Val Gar­land

Nou­velle di­rec­trice ar­tis­tique de L’oréal Pa­ris, la make-up ar­tist vient de créer l’évé­ne­ment en trans­for­mant les Champs-ély­sées à Pa­ris en catwalk géant.

Stylist - - News -

Di­rec­trice ar­tis­tique de L'oréal Pa­ris

«J’ai gran­di à Bris­tol en­tou­rée de pa­rents très pro­gres­sistes. Ma mère, cou­tu­rière, et ma soeur étaient ob­sé­dées par la mode et ne sor­taient ja­mais sans ma­quillage. Je co­piais tout ce qu’elles fai­saient. »

« J’ai quit­té l’école à 15 ans. Je me suis dis­pu­tée avec un pro­fes­seur qui me conseillait d’être se­cré­taire alors que je rê­vais d’être jour­na­liste, de voya­ger… Sur le che­min de la mai­son, j’ai vu la pub d’un sa­lon de coif­fure. L’ap­pren­tis­sage de­vait du­rer trois ans mais j’ai dit au ma­na­ger : “Écou­tez, je sais faire une coupe ou un bru­shing !” Il m’a lais­sée faire. »

« J’ai eu la chance de ren­con­trer Ka­ty En­gland, fa­shion di­rec­tor de Da­zed & Con­fu­sed. Un jour, elle me pro­pose de dé­jeu­ner avec son ami Alexan­der Mcqueen. Mon show pré­fé­ré ? Ce­lui où Sha­lom Har­low était as­per­gée de pein­ture par des ro­bots. C’était fou ! »

« La­dy Ga­ga vou­lait quelque chose de nou­veau et de ré­vo­lu­tion­naire. J’ai sug­gé­ré de la dé­bar­ras­ser de son rouge gla­mour et de ses six paires de faux cils pour la trans­for­mer en alien, plus punk. Pour la convaincre, on a fait de fausses pro­thèses avec des avions en pa­pier po­sés sur ses joues. Un vrai pro­thé­siste a pris le re­lais pour le shoo­ting.»

Elle ose tout : pour Vi­vienne West­wood, elle a cou­vert le vi­sage des man­ne­quins de gloss avant de les plon­ger dans une boîte de paillettes, les a as­per­gées de pein­ture, leur a des­si­né des mo­no­sour­cils et un pé­nis géant dans le dos. On lui doit aus­si la der­nière ten­dance du rouge à lèvres flou­té fa­çon post-bai­ser.

C’est une dingue de na­ture : « J’ai deux toits ter­rasses dans ma mai­son à Londres mais je n’ai plus as­sez de place pour mes plan­ta­tions. Du coup, dès que j’ai une crise de manque, je pars mar­cher dans la cam­pagne de Bris­tol. »

« J’ai été ma­riée briè­ve­ment au bat­teur d’un groupe. Je l’ai sui­vi en Aus­tra­lie où j’ai com­men­cé à en­sei­gner la coif­fure, puis à tra­vailler pour des shows et des ma­ga­zines. pour dé­mar­cher, J’avais un pe­tit book avec des pho­tos noir et blanc de la man­ne­quin Em­ma Bal­four prises par son co­pain, le pho­to­graphe David Sims. Je les ai sui­vis à Londres où j’ai com­men­cé à tra­vailler comme make-up ar­tist. »

Elle a tra­vaillé des an­nées avec John Gal­lia­no pour Dior, si­gné le ma­quillage des dé­fi­lés Lan­vin, Ch­loé, Guc­ci, Ma­ry Ka­trant­zou, col­la­bo­ré avec les pho­to­graphes Nick Knight, Ma­rio Tes­ti­no, Ste­ven Klein et les ma­ga­zines Da­zed & Con­fu­sed, i-d, Vogue, W ou Har­per’s Ba­zaar.

« J’ai le sou­ve­nir d’une belle cam­pagne avec Kate Moss pour Yves Saint Laurent. Kate est in­croyable, c’est vrai­ment une “girl’s girl”, vous êtes comme sa meilleure amie. J’ai par­ti­ci­pé à ses fêtes lé­gen­daires, comme ses 30 ans sur le thème The Beau­ti­ful and the Dam­ned. »

En 2012, elle réa­lise le ma­quillage du dé­fi­lé de clô­ture des jeux Olym­piques de Londres : « C’était in­croyable d’être dans le stade, en­tou­rée de tant de cé­lé­bri­tés. Il y avait Kate Moss, Nao­mi Camp­bell, Stel­la Ten­nant, Li­ly Cole, Ka­ren El­son, Geor­gia May Jag­ger… Le ma­quilleur est tou­jours un con­fident pour les man­ne­quins. Mon rôle est de les faire se sen­tir bien quand elles quittent ma chaise pour le catwalk.»

De­vant 300 000 Pa­ri­siens, 600 VIP et les égé­ries mai­son (Dout­zen Kroes, Jane Fon­da…), Val Gar­land a or­ches­tré pas moins de 70 looks. Pa­ral­lè­le­ment, L’oréal Pa­ris a aus­si lan­cé une col­lec­tion de make-up en col­la­bo­ra­tion avec Oli­vier Rou­steing, le DA de Bal­main.

Em­ma Bal­four et David Sims

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.