HU­GO KASPERSKI BOXE TOU­JOURS LÀ !

Bien­tôt dix ans que le nom de Hu­go Kasperski ne cesse de ré­son­ner dans le mi­lieu de la boxe. De­puis jan­vier, il porte de nou­veau les cou­leurs du club de son coeur L’ASM Boxe.

Sports Auvergne - - Dans La Ligne De Mire - Texte Sté­pha­nie Mer­zet /

Tu as fait ton re­tour à L’ASM Boxe après avoir por­té pen­dant plus d’un an les cou­leurs d’aul­nay-sous-bois…

Oui, je garde tou­jours d’étroites re­la­tions avec ce club de la ré­gion pa­ri­sienne mais j’ai ef­fec­ti­ve­ment dé­ci­dé de prendre ma li­cence à L’ASM Boxe. Pour moi, ra­me­ner des ré­sul­tats sous les cou­leurs d’une ville qui n’était pas la mienne était une source de frus­tra­tion. Mon ob­jec­tif est de dé­cro­cher des titres en dé­fen­dant le ter­ri­toire qui m’a vu gran­dir, en l’oc­cur­rence l’au­vergne et Cler­montFer­rand.

Com­ment s’est ef­fec­tué ce re­tour ?

L’un des en­traî­neurs de L’ASM Boxe s’était rap­pro­ché de moi pour m’in­for­mer des dif­fé­rents chan­ge­ments qu’il y avait eu au club avec une nou­velle équipe di­ri­geante. Je suis ve­nu à des en­traî­ne­ments pour voir et ce­la s’est très bien pas­sé. Par contre, le pré­sident, Hu­bert Vi­da­lin a été très clair avec moi. Le bud­get de la sec­tion boxe étant très res­treint et les ob­jec­tifs étant tour­né vers le mi­lieu ama­teur et un pro­jet olym­pique, il n’était plus ques­tion d’or­ga­ni­ser des com­bats à do­mi­cile sous la hou­lette de L’ASM Boxe.

On ima­gine que ce­la doit te dé­man­ger de ne pas pou­voir or­ga­ni­ser de ga­la vu que tu as une cer­taine ex­pé­rience dans ce do­maine…

Tout à fait. J’es­père que la si­tua­tion chan­ge­ra, et si ce­la se fait, tant mieux, si­non, je ne vais pas al­ler bous­cu­ler tout le monde pour que ce­la se pro­duise.

D’autres condi­tions ont aus­si chan­gé au sein du club…

Oui. Nous avons tou­jours ac­cès aux in­fra­struc­tures spor­tives de la Gau­thière ain­si qu’au ser­vice mé­di­cal (ki­nés, etc.) et aux en­traî­neurs. Mais il n’y a plus de sou­tien fi­nan­cier. Au­jourd’hui, je ne bé­né­fi­cie plus de condi­tions op­ti­males pour per­for­mer et ga­gner des titres. Par exemple, je suis obli­gé de me dé­pla­cer à Pa­ris par mes propres moyens afin de me confron­ter à des spar­ring-part­ners. Mal­heu­reu­se­ment, je n’ai au­cune op­po­si­tion de mon ni­veau dans la ré­gion… L’idéal se­rait de pou­voir les faire ve­nir ici, car les nom­breux tra­jets en di­rec­tion de la ca­pi­tale sont épui­sants et me font obli­ga­toi­re­ment perdre de l’éner­gie en vue de mes com­bats. C’est un point que je re­grette un peu car j’ai l’im­pres­sion qu’on ne va­lo­rise pas for­cé­ment et suf­fi­sam­ment les ath­lètes de haut ni­veau.

En mars, tu dé­cro­chais un titre de cham­pion de France mi-lourd face à Ga­briel Le­crois­nier à Saint-lô et très vite, tu as re­mis ton titre en jeu.

Oui, c’était le 18 mai der­nier et je me suis mal­heu­reu­se­ment in­cli­né. Je n’ai pas été à la hau­teur de l’évé­ne­ment. À 29 ans, c’est la pre­mière fois de ma car­rière que je suis bat­tu par KO. Le com­bat s’est ain­si ar­rê­té au bout d’1 min 30. Ni moi, ni mon ad­ver­saire, le Fran­ci­lien Louis Tou­tin, n’avons pu ex­pri­mer notre boxe. Il a réus­si à avoir un bon coup dès le dé­but du com­bat… Je re­tiens de cette ex­pé­rience que je dois ab­so­lu­ment être plus her­mé­tique au ni­veau de ma garde…

Tu ne comptes pas en res­ter là…

Bien sûr que non, j’ai 29 ans et en­core toutes mes ca­pa­ci­tés phy­siques et in­tel­lec­tuelles sans ou­blier l’en­vie. J’at­tends que l’on me pro­pose un com­bat. La boxe na­tio­nale se porte bien et les té­lé­vi­sions sont à l’af­fût afin de dif­fu­ser des com­bats. J’es­père donc qu’il y au­ra une op­por­tu­ni­té ra­pi­de­ment et dé­cro­cher une vic­toire. En­suite, je pour­rai af­fron­ter un boxeur qui sou­haite re­mettre son titre en jeu.

« JE SUIS PRÊT À DÉ­CRO­CHER UN NOU­VEAU TITRE ! »

Hu­go Kasperski es­père en­core conti­nuer de boxer du­rant les deux pro­chaines sai­sons.

Pho­tos Florent Gif­fard

QUELQUES IN­FOS

HU­GO KASPERSKI NÉ LE 25 AOÛT 1987 CLUB: ASM BOXE CA­TÉ­GO­RIE : MI-LOURD OU SU­PER-MOYEN 38 COM­BATS, 29 VIC­TOIRES (20 PAR KO), 1 NUL PAL­MA­RÈS : VAIN­QUEUR DU TOUR­NOI DE FRANCE, VAIN­QUEUR DE LA COUPE DE LA LIGUE, CHAM­PION DU MONDE ES­POIRS WBC ET WBO DES POIDS SU­PER-MOYENS PLU­SIEURS FOIS CHAM­PION DE FRANCE DES POIDS MI-LOURDS

CHEF D’EN­TRE­PRISE (D’GRIFF MO­TO AUBIERE, BAR LE DÉ­PÔT, DISCOTHÈQUE L’USINE)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.