Bien­ve­nue au Ma­noir Le Ma­noir de la Manantie

Cette grande de­meure bour­geoise du XIXE siècle fut long­temps dé­lais­sée avant d’être ré­ani­mée par Vé­ro­nique et Guillaume Ver­nat en 2011. Ré­no­vé dans le res­pect de son style, le Ma­noir de la Manantie est au­jourd’hui un lieu de dé­tente et de ren­contre au coe

Style Campagne - - Sommaire 2/2 - TEXTES : WILLY ABOU­LI­CAM PHOTOS : MA­NOIR DE LA MANANTIE

Tout près de l’an­cienne route de Cler­montFer­rand qui re­liait Bor­deaux à Lyon, au centre de la pe­tite ville de Le­zoux, le Ma­noir de Manantie était ja­dis une sorte de re­lais pour les voya­geurs en ca­lèches. Long­temps dé­lais­sée, cette de­meure néo-clas­sique à la fa­çade ma­jes­tueuse fut ré­veillée en 2011 par Vé­ro­nique et Guillaume Ver­nat. Pour re­don­ner vie à cette vieille dame et ins­tal­ler leur nou­velle vie au coeur de ce pay­sage au­ver­gnat qu’ils aiment tant, ces deux in­gé­nieurs pa­ri­siens ont tout quit­té. Vé­ro­nique nous ra­conte com­ment ils ont trans­for­mé cette pro­prié­té en adresse de charme.

« Notre sou­hait était de re­don­ner vie et rayon­ne­ment à cette bâ­tisse dans le res­pect des ma­té­riaux et des élé­ments de construc­tion : pla­fonds de staff, mou­lures, par­quets po­ly­chromes, boi­se­ries, fer for­gé, pierre na­tu­relle et dal­lage de car­reaux de ci­ment. Nous sou­hai­tions une dé­co­ra­tion pleine de charme et d’élé­gance avec une pointe de mo­der­ni­té pour dé­pous­sié­rer cette vielle mai­son. Notre am­bi­tion de re­ce­voir des hôtes étran­gers a éga­le­ment fait que nous vou­lions que notre mai­son soit aus­si le re­flet des beaux in­té­rieurs fran­çais que l’on trou­vait dans les de­meures de fa­mille.

Pour or­ga­ni­ser au mieux la co­ha­bi­ta­tion entre une vie de fa­mille (nous avons 3 en­fants) et l’ac­cueil de nos hôtes, nous avons tra­vaillé avec l’ar­chi­tecte d’in­té­rieur Cres­cens Du­puis*. La créa­tion des chambres d’hôtes de­vait per­mettre de pré­ser­ver l’in­ti­mi­té pour les uns et les autres, de créer de nou­velles salles de bain confor­tables en taille, de mettre en place un es­ca­lier en co­li­ma­çon pour des­ser­vir les 3 ni­veaux sur la par­tie pri­vée, de ré­ex­ploi­ter les pièces en rez-de-jardin afin de pro­fi­ter de la vue sur le parc et l’ac­cès à la ter­rasse de­puis les pièces de vie et ce­la tout en pré­ser­vant de beaux vo­lumes et en évi­tant des cloi­son­ne­ments trop mar­qués.

Sou­hai­tant sa­tis­faire aux cri­tères du la­bel Clef Verte, les pein­tures, l’iso­la­tion, la ro­bi­net­te­rie, le chauf­fage, la do­mo­tique et l’amé­na­ge­ment du jardin ont été équi­pés et ins­tal­lés, pour ré­duire notre im­pact en­vi­ron­ne­men­tal.

Pour meu­bler cette de­meure, nous avons lon­gue­ment chi­né et avons mis en va­leur nos meubles de fa­mille. Une lan­terne en bronze do­ré a été créée sur me­sure se­lon d’an­ciens mo­dèles et nous avons ap­por­té des touches plus contem­po­raines via les éclai­rages plus mo­dernes.

Dans ce pro­jet de ré­no­va­tion, nous avons gar­dé en tête notre sou­hait de li­mi­ter l’im­pact sur l’en­vi­ron­ne­ment

Pour la salle à man­ger, nous sou­hai­tions une pièce très lu­mi­neuse, fa­cile d’en­tre­tien et cha­leu­reuse. Le bois ap­porte cette cha­leur et les fe­nêtres cin­trées d’époque font un jo­li cadre pour la ver­dure du parc. L’am­biance shab­by/cam­pagne per­met d’ac­cueillir des meubles aux­quels nous avons don­né une se­conde vie. C’est dans la salle à man­ger que sont ser­vis pe­tit dé­jeu­ner et dî­ners en table d’hôtes lorsque la sai­son ne per­met pas de s’ins­tal­ler en ter­rasse. L’art de la table à la fran­çaise étant un de nos nom­breux plai­sirs.

Dans le sa­lon club, nous avons vou­lu re­créer la cha­leur des clubs an­glais, et dans la bi­blio­thèque, nos hôtes peuvent dé­cou­vrir notre col­lec­tion de livres, BD et guides de la ré­gion.

Pour les chambres, nous sou­hai­tions va­rier les styles tout en gar­dant une har­mo­nie gé­né­rale. Leur atout fort sont des par­quets po­ly­chromes mas­sifs et tous dif­fé­rents, ils ont été pon­cés et re­cou­verts d’un vi­tri­fi­ca­teur mat pour un as­pect très na­tu­rel qui met en va­leur les dif­fé­rentes es­sences de bois : noyer, châ­tai­gner,

« Nous vou­lions que notre mai­son soit aus­si le re­flet des beaux in­té­rieurs fran­çais que l’on trou­vait dans les de­meures de fa­mille »

frêne, poi­rier teint. Cha­cune pos­sède une che­mi­née en marbre et de grandes fe­nêtres don­nant sur le parc ou sur l’avant de la mai­son. Elles dis­posent toutes de leur salle de bain pri­va­tive et les suites dis­posent d’une douche et d’une bai­gnoire.

Au­jourd’hui, nous ac­cueillons des hôtes du monde en­tier, heu­reux de par­ta­ger avec nous les se­crets de la ré­gion. Ils sont at­ti­rés par la na­ture en­vi­ron­nante et les parcs na­tu­rels ré­gio­naux du Li­vra­dois-fo­rez ou des Vol­cans d’au­vergne, ils viennent aus­si pour les nom­breuses églises ro­manes et châ­teaux. Les gas­tro­nomes se ré­galent aux tables étoi­lées et la clien­tèle pro­fes­sion­nelle ap­pré­cie le calme de la mai­son loin du tu­multe de la ville mais sa proxi­mi­té des grandes zones d’ac­ti­vi­té. De­puis St Étienne, Cler­mont-fer­rand ou même Lyon, se sont sou­vent des couples en quête de res­sour­ce­ment le temps d’un court break qui viennent pour un pe­tit sé­jour plai­sir et bien-être.

Et comme nous ne man­quons pas d’idées, il nous reste en­core plein de vo­lumes à amé­na­ger au ni­veau du jardin (pe­tite écu­rie et en­clos qui abri­taient des po­neys) et du gre­nier pour en faire d’autres es­paces de dé­tente pour nos hôtes mais nous nous lais­sons le temps de sa­vou­rer le tra­vail dé­jà ac­com­pli ».

«Le Parc pré­sente des es­pèces in­té­res­santes car peu com­munes pour l’époque de plan­ta­tion : arbre de Ju­dée, sa­von­niers, gink­go bi­lo­ba, ifs et mar­ron­niers cen­te­naires, nous avons sur­tout sou­hai­té lui gar­der un cô­té « an­glais» ro­man­tique, sau­vage, libre.»

Dans le sa­lon club, nous avons op­té un pour en­duit rouge sur les voûtes et des pan­neaux de bois en aca­jou hui­lé. La che­mi­née qui avait été peinte a été sa­blée pour mettre à nu la pierre de Vol­vic et les en­ca­dre­ments en pierre ap­pa­rentes qui étaient re­cou­verts de plâtre et de pein­ture ont éga­le­ment été dé­ca­pés. On re­trouve ain­si les 2 pierres de la ré­gion : Ar­kose et Vol­vic. Pour le hall d’ac­cueil, es­pace très im­por­tant car il est le pre­mier re­gard po­sé sur la mai­son, nous avons sou­hai­té qu’il soit ma­jes­tueux et mette en va­leur l’es­ca­lier en pierres de Vol­vic. * Stu­dio pas à pas in­ter­ior de­si­gn, voir car­net d’adresses

Dans la salle à man­ger, les murs ont été re­cou­verts de pan­neaux de bois fi­ni­tion chêne mas­sif hui­lé, les voûtes ont été trai­tées avec un en­duit à la chaux couleur na­tu­relle. Le sol a été car­re­lé avec des car­reaux de grès cé­rame co­lo­ris cho­co­lat en très grand for­mat. L’art de la table à la fran­çaise étant un de nos nom­breux plai­sirs, nous avons fait faire des cou­teaux de tables et tar­ti­neurs par une cou­tel­le­rie de Thiers. Les pe­tits dé­jeu­ners et dî­ners sont ser­vis dans les ser­vices de fa­mille avec cou­verts en ar­gent et cris­tal pour le plai­sir de nos hôtes en sé­jour.

Pour l’une des chambres si­tuée au pre­mier ni­veau et orien­tée au Nord, nous crai­gnions qu’elle ne soit un peu froide, ce qu’elle n’est pas du tout fi­na­le­ment. Je vou­lais de la couleur, un jo­li rouge at­té­nué par les boi­se­ries en blanc mas­tic.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.