Le sens de la fête( 2017)

Studio Ciné Live - - Actu -

Oli­vier Na­kache : Après Sam­ba, on a eu en­vie de re­ve­nir à nos fon­da­men­taux : une co­mé­die ins­pi­rée de ce que nous avions vé­cu avec nos pe­tits bou­lots. En l’oc­cur­rence ces mariages où on a bos­sé aus­si bien comme ser­veur que pho­to­graphe. Là en­core, toutes les anec­dotes du film sont vraies. Éric To­le­da­no : Quitte à bos­ser, on pré­fé­rait par­ti­ci­per aux fêtes ! Oli­vier Na­kache : Et on met­tait de cô­té ce qu’on ga­gnait pour payer nos courts mé­trages. En sa­chant qu’on ar­rê­te­rait tout dès qu’on com­men­ce­rait à faire du ci­né­ma. D’ailleurs, dans ces soi­rées comme dans nos nuits de Père Noël, on croi­sait ré­gu­liè­re­ment des ci­néastes. Éric To­le­da­no : J’ai ain­si fait le Père Noël chez Polanski et je lui avais confié mon rêve de de­ve­nir réa­li­sa­teur ! Oli­vier Na­kache : Mais aus­si chez Maï­wenn – quand elle vi­vait avec Luc Bes­son – qui, des an­nées plus tard, avant les Cé­sar où concou­raient Po­lisse et In­tou­chables, t’a en­voyé un MMS avec une image de toi dé­gui­sé ! Éric To­le­da­no : Dans Le sens de la fête, on re­trouve notre goût de mê­ler les contraires. Y com­pris les fa­milles d’ac­teurs. Ce film sym­bo­lise notre ci­né­ma. Sans es­prit de cha­pelle et avec la même gour­man­dise lorsque, en­fants, nous jouions aux pe­tites voi­tures et in­vi­tions ceux que nous ai­mions à se joindre à nous. Son titre nous ré­sume, nous et notre ci­né­ma : faire res­sen­tir ce qui nous touche en nous amu­sant.

Le sens de la fête D’Oli­vier Na­kache et Éric To­le­da­no • Avec Jean-Pierre Ba­cri, Jean-Paul Rouve, Gilles Lel­louche… • Sor­tie : 4 oc­tobre

Gilles Lel­louche

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.