RO­MAN GORE PROFOND

Pas la peine de s’en­fer­mer dans la salle té­lé, le plai­sir grind­house du mo­ment se feuillette au so­leil.

Stylist - - Culture -

Pour fê­ter la fin des exams, cer­tains font un bar­be­cue sur la plage. D’autres, plus au­da­cieux, optent pour un «Wa­ter­loo de la par­touze». Com­prendre : une or­gie bi­sexuelle avec open san­gria et godes géants. Ain­si Cla­risse, Hor­tense, Si­mone, Matt, Stan et Tom, six étu­diants des se­ven­ties, ont dé­ci­dé de pas­ser le week-end à s’en­jailler dans un cha­let per­du en pleine fo­rêt. Ils ont pré­vu le pop­pers et la com­pil chee­sy pour l’am­biance, mais pas les voi­sins de pi­nède, une fa­mille de consan­guins kid­nap­peurs de ran­don­neurs et adeptes de sévices lu­bri­fiés à l’huile de mo­teur. À mi-che­min du gore jouis­sif d’un Mas­sacre à la tron­çon­neuse et du por­no dé­bri­dé d’un John B. Root ré­tro, Dir­ty Sexy Val­ley est un na­nar pois­seux au mau­vais genre as­su­mé. Le pre­mier ro­man le plus al­lu­mé de l’été. L.B.

Dir­ty Sexy Val­ley d’oli­vier Bru­neau, Le Tri­pode, 250 p., 16 €.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.