Clermont Au­vergne Patinage Ar­tis­tique est un gros club. Avec ses 380 li­cen­ciés, il fait par­tie des cinq plus grosses struc­tures de France. Sur cer­tains cours, comme l’ini­tia­tion, ce­la im­pose de tra­vailler dif­fé­rem­ment. Il faut ap­prendre à par­ta­ger la glace. D’un point de vue pé­da­go­gique et or­ga­ni­sa­tion­nel, il faut donc s’adap­ter.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.