LE VOL­LEY EN AU­VERGNE RA­VI­VER LA FLAMME

C’était le 11 mars der­nier. Les Pan­thères de Cha­ma­lières sou­le­vaient la Coupe de France fé­dé­rale après leur vic­toire face à Marcq-en-ba­roeul dans une Mai­son des Sports en feu. En dix ans de tra­vail, le VBC Cha­ma­lié­rois a su re­plon­ger le bas­sin Cler­mon­tois

Sports Auvergne - - Rétrospective - Textes Ni­co­las Ca­ni­zares

Un titre ma­jeur en 60 ans d’exis­tence, c’est peu mais c’est le fruit du tra­vail achar­né de tout un club, à des époques dif­fé­rentes, qui a su se sta­bi­li­ser comme une place forte du vol­ley ré­gio­nal avant de rê­ver plus grand. Aux an­ti­podes fi­na­le­ment d’un club comme Riom qui en moins de dix ans avait réus­si à se pla­cer comme un grand d’eu­rope. Une as­cen­sion bru­tale qui avait mal­heu­reu­se­ment connu une is­sue tra­gique en 2006 lors de la li­qui­da­tion ju­di­ciaire.

LA PATTE DE YAN FANG

Plus de vingt ans à haut ni­veau, pour un club créé en 1983 qui a pos­sé­dé, dans un pre­mier temps, une sec­tion fé­mi­nine et mas­cu­line. La sai­son 1987-1988 marque l’ac­ces­sion dans l’élite pour ces deux équipes. Seule­ment, le club rio­mois ne peut se le per­mettre et choi­sit le vol­ley fé­mi­nin, moins coû­teux pour son ag­glo­mé­ra­tion. Ar­ri­vée en 1990 de­puis Nan­cy, Ca­the­rine Bou­chon dé­couvre l’au­vergne et le VBC Riom qui com­mence à jouer les pre­miers rôles et s’ins­talle sur la scène eu­ro­péenne. C’est éga­le­ment l’an­née de sa pre­mière sé­lec­tion en équipe de France, celle qui l’em­mè­ne­ra à un 127e match en Tri­co­lore en 1997, ce qui la place dans les 15 joueuses les plus ca­pées en­core au­jourd’hui. C’est sous la hou­lette du coach Yan Fang qu’elle de­vient une joueuse in­con­tour­nable du VBCR. Après deux pre­mières an­nées où les Rio­moises échouent en fi­nale, elles sont sa­crées cham­pionnes de France en 1993. Le “sor­cier chi­nois” part vers Cannes. Il ap­por­te­ra au RCC son pre­mier titre ain­si que 18 autres titres de cham­pions de France, au­tant de Coupes de France et deux Ligues des Cham­pions. C’est donc un eu­phé­misme de dire que le pas­sage de Yan Fang à Riom est l’une des pré­mices du rayon­ne­ment du club. Son dé­part son­ne­ra comme un pas­sage de té­moin entre Riom et Cannes. Néan­moins, l’équipe qua­si­ment in­chan­gée et dé­sor­mais coa­chée par Ap­pie Krin­j­sen par­vient à ra­vir le titre à son an­cien coach l’an­née sui­vante. Les prin­ci­pales belles an­nées eu­ro­péennes s’écrivent avec Ca­the­rine Bou­chon. Elle se rap­pelle au­jourd’hui d’une fi­nale par­ti­cu­lière de Coupe des Coupes en 1996 : « La fi­nale per­due contre Mo­dène m’a par­ti­cu­liè­re­ment mar­quée. On avait bat­tu Ber­lin en de­mies. On y a cru, ce­la a été une dés­illu­sion. On avait même des sup­por­ters qui ve­naient de­puis Riom. »

RIOM PASSE LE TÉ­MOIN À CANNES

L’une des plus belles an­nées de sa car­rière et du VBC Riom est sa der­nière au club, en 1997. Mal­gré le dé­part de la ca­pi­taine et joueuse

APRÈS RIOM, LE VOL­LEY DE CHA­MA­LIÈRES EST DE­VE­NU LE CLUB ÉLITE EN AU­VERGNE.

em­blé­ma­tique Ma­rie Ta­ri vers Cannes, l’équipe d’and­jeï Duls­ki dé­croche un troi­sième cham­pion­nat de France. Ce se­ra le der­nier du club rio­mois. Les De­moi­selles échouent en­core en fi­nale de Coupe des Coupes. Après le re­tour de Ca­the­rine Bou­chon vers son club d’ori­gine de Nan­cy en Na­tio­nale 1, le club joue­ra une der­nière cam­pagne eu­ro­péenne en 1998, en Ligue des Cham­pions cette fois, et ter­mi­ne­ra qua­trième. Dès lors, Jean-luc Treilles est nom­mé à la tête de l’équipe, lui, le Rio­mois et l’éter­nel ad­joint. Avec une si­tua­tion fi­nan­cière plus dé­li­cate et des conflits in­ternes, le club frôle la re­lé­ga­tion en 2000 (11e). Il re­vien­dra bien dans le top avec une se­conde place en 2003-2004 mais ne pour­ra se sta­bi­li­ser. Après une sai­son spor­tive et fi­nan­cière ca­tas­tro­phique, le VBC Riom, der­nier de Ligue A Fé­mi­nine, dé­pose le bi­lan en 2006. Le Riom Vol­ley-ball pren­dra la re­lève au ni­veau ré­gio­nal et par­vien­dra à jouer en Na­tio­nale 2 en 2009-2010. AT­MAN TOU­BA­NI, DES DE­MOI­SELLES AUX PAN­THÈRES Pen­dant l’écrou­le­ment du club rio­mois, un autre bas­tion du vol­ley fé­mi­nin en Au­vergne prend de l’am­pleur. Il s’agit du VBC Cha­ma­lié­rois. Quand on as­so­cie ces deux en­ti­tés, un nom re­vient avec in­sis­tance. Ce­lui d’at­man Tou­ba­ni. Rio­mois de nais­sance, l’ac­tuel coach de Cha­ma­lières a gran­di dans le quar­tier du Cou­riat, à deux pas du gym­nase his­to­rique du VBCR. Il au­rait pu mar­quer de son em­preinte l’his­toire de ce club en tant que joueur lors­qu’il in­tègre l’équipe mas­cu­line de 1992 à 1995 et évo­lue en N1B (se­conde di­vi­sion). Mais il choi­sit plu­tôt le banc de touche et le ta­bleau noir à sa car­rière pro­fes­sion­nelle. « On m’avait don­né un groupe de mi­nimes filles à en­traî­ner, et le res­pon­sable de l’époque avait ju­gé que j’avais du lea­der­ship. Quand ils ont vou­lu ar­rê­ter les gar­çons, soit je par­tais pour jouer soit je res­tais. J’ai pris des équipes en Na­tio­nale 3 puis j’ai bas­cu­lé comme ad­joint avec l'équipe 1 alors qu’on ne par­ti­ci­pait plus aux Coupes

ENTRE RIOM, AVANT, ET CHAMALÈRES, LE VOL­LEY A SA PLACE EN AU­VERGNE.

d’eu­rope », ex­plique-t-il. En 2001, le poste d’en­traî­neur prin­ci­pal à Riom lui est pro­po­sé mais un chan­ge­ment de pré­sident en­té­rine le contrat. Il est contac­té par Cha­ma­lières pour re­prendre l’équipe. « Quand je suis ar­ri­vé, la seule pré­ten­tion était de res­ter en D2 et for­mer les jeunes en Au­vergne. Au fur et à me­sure, les joueuses ont pris les choses en main. En 20052006, on tour­nait un peu en rond, et elles avaient en­vie de s’en­traî­ner comme des pro­fes­sion­nelles pour mon­ter. »

À LA QUÊTE DE L’ÉLITE FÉ­MI­NINE

La Di­vi­sion d’ex­cel­lence Fé­mi­nine (2010) rem­pla­cée par la Di­vi­sion Élite fé­mi­nine (2012) vient s’im­plan­ter entre la Ligue A Fé­mi­nine et la Na­tio­nale 1 pour créer une se­conde di­vi­sion. L’ob­jec­tif est fixé pour les Pan­thères. La belle sai­son 2010-2011 les voit ac­cé­der dans cette an­ti­chambre de l’élite après leur titre en Na­tio­nal 1. La pre­mière sai­son per­met de se sta­bi­li­ser avec une 9e place. La sui­vante se­ra plus com­pli­quée. Les Cha­ma­lié­roises ter­minent l’exer­cice 2012-2013 der­nières mais sont main­te­nues grâce à la re­fonte du cham­pion­nat. L’ef­fec­tif est en­core étof­fé pour une nou­velle sai­son de tran­si­tion en 2013-2014 où le VBCC réus­sit à sor­tir des play-downs.

DES CHAN­GE­MENTS SPOR­TIFS ET AD­MI­NIS­TRA­TIFS

L’an­née 2014-2015 res­te­ra sans doute an­crée dans la mé­moire du VBCC. L’équipe s’ap­puie sur les mêmes cadres que la sai­son pré­cé­dente (Djé, De­keu­ke­laire, Fot­so, Na­na Tchoud­jang, Le Guia­der…). Cha­ma­lières ter­mine deuxième de sa poule der­rière Mou­gins et se donne le droit d’al­ler en play-offs. Van­doeuvre-

Nan­cy semble dif­fi­cile à al­ler cher­cher et les Pan­thères veulent jouer la se­conde place. Elles ob­tiennent leur ti­cket pour la Ligue A Fé­mi­nine lors de la der­nière jour­née alors qu’elles n’étaient pas maî­tresses de leur des­tin. C’est un meilleur set ave­rage qui fa­vo­rise l’ac­ces­sion des Au­ver­gnates au pro­fit de Quim­per. Un mois plus tôt, la femme d’at­man Tou­ba­ni, My­lène Bar­det-tou­ba­ni rem­place Mi­chel Bu­rel à la tête du club. C’est une vé­ri­table course contre la montre qui est lan­cée pour trou­ver une so­lu­tion fi­nan­cière afin d’as­su­rer la pré­sence de Cha­ma­lières en Ligue A Fé­mi­nine. Rien n’ef­fraie la di­rec­trice ré­gio­nale de L’UNSS. Un mois plus tard, la mon­tée est va­li­dée par la DNACG et le bud­get dou­blé. La pre­mière sai­son de Cha­ma­lières lais­se­ra un goût amer. Les Pan­thères par­vien­dront à ci­bler les ad­ver­saires à battre pour se main­te­nir. Elles triomphent à l’al­ler et au re­tour (3-2) face à Saint-ra­phaël, cette même équipe qui se­ra cham­pionne de France, met­tant ain­si fin à la sé­rie de 18 titres consé­cu­tifs des Can­noises. L’ex­ploit at­ten­du ne se­ra pas au ren­dez-vous face à Saint-cloud lors de la der­nière jour­née (2-3) et Nan­cy se sau­ve­ra. Le VBCC fe­ra même tom­ber un re­cord face au Can­net, ce­lui de l’af­fluence en Ligue A fé­mi­nine, à la Mai­son des Sports le 17 jan­vier 2016, avec 4 109 spec­ta­teurs. À l’in­ter­sai­son, la des­cente est di­gé­rée et le couple en­traî­neur-pré­si­dente a les crocs. L’idée d’em­me­ner Cha­ma­lières à nou­veau dans l’élite n’est pas consu­mée. L’ob­jec­tif de la re­mon­tée est évident et plu­sieurs cadres rem­pilent : Na­na Tchoud­jang, Fot­so, Faw­ziya, De­keu­ke­laire aux­quelles s’ajoutent la pas­seuse amé­ri­caine Gates, l’at­ta­quante Fi­gère-tu­riaf (33 sé­lec­tions avec l’équipe de France) et La Mon­té­né­grine San­dic. Du cos­taud pour re­trou­ver les som­mets. Et alors que ce n’était pas l’ob­jec­tif ini­tial, Cha­ma­lières rem­porte la Coupe de France fé­dé­rale face à Marcq-en-ba­roeul (3-1). « C’est rare qu’une équipe re­monte di­rec­te­ment, mais on l'a fait en plus d'avoir ga­gné cette Coupe de France. C'est un bel ex­ploit », af­firme le coach cha­ma­lié­rois. Le nou­veau dé­fi du VBC Cha­ma­lières se­ra de s’ins­tal­ler comme une va­leur mon­tante du vol­ley-ball fran­çais dans les an­nées à ve­nir. At­man Tou­ba­ni y croit dur comme fer. Ce­la pas­se­ra avant tout par une ges­tion des plus ri­gou­reuses. « Sur le cô­té fi­nan­cier, le club a fi­ni sa sai­son spor­tive à l’équi­libre, pour­suit le tech­ni­cien. La nou­velle équipe di­ri­geante a re­le­vé un beau chal­lenge. Ce­pen­dant, on traîne tou­jours des bou­lets des sai­sons pré­cé­dentes avec des re­li­quats à com­pen­ser. Mais le club crée des bé­né­fices. Notre bud­get est en aug­men­ta­tion au ni­veau des par­te­naires pri­vés. Au­jourd’hui, on nous prend vrai­ment au sé­rieux. » Et la belle or­ga­ni­sa­tion des fi­nales de Coupe de France à la Mai­son des Sports n’est pas pas­sée in­aper­çue. « La fé­dé­ra­tion a été très sen­sible à ce­la. L’an­née pro­chaine, tout le dé­but de sai­son va se faire à la Mai­son des Sports. » De quoi ap­por­ter un sup­plé­ment d’âme à une équipe et un club qui pour­rait ra­vi­ver la flamme du vol­ley-ball au­ver­gnat, et même, le re­pla­cer un jour sur la carte de l’eu­rope.

LE DÉ­FI DU VBCC : ÊTRE UNE VA­LEUR MON­TANTE DU VOL­LEY FRAN­ÇAIS.

Pho­tos Ar­chives La Mon­tagne

En 2006, le VBC Riom a cé­dé sa place au Vol­ley-ball Riom.

Le VBC Cha­maiè­rois joue­ra de nou­veau dans l'élite lors de la pro­chaine sai­son.

At­man Tou­ba­ni et sa femme, My­lène Bar­detTou­ba­ni ont réus­si à his­ser le VBCC au plus haut ni­veau, l'un en tant que coach et l'autre en tant que pré­si­dente du club.

At­man Tou­ba­ni, coach du VBCC.

My­lène Bar­det-tou­ba­ni, pré­si­dente du VBCC.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.