THOMAS CHI­RAULT

À 19 ans, le pen­sion­naire du Stade cler­mon­tois brille cette sai­son avec l’équipe de France. De­puis qu’il a in­té­gré L’INSEP, à Pa­ris, l’ar­cher a fran­chi in­con­tes­ta­ble­ment un nou­veau pa­lier.

Sports Auvergne - - Club - Texte Jean-paul Boi­thias /

Tu as ef­fec­tué d’ex­cel­lents cham­pion­nats d’eu­rope ju­niors en salle en arc clas­sique à Vit­tel, au mois de mars, avec un titre par équipe et une mé­daille d’ar­gent en in­di­vi­duel, t’at­ten­dais-tu à briller de la sorte ?

Je m‘étais bien pré­pa­ré. Sur les étapes de sé­lec­tions des ar­chers, j’étais loin de­vant. Je me sen­tais bien en ar­ri­vant là-bas. Je sa­vais que j’avais le ni­veau mais en­core fal­lait-il al­ler cher­cher le po­dium. J’ai ti­ré à mon ni­veau du­rant toute la se­maine et tout s’est bien dé­rou­lé pour moi. J’ai donc pu dé­cro­cher une fi­nale pour le week-end, en plus de celle par équipe.

Jus­qu’à pré­sent, est-ce ta plus belle com­pé­ti­tion ?

En in­di­vi­duel, il s’agit de mon plus beau titre ef­fec­ti­ve­ment. Par équipe, je pense que le titre de cham­pion d’eu­rope FITA ac­quis l’an der­nier a plus d’im­por­tance que ce­lui gla­né en salle cette an­née. La dis­ci­pline olym­pique est celle qui at­tire le plus les re­gards.

De­puis com­bien de temps es-tu li­cen­cié au Stade Cler­mon­tois ?

De­puis l’an der­nier. J’ai très bien été ac­cueilli à Cler­mont et je me sens bien au sein du groupe d’ar­chers.

Com­bien de temps ac­cordes-tu à l’en­traî­ne­ment ?

De­puis que je suis ren­tré à L’INSEP, à la fin du mois d’août 2016, nous avons un en­traî­ne­ment bi-quo­ti­dien, avec une séance le ma­tin et une autre l’après-mi­di. Le soir, je conti­nue sur du car­dio ou de la mus­cu­la­tion. En moyenne, on ef­fec­tue 6 heures d’en­traî­ne­ment par jour. Ce­la m’a per­mis de bien pro­gres­ser en quelques mois seule­ment.

Que fais-tu à cô­té du sport ?

Je pour­suis mes études. J’ef­fec­tue une li­cence de Chi­mie, c’est ma pre­mière an­née. Je bé­né­fi­cie d’ho­raires amé­na­gés, les profs viennent nous faire les cours à L’INSEP. Nous sommes donc dans de bonnes condi­tions pour pou­voir al­lier le sport et les études.

Quand as-tu com­men­cé le tir à l’arc ?

J’ai dé­bu­té en 2009, à Mo­reuil, dans la Somme. C’est un pe­tit club qui était si­tué juste à cô­té de mon col­lège ce qui me per­met­tait de m’en­traî­ner fa­ci­le­ment. Le tir à l’arc est une dis­ci­pline qui m’a plu tout de suite et j’ai très vite cher­ché à com­prendre com­ment ça mar­chait afin de m’amé­lio­rer.

Com­ment va s’ar­ti­cu­ler ta sai­son 2017 ?

J’ef­fec­tue nor­ma­le­ment ma der­nière an­née de ju­niors. L’an pro­chain, je ti­re­rai chez les se­niors. Pour­tant, avec mon en­traî­neur, nous avons dé­ci­dé de me faire sur­clas­ser chez les se­niors dès cette an­née. Fin avril, j’ai ef­fec­tué la pre­mière sé­lec­tion se­nior per­met­tant de dé­ter­mi­ner les ar­chers qui peuvent par­ti­ci­per au cir­cuit de coupe du monde. Mes bons ré­sul­tats m’ont per­mis de concou­rir lors de la pre­mière manche or­ga­ni­sée à Shan­ghai du 13 au 22 mai.

Quelle est ton am­bi­tion à plus long terme ?

Comme beau­coup d’autres ar­chers, c’est de par­ti­ci­per un jour aux Jeux olym­piques. Je me pré­pare pour ceux de To­kyo en 2020. J’étale mes études pour avoir le temps de m’en­traî­ner. J’ai in­té­gré L’INSEP dans ce but.

As-tu le temps de re­ve­nir à Cler­montFer­rand ?

De­puis l’an­née der­nière, nous or­ga­ni­sons quelques week-ends où je re­trouve les autres membres de l’équipe de D1 du Stade Cler­mon­tois. Ce­la per­met de nous en­traî­ner en­semble.

Pho­to FFTA

Thomas s’épa­nouit plei­ne­ment en dé­fen­dant les cou­leurs du Stade Cler­mon­tois. QUELQUES IN­FOS

THOMAS CHI­RAULT NE LE 15/09/1997 A CORBIE (SOMME) PAL­MA­RÈS : CHAM­PION D’EU­ROPE JU­NIOR EN SALLE PAR ÉQUIPE EN ARC CLAS­SIQUE 2017 VICE-CHAM­PION D’EU­ROPE JU­NIOR EN SALLE EN IN­DI­VI­DUEL EN ARC CLAS­SIQUE 2017 CHAM­PION D’EU­ROPE JU­NIOR PAR ÉQUIPE EN FITA (DIS­CI­PLINE OLYM­PIQUE) 2016

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.