Pop pop it up

Et si la pop mu­sic sau­vait la mode ?

Stylist - - Brèves -

il y a deux se­maines, en pleine Fa­shion Week homme pa­ri­sienne, Louis Vuit­ton dif­fu­sait son dé­fi­lé p-e 2018 en di­rect sur le Net. au­jourd’hui, la vi­déo pu­bliée sur Youtube ap­proche des 500 000 vues alors que celle du dé­fi­lé croi­sière 2018 pos­tée un mois plus tôt peine à at­teindre les 100 000 vues. comment ex­pli­quer un tel écart ? La rai­son s’ap­pelle Drake, tout sim­ple­ment. Car le rap­peur/lo­ver, à la de­mande de la mai­son, a com­po­sé Si­gns spé­cia­le­ment pour le show, un tout nou­veau mor­ceau ins­pi­ré par la der­nière col­lec­tion homme. Un type de col­lab in­édit et un beau coup de com suf­fi­sant pour boos­ter le nombre de clics. Ajou­tez à ça des man­ne­quins qui por­taient des cla­quettes/chaus­settes (comme le tube du rap­peur Al­mi­ra) et on pour­rait croire que LV puise ses idées dans le top 50 Spo­ti­fy. Même ins­pi­ra­tion pop star pour la jeune marque Lo­ver­boy, dont le créa­teur Charles Jef­frey se dit gui­dé par le souffle de Ma­riah Ca­rey, « une bitch qui sait chan­ter et qui n’a pas peur d’être folle et hy­per-fé­mi­nine ». Lors de son der­nier dé­fi­lé P-E 2018 à Londres, le nom de la marque, iden­tique au titre de la chan­teuse Lo­ver­boy, s’af­fi­chait sur les T-shirts et les lu­nettes. Dans sa der­nière col­lec­tion, Ico­sae a aus­si ren­du hom­mage à la di­va en es­tam­pillant ses vestes et ses T-shirts d’un Heart­brea­ker, rap­pel sub­til du tube de la star à 5 oc­taves en duo avec JAY-Z sor­ti en 1999. Soit la même an­née où les Des­ti­ny’s Child, ha­billées de jeans taille basse et de tops à im­pri­més bandana, ré­gnaient sur les charts de la pop et du R&B. Un mood­board dis­cu­table mais qui a ins­pi­ré Snoop Dogg qui, pour sa pre­mière col­lec­tion en col­la­bo­ra­tion avec la marque Joy­rich, vient de pré­sen­ter à Los An­geles une ligne is­sue du style ves­ti­men­taire ico­nique du groupe. Mais pour­quoi s’em­mer­der à pom­per une vraie pop star faite de chair et d’ego quand on peut en in­ven­ter une ? C’est ce qu’a fait la jeune marque Un­der­co­ver à Pa­ris en pré­sen­tant des vê­te­ments de merch fai­sant la pro­mo de tour­nées de groupes de rock fic­tifs, fausses dates à l’ap­pui, an­non­çant par la même oc­ca­sion le lan­ce­ment du la­bel ima­gi­naire Un­der­co­ver Re­cords. Tou­jours plus. Gimme gimme more.

ico­sae p-e 2018

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.