Ame­ri­can Gods SAISON 1

UNE DES SÉRIES LES PLUS IMAGINATIVES, BIZARRES ET DÉRANGÉES DE CES DER­NIÈRES AN­NÉES.

Studio Ciné Live - - Séries Télé - PAR VÉ­RO­NIQUE TROUILLET

⇢ DANS CET UNI­VERS adap­té du ro­man gra­phique de Neil Gai­man (dé­jà au­teur de Lucifer, éga­le­ment adap­té en sé­rie) par les scé­na­ristes Bryan Ful­ler (la sé­rie Han­ni­bal) et Mi­chael Green (le film Lo­gan), les dieux et les créa­tures – le­pre­chaun, djinn, mort-vi­vant… – vivent ca­chés par­mi les Amé­ri­cains. L’un d’eux, l’es­croc Voya­geur (le té­né­breux Ian McS­hane), par­court le pays et ra­meute d’an­ciens dieux dé­chus pour en dé­trô­ner de nou­veaux, vé­né­rés par les hommes d’au­jourd’hui : la tech­no­lo­gie, les mé­dias (une déesse in­car­née par Gillian An­der­son), l’ar­gent… Entre road trip et al­lé­go­rie dia­bo­lique mâ­ti­née de cri­tique so­ciale, la sé­rie parle de re­li­gion, de foi, de pou­voir, mais aus­si de l’im­mi­gra­tion qui a fa­çon­né les États-Unis. Elle donne vie à des dieux tous plus ex­cen­triques et éton­nants les uns que les autres et les fait évo­luer dans un monde de vio­lence, de sexe et d’hor­reur. L’in­ter­pré­ta­tion est sans faille, la photo et les ef­fets vi­suels, ma­gni­fiques – avec un cô­té gore grand-gui­gno­lesque très sé­dui­sant. Les bo­nus sont riches – avec de bonnes in­ter­views des au­teurs et des ac­teurs –, mais manquent cruel­le­ment de su­jets sur l’uni­vers vi­suel de cette sé­rie sur­pre­nante et cap­ti­vante, tant sur la forme que sur le fond.

De Bryan Ful­ler et Mi­chael Green • Avec Ian McS­hane, Ri­cky Whit­tle, Gillian An­der­son… • Stu­dioCa­nal • Dis­po

Gillian An­der­son

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.