UNE SO­CIÉ­TÉ EN ÉRUP­TION

Team building, or­ga­ni­sa­tion d’es­sais sur piste chez Mi­che­lin, ani­ma­tion de l’al­lée des Sup­por­ters au stade des “jaune et bleu”… La pe­tite so­cié­té Vulcevents est en fu­sion et la tem­pé­ra­ture de­vrait en­core grim­per cet été avec une étape du SX Tour…

Sports Auvergne - - Sport Et Business - Texte Sté­pha­nie Mer­zet Pho­tos Ben­ja­min Che­rasse - Ar­chives Vulcevents

Mais qui se cache der­rière ce vol­can d’ac­ti­vi­tés ? Eh bien, il s’agit d’un trio ex­plo­sif ! Il y a tout d’abord un cer­tain Ra­phaël Cha­nal. Tout le monde se sou­vient en­core de cet an­cien trois-quarts centre “jaune et bleu” au jeu vif et tran­chant et très ap­pré­cié des sup­por­ters. Il y a éga­le­ment Fré­dé­ric San­dou­ly, un Au­ver­gnat qui a su di­gne­ment re­pré­sen­ter les cou­leurs de la ré­gion au plus haut ni­veau du mo­to­cross fran­çais. En­fin, Sté­phane Gros, qui a for­gé sa ré­pu­ta­tion en in­car­nant le rôle d’“el Dia­blo” lors de l’in­con­tour­nable course d’obs­tacle “l’in­fer­nale” qui a lieu de­puis neuf ans du cô­té de Ser­vant. Ces trois hommes ne sont pas uni­que­ment liés par “les af­faires”, c’est avant tout une belle et simple his­toire d’ami­tié. Ra­phaël Cha­nal et Fré­dé­ric San­dou­ly se sont ren­con­trés il y a une di­zaine d’an­nées. À cette époque, l’an­cien rug­by­man pro­fes­sion­nel était sous contrat avec L’ASM Cler­mont Au­vergne et cô­toyait au quo­ti­dien le stade Mar­cel Mi­che­lin. C’est là qu’il a croi­sé Fré­dé­ric qui, grâce à Jean-marc Lher­met re­con­nais­sant ses per­for­mances et ses qua­li­tés de pi­lote, bé­né­fi­ciait du staff mé­di­cal du club pro­fes­sion­nel. De­puis, les deux spor­tifs ne se sont plus quit­tés. Quant à Sté­phane Gros, “le coup de foudre” avec Ra­phaël Cha­nal s’est pro­duit lors de l’or­ga­ni­sa­tion de “l’in­fer­nale”. Ce­lui que l’on sur­nomme “El Dia­blo” n’a ja­mais man­qué de mettre le feu du­rant cette ma­ni­fes­ta­tion, mon­trant alors tout son dy­na­misme et son dé­voue­ment. Très vite, ces trois hommes ont vou­lu mettre à bien des pro­jets en­semble, d’au­tant que les idées four­millent… C’est ain­si qu’ils agencent en­semble des team buil­dings pour des clubs de sport ou pour des en­tre­prises, le but étant de res­ser­rer les liens entre les membres d’une équipe ou entre col­lègues de tra­vail avec des ac­ti­vi­tés phy­siques, lu­diques et cultu­relles. « Ce qui m’in­té­resse, c’est de faire res­sor­tir les qua­li­tés de cha­cun et que celles-ci soient dé­ce­ler par les autres. C’est in­ad­mis­sible que les gens n’uti­lisent pas en­semble leurs ca­pa­ci­tés. Per­son­nel­le­ment, je pense que j’ai cet es­prit col­lec­tif de­puis ma nais­sance et que j’ai eu la chance de le dé­ve­lop­per au rug­by. Dans une équipe, il faut de tout et c’est très im­por­tant de trans­mettre ce­la aux autres », in­siste l’ex “jaune et bleu”. « Nous adap­tons nos in­ter­ven­tions en fonc­tion de chaque de­mande. Ce­la peut être un sé­mi­naire “in­cen­tive” sur Cler­montFer­rand ou dans le Sancy, une in­ter­ven­tion ma­na­ge­ment avec une per­son­na­li­té spor­tive, un stage très in­ten­sif en Com­brailles pour les plus spor­tifs... On peut même al­ler sur la lune », ajoute en riant le spé­cia­liste du mo­to­cross. Pour exemple pré­cis, Vulcevents pren­dra en charge deux jour­nées mul­ti-ac­ti­vi­tés lors des stages d’été pour jeunes de L’ASM. Mais la pe­tite so­cié­té au­ver­gnate ne se contente pas de ça, elle est un vol­can qui ne s’en­dort ja­mais. Le pi­lote Fré­dé­ric San­dou­ly col­la­bore avec Mi­che­lin dans le dé­ve­lop­pe­ment des gammes de pneus pour mo­to de­puis plu­sieurs an­nées. Il teste les pro­duits du ma­nu­fac­tu­rier au­ver­gnat et fait part de ses im­pres­sions aux in­gé­nieurs. Mais par­fois, ce n’est pas tou­jours lui qui tient le gui­don. En ef­fet, le lea­der mon­dial du pneu­ma­tique fait éga­le­ment ap­pel à lui et à Vulcevents pour or­ga­ni­ser des jour­nées de rou­lage : « Mi­che­lin m’in­dique ses be­soins, le nombre et le type de pi­lotes qu’il sou­haite avoir à sa dis­po­si­tion… Nous nous oc­cu­pons alors de trou­ver tout ça, de ré­ser­ver le cir­cuit… Nous trai­tons toute la lo­gis­tique pour mettre sur pied ce type d’évé­ne­ment », ex­plique Fré­dé­ric. Et quand Vulcevents n’est pas sur un cir­cuit, il est pos­sible de la croi­ser dans un stade. Et il s’agit évi­dem­ment du Mar­celMi­che­lin. Un lieu que “Raph” et “Fre­do” connaissent bien. De­puis un an, le club phare de la ré­gion a créé “l’al­lée des Sup­por­ters” si­tuée sous la tri­bune Au­vergne Rhô­neAlpes. C’est ici que tout se passe avant et après les matches. « Notre rôle, c’est de mettre de l’am­biance dans ce lieu. Nous or­ga­ni­sons des concerts, nous as­su­rons tout ce qui est au­dio et vi­déo, nous gé­rons

la re­mise des plaques avec les noms des clubs de sup­por­ters... », énu­mère Ra­phaël Cha­nal, et Fré­dé­ric San­dou­ly de com­plé­ter sans dé­tour : « Raph est sans doute la per­sonne idéale pour s’oc­cu­per de ça. Il a en­core un lien très fort avec les sup­por­ters au­jourd’hui. » L’agen­ce­ment de teams buil­dings, les col­la­bo­ra­tions avec le ma­nu­fac­tu­rier Mi­che­lin, l’ani­ma­tion de l’al­lée des Sup­por­ters, l’or­ga­ni­sa­tion, évi­dem­ment, de l’in­fer­nale… Les trois membres de Vulcevents n’ar­rêtent ja­mais… Ils ont beau être Au­ver­gnats, il n’est ma­ni­fes­te­ment pas ques­tion d’être en­dor­mi comme les vol­cans aux alen­tours… Le mag­ma est sans cesse en fu­sion et il conti­nue de croître ! Il y a un an, Fré­dé­ric San­dou­ly a dé­ci­dé de faire dé­cou­vrir à Ra­phaël Cha­nal le SX Tour, le cham­pion­nat de France par étapes de Su­per­cross. « Je l’ai ame­né à Es­tillac, à cô­té d’agen, lors de l’ou­ver­ture de cette com­pé­ti­tion en plu­sieurs manches », se rap­pelle le pi­lote. « Ça m’a tout de suite plu, lance avec en­thou­siasme l’an­cien centre. J’ai vu quatre heures de spec­tacle qui sont pas­sées très vite dans une am­biance convi­viale et fa­mi­liale. » Ce dé­pla­ce­ment dans le Sud de la France n’était pas ano­din pour Fré­dé­ric San­dou­ly. L’idée était d’em­bar­quer Vulcevents dans cette aven­ture. Ra­phaël et Sté­phane étant sé­duits par ce pro­jet, la so­cié­té s’as­so­cie au dy­na­mique Kick Club de Ver­tai­zon et dé­pose un dos­sier au­près des pro­mo­teurs et de la fé­dé­ra­tion pour or­ga­ni­ser une étape dans la ré­gion. Ce­lui-ci a été va­li­dé et la deuxième étape du SX Tour 2017 se tien­dra le 1er juillet à Riom. « Nous en­trons dans une nou­velle di­men­sion. Nous nous at­te­lons à ce pro­jet-là de­puis un an avec un bud­get de 240 000 eu­ros. C’est un vé­ri­table in­ves­tis­se­ment et nous sou­hai­tons ré­ité­rer cet évé­ne­ment chaque an­née. À chaque fois que nous or­ga­ni­sons quelque chose, ma pré­oc­cu­pa­tion est de tou­jours sa­tis­faire les per­sonnes qui en bé­né­fi­cient. Je ne veux pas non plus dé­ce­voir ceux qui se sont im­pli­qués dans nos dif­fé­rents pro­jets comme nos par­te­naires », in­siste Ra­phaël. « Nous sommes par­tis d’un ter­rain vierge près de l’in­dian Sa­loon à Riom. Il y a tout à faire, réa­li­ser un amé­na­ge­ment de la di­men­sion d’un ter­rain de foot pour ac­cueillir la piste, les ré­seaux élec­triques, le parc pi­lote… Nous nous ren­dons là-bas tous les jours ! », dé­taille Fré­dé­ric San­dou­ly. Un peu de pres­sion pour les membres de Vulcevents ? Pro­ba­ble­ment, mais ces spor­tifs de haut ni­veau savent mieux que per­sonne la gé­rer. Ils en ont be­soin car les vol­cans ne s’éteignent ja­mais, au mieux, ils sont juste en­dor­mis.

« AVEC LE SX TOUR NOUS EN­TRONS DANS UNE NOU­VELLE DI­MEN­SION DE L’ÉVÉ­NE­MEN­TIEL. » RA­PHAËL CHA­NAL

Vulcevents or­ga­nise l’étape au­ver­gnate du SX Tour cet été.

Ren­dez-vous le 1er juillet à Riom pour cette pre­mière édi­tion du SX Tour en Au­vergne. Le trio a aus­si en charge l’ani­ma­tion de l’al­lée des Sup­por­ters au Stade Mar­cel-mi­che­lin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.