10 ANS DE LIGUE 2 LA DÉ­CEN­NIE DU CLER­MONT FOOT

Le Cler­mont Foot Au­vergne a ré­cem­ment ac­quis son main­tien dans l’an­ti­chambre de l’élite. Voi­là main­te­nant 10 sai­sons que le club du pré­sident Mi­chy a su trou­ver l’équi­libre entre des fi­nances saines et un rôle spor­tif qui lui a per­mis, par­fois, de jouer l

Sports Auvergne - - Clermont Foot - Texte Ni­co­las Ca­ni­zares Pho­tos Ar­chives La Mon­tagne

Nous sommes en juillet 2006. Le Cler­mont Foot Au­vergne vient de ter­mi­ner l’exer­cice pré­cé­dent à la 18e place de Ligue 2 où il vient de pas­ser quatre an­nées. Claude Mi­chy, alors à la pré­si­dence du club de­puis un an, dé­cide d’en­rô­ler Di­dier Ol­lé-ni­colle. Ce der­nier cham­boule son ef­fec­tif en re­cru­tant 20 joueurs. L’en­traî­neur veut prendre un nou­veau vi­rage dans la po­li­tique de re­cru­te­ment et joue sur la carte de la jeu­nesse, avec l’ex­pé­rience de joueurs comme Franck Chaus­si­dière ou Ju­lien Cor­don­nier. Au bout de huit jour­nées, les dé­buts des Cler­mon­tois sont pous­sifs. Mais l’équipe ne tar­de­ra pas à ré­col­ter les pre­miers fruits du tra­vail es­ti­val. La for­ma­tion au­ver­gnate se trans­forme en rou­leau com­pres­seur et bat tous les re­cords : plus grand nombre de points (82), de vic­toires (24), de buts mar­qués (76) et une sé­rie d’in­vin­ci­bi­li­tés de 27 matchs. Avec son se­cond titre de Na­tio­nal au pal­ma­rès, le Cler­mont Foot re­monte im­mé­dia­te­ment dans l’an­ti­chambre de l’élite. Lors de la sai­son 2007-2008, sur­fant sur la bonne dy­na­mique de la sai­son pas­sée, le club à l’avant der­nier bud­get du cham­pion­nat cette an­née-là ren­dra son meilleur bi­lan spor­tif en ter­mi­nant à une cin­quième place de Ligue 2 ja­mais at­teinte.

TOUT UN CLUB EN DEUIL Les ap­pels du pied de cer­tains clubs de Ligue 1 sont in­sis­tants mais Di­dier Ol­lé-ni­colle, qui avait si­gné pour deux ans dé­cide de pro­lon­ger le plai­sir pour la sai­son 2008-2009. Pour­tant, tout ne se passe pas comme pré­vu et un drame ex­tra spor­tif in­ter­vient. Re­cru­té à l’été 2008 en pro­ve­nance du Mans, Clé­ment Pi­nault dé­cède le 22 jan­vier 2009 suite à un ma­laise car­diaque. Ol­lé Ni­colle ra­conte : « En tant que foot­bal­leur, on n’est pas for­ma­té pour ce­la. J’ai dé­cou­vert en Claude Mi­chy, lui qui n’est pas for­cé­ment un grand af­fec­tif, une autre fa­cette. C’est quel­qu’un de très sen­sible avec une ap­proche hu­maine au­des­sus de la moyenne. » Le club si­gne­ra tout de même son se­cond meilleur bi­lan de l’his­toire en Ligue 2 en fi­nis­sant à la 12e place. Comme tout en­traî­neur am­bi­tieux, Di­dier Ol­lé-ni­colle pour­suit sa

route dans l’élite à Nice. Ar­rive alors Mi­chel Der Za­ka­rian qui vient de faire re­mon­ter le FC Nantes en Ligue 1. Le Ca­me­rou­nais Eu­gène Eko­bo pose ses va­lises à Cler­mont. Il se rap­pelle : « Quand je suis ar­ri­vé, l’ob­jec­tif était d’abord de se sta­bi­li­ser dans le top 10. Mais avec Der Za­ka­rian, on a goû­té l’ap­proche de la mon­tée et ce­la a trans­cen­dé le coach et le groupe. Il avait cette mo­ti­va­tion qu’il trans­met­tait aux joueurs dans les ves­tiaires. »

DER ZA­KA­RIAN, LA RÉ­GU­LA­RI­TÉ DANS LA PER­FOR­MANCE L’équipe peine à dé­cro­cher son pre­mier suc­cès. Le rou­leau com­pres­seur cler­mon­tois se met­tra en état de marche sur la deuxième par­tie de sai­son, por­té par la grande forme de ses deux meilleurs bu­teurs Ha­quin (12) et Bra­hi­mi (8). L’ac­ces­sion est même en­vi­sa­gée dans une fi­nale face à Arles-avi­gnon lors de la der­nière jour­née (dé­faite 1-0) mais le club ter­mine 6e. La sai­son sui­vante (2009-2010) res­semble à un re­make. Mais le re­cru­te­ment ser­vi­ra à pré­pa­rer l’ave­nir : Far­nolle, Per­ri­nelle, Syl­la, Ales­san­dri­ni, Pri­vat. Ce der­nier, prê­té par So­chaux, en­tre­ra dans l’his­toire du club en de­ve­nant son meilleur bu­teur sur une sai­son avec 20 réa­li­sa­tions. Une gé­né­ra­tion de joueurs passe la main pour la sai­son 2011-2012 : Ham­da­ni, Chaus­si­dière, Ab­dou­laye. Le club ef­fec­tue un dé­part ca­non, à l’image des deux fers de lance Ales­san­dri­ni et Ri­vière (11 buts cha­cun cette sai­son) et ter­mine cham­pion d’au­tomne. Ces deux joueurs connaî­tront des pé­pins phy­siques en cours de sai­son et les Cler­mon­tois ne ga­gne­ront que cinq matchs lors de la phase re­tour, ponc­tuée par des sé­ries noires : au­cun suc­cès entre fin jan­vier et fin mars. Mi­chel Der Za­ka­rian ter­mi­ne­ra cin­quième avec le meilleur bi­lan comp­table du club jus­qu’ici en Ligue 2 avec 58 points.

RÉ­GIS BROUARD N’A PAS SU TROU­VER LA BONNE FOR­MULE Der Za­ka­rian de re­tour au FC Nantes la sai­son sui­vante, c’est Ré­gis Brouard qui s’en­gage avec Cler­mont en juin 2012. Un en­traî­neur qui sort d’une belle épo­pée qui l’a me­né jus­qu’à la fi­nale de Coupe de France l’an­née pré­cé­dente avec Que­villy. Dix-neu­vième de Ligue 2 après 8 jour­nées, les dé­buts sont cau­che­mar­desques. Eko­bo parle de cette pé­riode dif­fi­cile : « Ce n’était pas une ques­tion d’état d’es­prit mais plus une page qui s’était tour­née avec Der Za­ka­rian. Avec Ré­gis, on est comme re­par­tis de zé­ro. » Au bout d’un exer­cice ir­ré­gu­lier, le Cler­mont Foot 63 est sau­vé in ex­tre­mis après un nul à Auxerre. Ré­gis Brouard croit trou­ver la bonne for­mule en dé­but de sai­son sui­vante. Cler­mont se re­trouve vite de­vant grâce à un re­mar­quable dé­part (4 vic­toires lors des 4 pre­miers matchs de cham­pion­nat et de Coupe de la Ligue). Au cours de la phase al­ler, l’équipe se classe à 15 re­prises par­mi les 8 pre­miers du cham­pion­nat. Au mer­ca­to d’hi­ver, pour pal­lier le dé­part de Dem­bé­lé vers Nan­cy, le club fait ap­pel à Idriss Saa­di en pro­ve­nance de Saint-étienne. Le jeune at­ta­quant ins­cri­ra 7 buts sur la phase re­tour, au­tant que son com­père Yan­nis Sa­li­bur. Mais le CF63 lut­te­ra en­core jus­qu’au bout pour as­su­rer son main­tien. À l’is­sue d’une dé­faite dé­but mai 2014 contre Di­jon, Ré­gis Brouard an­nonce son dé­part du club pour des « rai­sons pu­re­ment spor­tives ».

AVEC SON CENTRE DE FOR­MA­TION, LE CLER­MONT FOOT A FRAN­CHI UN CAP SUP­PLÉ­MEN­TAIRE.

Le pré­sident Mi­chy se re­trouve en pleine lu­mière lorsque, dans la fou­lée, la por­tu­gaise He­le­na Cos­ta est nom­mée en­traî­neur. On parle alors du Cler­mont Foot jus­qu’ou­treAt­lan­tique comme le pre­mier club à en­ga­ger une femme à ce poste dans une équipe de foot­ball pro­fes­sion­nel en France. Vingt jours plus tard, la por­tu­gaise re­nonce et pointe des désac­cords avec la di­rec­tion spor­tive dans le re­cru­te­ment. Co­rinne Diacre la rem­place. Elle est la pre­mière femme à avoir ob­te­nu le DEPF (di­plôme d’en­traî­neur pro­fes­sion­nel de foot­ball) par la voie clas­sique. À la tête de l’équipe au­ver­gnate, elle ob­tient son pre­mier suc­cès lors de la 6e jour­née face au Havre (1-0). En dé­pit de six pre­miers mois où elle prend ses marques, elle réa­li­se­ra une se­conde par­tie de sai­son ho­no­rable pour ter­mi­ner à la 12e place, mieux que son pré­dé­ces­seur. Elle pré­pare un groupe qu’elle a en­tiè­re­ment choi­si pour sa se­conde sai­son au club. Le dé­part n’est pas ce­lui es­comp­té jus­qu’à la hui­tième jour­née. Le Cler­mont Foot en­chaî­ne­ra les bonnes per­for­mances avec seule­ment deux dé­faites à l’ex­té­rieur de sep­tembre à dé­cembre. Le prin­temps se­ra plus mi­ti­gé mais condui­ra tout de même l’équipe à lor­gner sur le po­dium jus­qu’à la 36e jour­née. Avec 58 points, les Au­ver­gnats ter­minent sep­tièmes mais égalent le re­cord comp­table de Der Za­ka­rian en 2011-2012. Cette sai­son 2015-2016 fut sur­tout mar­quée par l’ex­plo­sion d’in­di­vi­dua­li­tés. Fa­ma­ra Died­hiou est élu meilleur joueur de Ligue 2, une pre­mière pour un Cler­mon­tois, ain­si que meilleur bu­teur du cham­pion­nat (21 buts). Il se­ra dif­fi­cile de re­te­nir Bou­laya qui a flam­bé, ain­si que des joueurs prê­tés comme Hu­nou (Rennes) et La­borde (Bor­deaux) qui ont mon­tré de quoi se faire une place en Ligue 1.

« IL NE FAUT PAS BANALISER LA LIGUE 2 » Après le dé­part de ces lea­ders tech­niques, Cler­mont au­ra du mal à les rem­pla­cer qua­li­ta­ti­ve­ment lors de l’été 2016, ce qui l’a ame­né cette sai­son à li­mi­ter ses am­bi­tions. Se pose alors la ques­tion du mo­dèle de dé­ve­lop­pe­ment du club. Le Cler­mont Foot a su se sta­bi­li­ser spor­ti­ve­ment du­rant ces 10 der­nières an­nées sans pour au­tant par­ve­nir à ob­te­nir un bud­get qui le place par­mi les meilleurs de Ligue 2. Une éven­tuelle ac­ces­sion est-elle condi­tion­née par une ges­tion fi­nan­cière moins ri­gou­reuse ? Di­dier Ol­lé-ni­colle a son avis sur la ques­tion. « Au­jourd’hui, Cler­mont est un bon club de L2, re­con­nu pour faire pro­gres­ser des jeunes et il ne faut pas banaliser ce­la. La deuxième an­née où on a failli mon­ter (20072008), on était sur le point de prendre Mev­lut Er­ding à la trêve. J’avais for­cé Claude Mi­chy de le faire mais on a ter­gi­ver­sé. Il a flam­bé à So­chaux et a si­gné au PSG l’an­née sui­vante. On n’avait pas pu pas­ser ce cap fi­nan­cier mais au­jourd’hui, avec du re­cul, je com­prends la po­si­tion du pré­sident. » Ce dont il est cer­tain, c’est que le Cler­mont Foot a pris au­jourd’hui un nou­veau vi­rage avec la créa­tion de son centre de for­ma­tion, un élé­ment cen­tral dans la pé­ren­ni­té d’un club tant au ni­veau spor­tif que fi­nan­cier.

Franck Chaus­si­dière, né à Is­soire, est un joueur qui a mar­qué le club cler­mon­tois lors de ces dix der­nières an­nées.

Sloan Pri­vat et Ya­cou­ba Syl­la font par­tie de ces joueurs qui ont fait les belles heures du Cler­mont Foot et qui évo­lulent au­jourd’hui en L1. Eu­gène Eko­bo a por­té le maillot du Cler­mont Foot du­rant huit sai­sons.

Di­dier Ol­lé-ni­colle 2006-2009 Mi­chel Der Za­ka­rian 2009-2012

Ré­gis Brouard 2012-2014 Co­rinne Diacre 2014-...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.