La fin du monde c’est de l’his­toire an­cienne

Stylist - - Cover Story -

Si vous avez ré­cem­ment fait un pe­tit tour du cô­té des têtes de gon­doles de la FNAC

(L’hu­ma­ni­té, apo­théose ou apo­ca­lypse ? de Jean-louis Ser­van-shrei­ber, Le Re­tour­ne­ment Trump : la fin de notre monde de Tho­mas Fli­chy de La Neu­ville ou Les Pour­quoi de la mé­téo de Louis Bo­din), vous avez vu que ça sen­tait

le rous­si. Sauf que vous ne croyez plus à la dé­pri­mo­lo­gie de­puis le bug du bug de l’an 2000. Et vous avez rai­son. « C’est dans notre pa­tri­moine cultu­rel d’ima­gi­ner que chaque gé­né­ra­tion se­ra la der­nière, com­mente l’his­to­rien Luc Ma­ry, au­teur de Mythe de la fin du monde (éd. Tra­jec­toire). À dé­faut d’être ca­pable d’ima­gi­ner l’ave­nir, on pré­fère l’en­vi­sa­ger dé­truit.» L’idée est de­ve­nue une no­tion en soi, la col­lap­so­lo­gie, dé­ve­lop­pée en 2015 dans un ou­vrage du même nom pa­ru au Seuil qui dé­cor­tique les mé­ca­nismes de l’ef­fon­dre­ment de notre monde. Un Ar­ma­ged­don sans ap­pel (plus d’eau, plus d’agri­cul­ture, plus d’ar­gent, plus d’ani­maux...), mais joyeux, car il per­met­tra à nos so­cié­tés de re­naître sur le bû­cher de leur bi­lan car­bone (un peu comme au fes­ti­val Bur­ning Man). « Ce n’est ja­mais la fin to­tale de la Terre qui est ima­gi­née, mais la fin d’un monde qui per­met­trait à un autre de re­naître. C’est une forme de re­tour à un pas­sé glo­rieux », pour­suit l’his­to­rien, se­lon qui la fin du monde au­rait été pré­dite 183 fois de­puis l’em­pire ro­main, et 18 fois rien qu'au XXE siècle. En 1972, le Club de Rome, un think tank qui re­groupe des huiles du monde en­tier, sonne la fin des Trente Glo­rieuses en pré­sa­geant que la fête ne se­ra pas éter­nelle. Une concep­tion des « li­mites de la crois­sance » qui rap­pelle ce que di­sait dé­jà Mal­thus à la fin du XVIIIE siècle (sur la dé­crois­sance) ou Rous­seau avant lui

(Dés­illu­sions du pro­grès). En 2013, un ar­ticle pa­ru dans la re­vue Eco­lo­gi­cal Eco­no­mics fait le pa­ral­lèle entre les pro­phètes de la Bible et ceux du monde scien­ti­fique qui pré­disent la ca­ta à moins que l’homme mo­di­fie son com­por­te­ment. Un peu comme dans la nou­velle sé­rie Fu­ture Man, sur Hu­lu, où un mec sans his­toires est re­cru­té par un gars du fu­tur qui lui de­mande de l’aide pour évi­ter l’ex­tinc­tion de l’hu­ma­ni­té. Comme quoi, il y a tou­jours une so­lu­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.