LE SYN­DROME BADASS

Studio Ciné Live - - News -

J’avais pré­vu de m’éner­ver sur Ato­mic Blonde ce mois-ci, et sur cette mode qui veut que les filles, dé­sor­mais, doivent être badass. Dé­jà, il a fal­lu se far­cir Won­der Woman, qui, pen­dant 2 h 21, entre deux ca­brioles fil­mées au ra­len­ti, prend des mines fé­roces. Pa­raît que ça sert la cause fé­mi­niste. Bon. Main­te­nant, on est cen­sé se pâ­mer de­vant les acro­ba­ties de Char­lize The­ron, Ato­mic Blonde lâ­chée dans le Ber­lin de la chute du mur. On est cen­sé croire que l’icône glam de Dior est en fait une re­dou­table ma­chine à tuer. Qu’elle peut se prendre des coups comme un mec. Qu’elle peut faire des films aus­si cré­tins que les mecs. Check. Bref, j’avais pré­vu, di­sais-je, de vous en­tre­te­nir de cette cu­rieuse ten­dance, et puis j’ai vu la bande-an­nonce d’Un jus­ti­cier dans la ville, avec Bruce Willis. La ba­das­se­rie in­car­née, jus­te­ment. Et là, for­cé­ment, j’ai dû chan­ger de su­jet. Au dé­but, j’ai cru à une ban­dean­nonce dé­tour­née, vous sa­vez, comme celle de Shi­ning trans­for­mé en co­mé­die ro­man­tique fa­çon Nan­cy Meyers : en ef­fet, on y voit Bruce Willis dé­gom­mer des voyous sur fond de « Back in Black » d’AC/DC. Mais en fait, non. Du film glauque, dé­ran­geant, de Mi­chael Win­ner, Eli Roth a réus­si à faire un feel­good mo­vie dont la ta­gline pour­rait être « Parce que tuer des gens, c’est co­ol. » Ou en­core « Cet été, faites-vous jus­tice vous- même ». Re­mar­quez, en soi, c’est un ex­ploit. Je ne sais pas vous, mais j’avais bien ai­mé son Hos­tel, cra­po­teux à sou­hait. De­puis, hé­las, Roth n’a fait que dé­ce­voir tous les es­poirs qu’on avait pu pla­cer en lui. Quant à Willis, qui ca­che­tonne à tous les râ­te­liers, il a dé­fi­ni­ti­ve­ment épui­sé le cré­dit que lui va­lait Piège de cris­tal. Je l’ai long­temps soup­çon­né d’être un gros beauf à cas­quette ri­cain, tout en lui don­nant le bé­né­fice du doute – le gars n’est-il pas al­lé s’aven­tu­rer chez Ta­ran­ti­no ? Chez Shya­ma­lan ? Cette fois, hé­las, le doute n’est plus per­mis.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.