JACK L’ÉVEN­TREUR

Studio Ciné Live - - Vidéo Club -

⇢ LE « JACK » de John Brahm (1944) ar­rive dix­sept ans après ce­lui d’Hit­ch­cock (The Lod­ger). Ci­né­ma­to­gra­phi­que­ment, la cause du cé­lèbre se­rial killer lon­do­nien était donc presque en­ten­due. Le maître du sus­pense a en ef­fet dic­té toutes les règles es­thé­tiques et dra­ma­tiques sur le su­jet. La Fox s’en fout et confie à Brahm – pe­tit ar­ti­san mai­son d’ori­gine au­tri­chienne – le soin de re­par­tir sur les traces du tueur. Bi­be­ron­né à l’ex­pres­sion­nisme al­le­mand, le ci­néaste vient alors de si­gner un pe­tit film d’an­goisse bien fou­tu (The Un­dying Mons­ter). Avec son Jack l’éven­treur, il signe un th­riller psy­cho­lo­gique d’une beau­té ren­ver­sante Chaque plan, chaque vi­sage, chaque clair-obs­cur ajoute une touche de dé­lire à cette his­toire où le fou est bien ce­lui que l’on croit. À moins que… Le tout est pré­sen­té dans une su­blime copie. DVD/Blu-ray • De John Brahm • Avec Merle Obe­ron George San­ders, Laird Cre­gar… • Re­mi­ni • Dis­po

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.