AGENTS PRO­VO­CA­TEURS

Stylist - - Beauté -

« L’op­po­ser aux fleurs calmes, rondes : arums, lys, ca­mé­lias, tu­bé­reuses. Non qu’elle soit folle, mais elle est vio­lente », écri­vait de l’oeillet le poète Fran­cis Ponge. Le Mexi­cain Ro­dri­go Flores-roux prend le poète au pied de la lettre avec Oeillet Ben­gale d’aedes de Ve­nus­tas : al­lu­mée par le poivre noir, une mèche d’en­cens fait sau­ter la charge d’épices com­bus­tibles de cette fleur en forme de feu d’ar­ti­fice… En contre-pied de ce pé­tard mexi­cain, il peint une fleur so­laire re­le­vée d’un chaud-froid d’épices (ga­lan­ga, car­da­mome, can­nelle…) pour Car­ner Barcelona. Plus proche du lys blanc de Ca­sa­blan­ca, avec sa dou­ceur d’huile so­laire, Sweet William offre du désuet oeillet de poète un por­trait ex­trê­me­ment contem­po­rain par sa na­tu­ra­li­té. Dans Rose Ame­ri­ca d’an­nick Me­nar­do pour Une Nuit No­made, c’est dans la qua­si-clan­des­ti­ni­té qu’un oeillet des dunes s’in­filtre sur la côte At­lan­tique des États-unis, sous le cou­vert d’une rus­tique Ro­sa ru­go­sa fouet­tée d’em­bruns… Une com­po­si­tion ra­di­cale mê­lant une rose ani­sée, pou­drée d’hé­lio­trope, aux fa­cettes sa­lines et mous­sues de l’algue.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.